Introduction




Retour

Table des matières
Introduction
Contenu
Courage
Responsabilité
Honneur
Générosité
Respect
Autorité
Famille
Civisme
Patriotisme
Vie
Travail
Conclusion


Le texte peut être téléchargé pour l'imprimer
http://www.francevaleurs.org
Argumentaire de France-Valeurs

INTRODUCTION

Pourquoi ce livret

En 1985, j'ai rassemblé mes convictions d'ancien responsable militaire dans le livre: "La FOUDRE ET LE CANCER". J'y soutenais que "La FOUDRE", le péril nucléaire, me paraissait, tous comptes faits, moins inquiétant, en raison de son horreur même qui rend improbable son déclenchement, que la guerre révolutionnaire et le terrorisme dont je pressentais déjà qu'ils allaient s'étendre.

Je justifiais donc l'existence d'une défense militaire qui continue à nous protéger contre ces périls sanglants venus de l'extérieur. Mais j'affirmais surtout que le principal danger qui nous guette est caché en nous mêmes. J'employais même le terme de "CANCER" pour désigner la crise morale et spirituelle qui ronge notre société: peur de la vie, montée de l'individualisme et du matérialisme, perte des repères et désordre consécutif des idées et des moeurs, le tout réagissant dangereusement sur notre vie sociale et politique .

Je concluais que c'était surtout nos coeurs et nos esprits qu'il fallait fortifier et j'évoquais déjà la nécessité de réveiller chez nous ces Valeurs immatérielles qui constituent la vraie armature d'un pays.

Un certain nombre de lecteurs ont spontanément souscrit à cette conclusion et c'est avec eux que j'ai créé "France-Valeurs".

Depuis, ensemble et avec d'autres, nous travaillons modestement à réveiller ces notions toutes simples qui donnent un sens à la vie. Nous cherchons à exprimer de façon positive, malgré l'air du temps, les VALEURS FONDAMENTALES qui ont fondé notre civilisation Française d'inspiration Chrétienne, entre autres : le respect de la vie, de la personne et de la famille, le sens de la responsabilité et de l'honneur, la générosité, le courage, le civisme et le souci de transmettre notre patrimoine historique, culturel et spirituel...

Depuis 20 ans, mes convictions se sont affirmées d'autant plus que je vois s'amplifier les effets de notre crise morale: affaires en série, remise en cause de la famille et déclin du mariage entraînant dénatalité et vieillissement de la population, multiplication du nombre de gens déboussolés, (jeunes notamment), ce qui aboutit, le chômage aidant, à la montée des dépressions, des divorces, des avortements, de la délinquance, de la drogue, des suicides et du SIDA ...

Par dessus tout, au delà de moyens de vivre (souvent difficiles à conquérir, il est vrai), beaucoup de nos concitoyens me semblent en quête de RAISONS DE VIVRE.

" Je juge que la question du sens de la vie est la plus pressante des questions. L'homme seul se la pose. Elle est le signe de sa dignité ." CAMUS (le mythe de Sisyphe)

Face à cette situation que les médias pourraient contribuer à améliorer, trop d'entre eux, TV notamment, contribuent au contraire à entretenir et à aggraver le malaise en se mettant au service de ceux qui travaillent délibérément à subvertir la société.

Pour ne prendre que trois exemples, il me parait grave que, sur nos écrans, la politique soit quotidiennement présentée par " le tout petit côté ", que la violence et le sexe aient autant de place, et que les problèmes de société soient traités avec une partialité idéologique scandaleuse.

Or, les bouleversements consécutifs à l'effondrement du système communiste, d'une part, et l'attirance que notre relative richesse exerce sur les pays pauvres, d'autre part, exigeraient que nos forces morales soient à la hauteur de nos performances technologiques.

3

De l'Est au Sud, en effet, on envie et on recherche non seulement notre argent et notre savoir-faire mais surtout notre culture, notre équilibre et notre sagesse, chèrement acquis après des siècles de guerres fratricides.

Face à ces dangers et à ces besoins, je crois plus que jamais que les Valeurs naturelles, donc éternelles, sont les piliers de la société. Renforcer ces piliers me parait une question de survie pour notre pays.

Nous qui croyons à ce type de Valeurs, osons donc faire entendre notre voix, sans extrémisme mais sans timidité, en saisissant chaque occasion d'affirmer ce à quoi nous sommes attachés .

Cela implique que nous sachions en parler de façon convaincante et, d'abord, que nous ayons là-dessus les idées au clair. C'est pour tenter de les clarifier que nous avons élaboré ce document.

Comme son titre l'indique, cet argumentaire est destiné à fournir un outil de réflexion sur les Valeurs Fondamentales à ceux qui le réclamaient .
Il n'a rien à voir avec un savant traité de philosophie. Il cherche seulement à expliquer le plus simplement possible des notions souvent complexes pour des non-initiés. Dans ce but. il fait un large appel au bon sens.

Sa forme est évolutive et, bien que représentant plusieurs mois du travail collectif de membres de France-Valeurs, le contenu de cette 3° édition est encore imparfait et incomplet.
Il est cependant mis en l'état à la disposition de nos amis en leur demandant leurs critiques et suggestions.

Si modeste soit ce recueil, puisse-t-il contribuer à éclairer les esprits des lecteurs, à conforter leurs convictions et affermir leurs engagements dans le combat des idées.

Jean Delaunay
Président de France-Valeurs
***


Remarque importante
Notre énumération limitative ne veut pas dire que nous méprisions des Valeurs comme la solidarité, la justice, la liberté et la tolérance mais celles-ci sont "dans l'air du temps" et admises par tous, alors que, par exemple, le sens de l'honneur et celui de la responsabilité paraissent carrément oubliés de nos jours .


4

QUELQUES REFLEXIONS LIMINAIRES SUR LA MORALE ET LES VALEURS ( Cet article doit beaucoup au livre d'Henri Hude : " Ethique et Politique " )

     La morale est l'art de répondre raisonnablement à la simple question: "Que faire?".
Pour décider, il faut en effet des principes. Ces principes forment une logique (un art de penser) et une morale (un art de vivre).
    Une crise est grave quand elle remet en cause les principes eux mêmes. C'est le cas actuellement.
Dépassant la politique et la technique, la philosophie établit qu'il existe un ensemble de biens et de valeurs fondés en raison.     Ce sont les principes d'une action politique raisonnable.
Or notre politique actuelle ne reconnaît qu'un petit nombre de valeurs et rejette les autres. Par exemple, on parle des droits de l'homme sans jamais évoquer ses devoirs, et de la liberté sans son corollaire, la responsabilité. De même, la notion de bien commun est éclipsée par le culte de l'individu .
     Le cas particulier de la prévention du Sida est exemplaire à cet égard: on refuse a priori tout espèce de dépistage au nom d'une conception abusive de la liberté individuelle, ce qui risque d'aller à l'encontre des intérêts de la société.
     De ce fait, les Valeurs qui sont universellement reconnues sont faussées. Ne serait-ce que la liberté, qui devient celle de "faire n'importe quoi".
     On distingue deux groupes de valeurs humaines, morales et sociales: les valeurs de conservation et les valeurs de progrès. Elles doivent s'équilibrer. En fait, le progressisme dominant détruit méthodiquement les valeurs de conservation et transforme les valeurs de progrès en totalitarisme intellectuel.
     Les valeurs de conservation sont celles qui favorisent la continuité de l'existence et la cohésion et la capacité opérationnelle d'une société.
     Les valeurs de progrès sont toutes les modalités d'affirmation raisonnable de la liberté humaine, tant celle des personnes que des communautés.
     La famille représente à la fois une valeur de conservation et une valeur de progrès

La notion de Valeur recouvre le plus souvent :
- des vertus, comme le courage, le respect de la liberté, le sens du service, la générosité etc
- des convictions, en dehors desquelles ces vertus n'ont plus aucune signification..
- des institutions, comme la patrie, la démocratie, la famille, la république ...
    Montesquieu fait d'ailleurs remarquer que chaque institution dépend particulièrement de certaines vertus: la patrie n'existe pas sans patriotisme, ni la démocratie sans vertu civique ...

    L'Antiquité cultivait 4 qualités humaines fondamentales :
- l'esprit d'équité
- le bon sens pratique
- le courage, en face des maux et des périls
- la modération et la maîtrise de soi en face des biens et des désirs.
    Justice, courage, prudence, tempérance étaient appelées vertus cardinales parce qu'elles forment les pivots ( en latin cardo = gond) sur lesquels reposent l'existence d'un homme qui veut vivre, faire quelque chose de sa vie, et rester maître de soi sans être contraint de tout subir .
     Mais le respect des Valeurs, clé de l'existence individuelle, représente aussi une nécessité à l'échelon de la société.

NB Il est très instructif, à propos de Morale, de comparer 2 définitions figurant dans 2 éditions successives du Petit Larousse Illustré :
- dans l'édition 1970 , morale = science qui enseigne les règles à suivre pour faire le bien et éviter le mal.
- dans l'édition 1982 , morale = ensemble de règles d'action et de valeurs qui fonctionnent comme normes dans une société. Dans les 2 cas, l'éthique est la science de la morale ou la morale mise en théorie .

Sur un plan plus général, il n'y a pas de démocratie possible sans vertu. La vertu a son principe dans l'usage de la raison (par opposition à l'instinct) . La liberté elle même fut et sera toujours fondée sur la raison .

La notion de Valeurs suppose qu'on cherche à "tirer les hommes vers le haut". Le développement de la vie de l'esprit permet la communication des hommes dans un milieu supérieur dépassant leur désir d'exploitation réciproque et leur besoin de reconnaissance et de domination. Toute la vie de la culture donne une idée des biens spirituels et immatériels, communs en droit à tous les hommes et qui se multiplient quand on les partage, contrairement aux biens matériels qui ne peuvent être répartis sans se trouver divisés.

***

5
Haut de la page