http://www.francevaleurs.org

Le billet de la semaine
Retour
Agit Prop à la Fac ! …
21/11/2007
       L’URSS a implosé en 1989. Les pays de l’Est autrefois communisés de force renient leur passé mais, en France, l’esprit Marxiste continue à imprégner une partie de notre élite et les procédés Staliniens persistent à dominer les rapports humains au sein de nos Facultés, qui devraient constituer des temples de la raison et de la culture....

       Avec la complicité agissante de la TV, nous le constatons en effet en direct, une poignée d’extrémistes rompus aux pratiques révolutionnaires parvient apparemment à dominer et manipuler des amphis pleins d’étudiants naïfs et passifs. Ils bafouent la démocratie en tentant d’infléchir, à coups de manifs, la politique gouvernementale.

       Les procédés de conquête des masses sont bien connus, les Soviétiques l’appelaient l’Agit-prop (comme agitation et propagande). Ils ont fait l’objet de livres entiers comme l’ouvrage de Tchakhotine : « Le viol des foules » et leur mise en œuvre est enseignée dans les écoles de cadres des partis extrémistes. On sait qu’ils reposent sur la convocation d’assemblées « spontanées » (les Soviets de 1917, les AG d’aujourd’hui), leur noyautage, l’intimidation (voire l’élimination) des opposants (d’où l’importance psychologique de ces commandos armés de barre de fer et de battes de base-ball), la monopolisation de la parole à travers la conservation jalouse du micro, l’intoxication, la répétition de slogans simplificateurs, l’émergence de grandes gueules qui s’autoproclament porte-parole des masses… et que les médias ont la faiblesse de consacrer…

       Nous avions vu tous ces procédés mis en œuvre en 1968 par des tribuns comme Sauvageot, Geismar et Cohen Bendit, aujourd’hui bourgeoisement rangés des voitures, mais il semble que les étudiants de 2007 soient aussi crédules et moutonniers que leurs devanciers. (A moins qu’ils ne cherchent surtout, comme ceux-là, des occasions de chahuter et de contester pour le plaisir, selon la tradition ancestrale de nos Universités…)

       Il reste que cette situation est sérieuse. Elle révèle, d’une part, que la TV joue un rôle majeur dans cette situation, en tant que caisse de résonance, d’autre part, que notre jeunesse étudiante manque à la fois de culture politique et de saines réactions de survie collective. La population des Fac, surtout celle des départements Lettres et Sciences sociales, nombreuse mais inorganisée, ne secrète pas assez d’anticorps pour rejeter elle-même (sans qu’il soit besoin de faire appel aux CRS) les trublions qui l’empêche de travailler et d’assurer son avenir.

       Certes, il est classique que le Quartier Latin se rebelle contre l’ordre établi et nous savons bien que les jeunes de tous milieux sont incertains sur leur avenir mais la situation actuelle montre que la minorité révolutionnaire, qui veut casser la baraque, excelle à manipuler et exploiter l’inquiétude des jeunes quant à leur futur.

       Dans le 1° chapitre de mon livre « Lettres à mes petits enfants sur des sujets qui fâchent », en conclusion de ma Lettre sur la Guerre des idées, j’évoquais déjà cette situation en formulant 4 conseils aux jeunes qui ne veulent pas se laisser manipuler. Ils tiennent en 4 verbes :
Vous informer
Vous former
Vous rassembler
Oser
      Je les redis aujourd’hui aux jeunes de bonne volonté, sans dramatiser mais avec gravité.
Jean Delaunay

Lettre sur la Guerre des idées
haut de la page
Retour