http://www.francevaleurs.org

Le billet de la semaine
Retour
Valeurs de droite ? Valeurs de gauche ? Non
Valeurs pour la France ? Oui…

5/09/2007
       Depuis 21 ans, France-Valeurs répète son message. Réensemençons les Valeurs humaines Fondamentales, celles qui constituent comme des piliers qui permettent à l’homme et à la société de tenir debout
      Certaines de ces Valeurs s’apparentent à des vertus individuelles: le courage, le sens de l’honneur, le sens de la responsabilité et du service... D’autres ont un caractère plus social : la générosité, le respect de l’autorité, l’amour de la famille, le civisme, le patriotisme...
      Pour nous cependant, les Valeurs forment un ensemble indissociable et équilibré. Les droits impliquent des devoirs. La liberté a, comme corollaire, la responsabilité. L’exercice de l’autorité implique non seulement la justice mais encore la générosité.
       Mais, ces dernières années, la liberté et la tolérance étaient portées au pinacle et d’autres Valeurs, comme l’autorité, le sens de l’honneur ou le patriotisme, étaient rejetées. De ce fait, le système était faussé. Et la liberté, elle-même, devenait celle de « faire n'importe quoi ».
       (La campagne de prévention du Sida a été typique à cet égard: refus de tout dépistage au nom de la liberté individuelle, malgré le risque énorme couru par la société… De même, la victimisation systématique des auteurs d’exactions…)

       La récente campagne Présidentielle vient apparemment de modifier la donne. On a été heureux d’entendre les principaux candidats proclamer leur attachement au Drapeau, au respect et à l'autorité… ce qui a amené certains commentateurs à dénoncer le retour à l'ordre moral ou à affirmer « Les valeurs de droite ont remplacé les valeurs de gauche. »

      Mais le philosophe Paul Clavier nous rassure en proclamant dans le Fig Mag du 16 /6 : «Rien de plus absurde que de rendre des valeurs morales prisonnières d'un camp ou d'un programme... Périodiquement, nous assistons au traditionnel retour des valeurs. C'est le plus souvent un retour de balancier, dicté par l'émotion, les circonstances. Il suffit pour cela d'une flambée de violence urbaine, d'un malaise scolaire, d'un scandale juridique. Des valeurs qu'on avait mises au rancart retrouvent alors subitement la cote : respect, tolérance, famille, solidarité, devoir, etc… Mais sont-elles vraiment en état de marche? (…) A l'heure du développement durable et du tri sélectif des ordures, il est opportun de soumettre nos options à un véritable contrôle technique. Pour en vérifier la fiabilité, en tester la biodégradabilité, c'est-à-dire leur résistance aux modes passagères.
      Il n'y a pas de valeurs de droite ou de gauche : il y a des valeurs qui, a certains moments, sont prônées par les uns. Les autres s'empressent alors de les leur disputer, ou de les conspuer. (…) Réfléchir sur les valeurs, c'est chercher la part d'absolu, et non d'opportunité, qui est déposée en chacune.
      Albert Camus, dans L'Homme révolté, le rappelle avec force : « Si nous ne pouvons affirmer aucune valeur, tout est possible et rien n'a d'importance... l'assassin n'a ni tort, ni raison. 0n peut tisonner les crématoires comme on peut aussi se dévouer à soigner les lépreux. »
       A quoi bon les valeurs, si elles sont toutes relatives ?… Le consensus, aujourd'hui, semble avoir détrôné l'absolu. Mais le consensus n'est pas infaillible : une majorité de vandales ne rendrait pas moralement acceptable la profanation des cimetières. L'absolu n'est pas négociable. Le terme lui-même peut faire peur. Il évoque quelque chose qui serait imposé par la force. C'est un contresens regrettable. Nos obligations morales peuvent être difficiles ou délicates, elles nous font grandir en dignité. (…)»
***
       C’est bien ce que nous proclamons depuis 21 ans. Merci Paul Clavier.
Jean Delaunay

« La Cote Argus des Valeurs », de Paul Clavier
éditions Presses de la Renaissance,350 pages, 20 €

haut de la page
Retour