HTML> Le billet de la semaine de France Valeurs
http://www.francevaleurs.org

Le billet de la semaine

Tous les billets en archives

Retour
Réflexions pré pascales
Réflexions pré pascales

A la veille de Pâques - à nos yeux sommet annuel de la foi et de la vie chrétiennes - les nouvelles ne sont pas bonnes. En témoigne notamment un titre de presse lu ce matin: « La France a atteint un degré de déchristianisation qu’elle n’avait encore jamais connu. »
Les récents scandales et le battage médiatique correspondant y sont pour quelque chose mais le mouvement était né bien avant 1905, et mai 1968 lui a donné un coup d’accélérateur qu’entretient l’actualité.
***

Détail supplémentaire, un rapport vient d’être présenté par un député à la commission de défense de l’Assemblée nationale. Il concerne « la lutte contre les discriminations au sein des forces armées. Il dénonce le caractère religieux de certaines fêtes ancrées dans la tradition militaire et en réclame la suppression ».
Il cite notamment « la journée de cohésion organisée au Mont-Saint-Michel par les Saint-Cyriens, leur participation à une cérémonie de l’anneau supposé de Jeanne d’Arc au Puy du Fou . Il dénonce les abus créés, selon lui, par le Pèlerinage militaire de Lourdes.

Il proteste même contre l’évocation des saints lors des réunions militaires.
Tout cela relève à la fois d’un certain antimilitarisme et d’un anticatholicisme militant.
***

Il est vrai que, depuis de longues décades, lors de nos fêtes, après l’évocation d’un haut fait, nous nous écrions : « Par Saint Georges, vive la Cavalerie ! », « Par Sainte Barbe, vive l’Artillerie !» et , plus récemment, « Par Saint Michel, vive les Parachutistes ! » Je ne vois pas là d’atteinte sérieuse à la laïcité.
***

Il me semble cependant que cette fâcheuse initiative d’un parlementaire participe des courants déconstructeurs qui traversent notre société. Parmi bien d’autres, Jean-Christian Petitfils soutient que « son histoire plus que millénaire a donné son identité et son unité à la France » en laquelle il voit notamment « Un état laïc aux racines chrétiennes ». Mais le fait que « la France perde la mémoire », comme le déplore son collègue Rioux dans un livre récent, est l’un des symptômes de cette crise. Elle se manifeste sous trois formes héritées de la « culture 1968 » : le communautarisme, qui s'oppose à la tradition universaliste et unitaire de la France ; et surtout le déclinisme et la repentance,
***

En réaction, et en toute sérénité, je me permets de reprendre ici, en l’actualisant, l’essentiel de la conclusion de mon livre-testament « En écho à Saint -Ex ».

Après, entre autres, cette attristante série de samedis fous, le destin de la France et celui de l’Europe me préoccupent. Dans ce contexte de totale confusion des esprits, d’incertitude et de déprime collectives, et de chaos international, montrer des g… de sauvés, c’est notre rôle de chrétiens à la fois sel de la terre et serviteurs inutiles.

On parle beaucoup de référendum. Si l’on en organisait un sur l’état moral actuel de notre société, nul doute que nous soyons nombreux à répondre « Non »... Non à la pollution des yeux et des cœurs de nos enfants… à la triche, à la drogue et au genre à l’école... non aux droits de l’homme dissociés de ses devoirs… au faut que j’m’éclate présenté comme un idéal de vie… Non aux menaces directes ou sournoises contre notre conception de la vie, de la famille, de l’école et, par-dessus tout, de l’Homme...

Mais, d’une part, il n’est pas envisageable d’organiser un référendum sur de tels sujets (trop éloignés de ceux du Grand Débat), d’autre part, chargés que nous sommes de prolonger l’œuvre du Créateur, nous avons d’abord à regarder le monde qui nous entoure avec des verres teintés à l’Espérance.

Malgré la sinistrose ambiante, l’important est donc pour nous de découvrir tout ce pour quoi nous voterions Oui, de l’apprendre à nos descendants et d’en vivre au fil des jours..
Oui au bonheur d’accueillir dans notre famille un nouvel enfant de Dieu.
Oui à la solidité exemplaire autour de nous de tant de couples – et de prêtres- de ces jeunes qui croient réinventer l’amour, de ces foyers qui tiennent bon malgré les épreuves et qui rayonnent d’autant plus. Oui aux joies simples: un sourire d’enfant, un beau coucher de soleil !

Oui à la satisfaction d’exercer de notre mieux notre « métier» d’homme et de femme responsables: les enfants à porter, à faire grandir et à accompagner, la maison à faire tourner, l’entreprise à développer et, jour après jour, les copies à corriger (ou l’article à écrire...), les clients à accueillir, les sillons à ouvrir, au propre ou au figuré...

Oui, surtout, à l’accueil de la grâce de Dieu en nous, à l’acceptation de notre condition de créatures qui, vivant la même existence que les autres hommes (cancer et chômage inclus...), considèrent leur existence autrement que ceux qui n’ont pas d’Espérance.

En somme, dans la vie quotidienne, sachons à !a fois « voter oui et non », en paroles et en actes. Sachons exprimer fortement (et ensemble) notre désaccord avec tout ce qui nuit gravement à ce que nous considérons comme sacré. Mais portons sur le monde tel qu’il est, un regard positif et enseignons-le à nos enfants. Faisons-le rayonner tout autour de nous.
Enfin, écoutons Saint-Ex dans sa « Lettre à un otage » : sachons sourire !

Si, à compter d’aujourd’hui, chacun de nous, (à commencer par les plus anciens, comme dit l’Evangile...), prenait la résolution de garder dans sa bouche ses paroles négatives et de s’émerveiller en revanche de ces petites choses qui donnent du sel à la vie, ce serait une contribution, indirecte et modeste mais efficace, au bonheur de ceux qui nous entourent et, pourquoi pas, par réactions en chaînes, à la paix du monde.

Brise légère ou tempête, selon nos besoins, puisse l’Esprit du Seigneur ressuscité souffler sur notre vie quotidienne pour que, malgré nos misères, nous sachions montrer autour de nous des g… de sauvés !

Bonnes Pâques

Et, par St Michel, Sainte Barbe, St Georges, St Maurice et les autres, vive notre armée !
Jean Delaunay

***

En écho à Saint -Ex