HTML> Le billet de la semaine de France Valeurs
http://www.francevaleurs.org

Le billet de la semaine

Tous les billets en archives

Retour
Le Grand débat national
Le Grand débat national

Dans l’esprit de France-Valeurs, je me permets de suggérer à nos amis de profiter des dernières heures de fonctionnement du Grand Débat National pour y participer. (Jusqu’au 18 mars 2019.)
Compte tenu de l’étendue, de la variété et de l’ancienneté des besoins et des demandes, je ne suis pas sûr que cette consultation débouchera rapidement sur le retour à la paix sociale et sur les changements de toute nature que notre peuple semble réclamer.

Cela dit, il me semblerait dommage ne pas saisir l’occasion qui nous est offerte de faire entendre – fût-ce modestement et pour le principe- notre voix de citoyens français.

Si vous ne l’avez pas encore fait, je vous propose donc de répondre d’abord aux questions posées concernant les 4 thèmes officiels.
On peut répondre en ligne ou adresser un courrier postal à

Mission grand débat - 244, bd Saint-Germain, 75007 Paris.

Les 4 thèmes retenus sont :
La fiscalité et les dépenses publiques
L’organisation de l’Etat et des services publics
La transition écologique
Démocratie et citoyenneté
***

A noter que, dans sa lettre annonçant la tenue de ce grand débat national, le Président de la République précise : « Dans les semaines qui viennent, je vous invite à débattre pour répondre à ces questions déterminantes pour l’avenir de notre Nation.
Je souhaite aussi que vous puissiez, au-delà de ces sujets que je vous propose, évoquer n’importe quel sujet concret dont vous auriez l’impression qu’il pourrait améliorer votre existence au quotidien. »
***

Je regrette, comme je l’ai exprimé dans la présentation de notre dernier billet, que les problèmes sociétaux– notamment tout ce qui a trait à la vie - aient été écartés de ce débat.
Je considère aussi que les questions de sécurité nationale auraient dû y figurer, par exemple ce qui tourne autour de l’immigration, du terrorisme, de la place de l’Islam dans notre pays...
L’important passage ci-dessus ouvre cependant la porte à nos propositions, même si elles ne rentrent pas dans les 4 thèmes retenus officiellement. (Voir ci-après quelques exemples.)
Sur ces bases, bon courage et bonne contribution.
Jean Delaunay
***

Nos propositions-exemples

Laïcité : interdire le financement d’une mosquée par une puissance étrangère.
De même, cesser de recruter des prêcheurs à l’étranger comme c’est le cas actuellement.

Ecologie : (Je parle en jardinier amateur mais convaincu) Devant l’invasion du béton, encourager le retour à la terre des personnes qui le souhaitent (retraités…) Soutenir mieux les candidats cultivateurs. Créer partout des espaces verts. Favoriser le retour des oiseaux, des abeilles, des vers de terre ; pour cela rétablir les haies, généraliser le compostage et planter des arbres.

Education nationale : Devant la baisse générale des niveaux, donner priorité absolue aux savoirs fondamentaux…

Devant le manque d’enthousiasme contemporain pour les métiers manuels et alors que sévit le chômage, encourager l’apprentissage comme en Suisse ou en Allemagne… Encourager davantage la pratique du sport de masse…

Vie sociale : (Visiteur de prison, je salue la générosité de certains, jeunes notamment, mais je regrette que finalement seule une partie de notre population accepte d’aider les moins chanceux), En conséquence, faire du « renvoi de l’ascenseur » une cause nationale.
Le programme de l’ENA, de l’X, d’HEC, de Normale sup … devrait ainsi comporter une période de découverte de la précarité et d’incitation des élites à mettre l’humain au centre de leurs préoccupations…

Prendre conscience de l’augmentation continue de la délinquance sous tous ses aspects. (Le nombre de prisonniers est passé de 60.000 à 70.000 en quelques années.) Parmi d’autres mesures, faire de la lutte contre la drogue, y compris la pornographie, une autre cause nationale.

Plus largement, réfléchir à la possibilité d’observer mieux (sinon de contrôler comme en Chine et en Russie) les réseaux sociaux dont le développement subi n’a pas fait, à ma connaissance, l‘objet d’études assez approfondies quant à leurs dérives et leurs nuisances.

Je vous laisse le soin de compléter cette modeste ébauche et j’aimerais être informé de vos contributions. JD

***

Le premier, Marc exprime son accord avec ces points et ajoute ce qui suit :

1/ le retour à un service national civique de 6 mois pour tous, dont 2 effectués en unités militaires, prolongés par 6 mois pour les décrocheurs et autre justiciables des dispositifs voisins qui s’empilent : SMV, SMA, EPIDE; 2ème chance, etc. Le tout dans une logique de service intergénérationnel et social, au sein des collectivités locales et autres services de proximité notamment en banlieue et dans les territoires périphériques. Ce service comptant comme stage pour la retraite.

2/Une éducation élargie aux sports, aux matières artistiques et à la découverte du travail manuel (stages obligatoires en ateliers et dans l’agriculture avec un coefficient de 25% pour le bac)

3/L’ouverture des écoles publiques inutilisées pendant les congés, au profit des illettrés, classiques et numériques, des chômeurs et chercheurs d’emploi et de tous ceux qui ont besoin de la formation basique ou continue pour acquérir une utilité sociale

4/ L’arrêt de l'urbanisation forcée des métropoles et la réaffectation des efforts financiers aux territoires et petites/moyennes villes et notamment aux centres ville.

5/ La taxation sévère des zones commerciales qui tuent le petit commerce et défigurent les paysages.

6/Le contrôle public a priori des financements d’associations islamistes ou communautaristes.

De son côté, Matthieu écrit : « Si on prend une personnalité politique la main dans le sac, après détournement de fonds publics, elle devient automatiquement inéligible à vie. En dédommagement, la société lui prendra tous ses biens. Alors que nos hôpitaux, les forces de l'ordre, nos services publics périclitent car nous sommes en crise, l'exemplarité est devenue essentielle au sein de la société. Je pense donc que l’application stricte des lois aux contrevenants, banques et politique compris, serait salutaire, d’autant plus que ça n'a jamais été pratiqué ! »

Solina propose « d’aller vers plus de décentralisation afin de responsabiliser davantage les personnes et de permettre le développement de projets locaux adaptés aux besoins propres. »


Valérie ajoute : « Ne pourrait-on pas inclure dans le cursus des grandes écoles un stage dans la fonction publique, celle qui prend en charge les générations de demain et les blessés et les oubliés d’aujourd’hui. Je veux parler de l’école, de l’hôpital et des maisons de retraite en Creuse ou à Roubaix.
Ils y découvriront des hommes et des femmes admirables qui donnent leur temps et leur attention sans compter. Un bel exemple pour les futurs dirigeants ! »


***