HTML> Le billet de la semaine de France Valeurs
http://www.francevaleurs.org

Le billet de la semaine

Tous les billets en archives

Retour
Réflexions autour du « réarmement moral » au début d’une année cruciale
Par Jean Delaunay

Pour informer nos nouveaux amis, au risque de saturer les anciens, je rappelle que j’ai fondé France-Valeurs en 1986 après avoir quitté l’armée et écrit en 1985 I>« la Foudre et le Cancer ». J’y soutenais l’idée que la menace nucléaire (prise très au sérieux à cette époque de guerre froide active), me paraissait moins grave que ce cancer moral qui me paraissait déjà ronger notre civilisation occidentale, et d’abord la française.
A cet égard, les choses ne s’arrangent pas et je viens de recevoir le témoignage suivant : « Je suis effaré de voir combien la vie politique Française est devenue médiocre depuis 50 ans, sans doute, disent certains, par l'abandon progressif et continu de ses "Valeurs" de base (lesquelles ?), remplacées, peu à peu, par une liste "à la Prévert" d'objectifs seconds (pas "secondaires" mais pas "principaux") concernant l'économie, la fiscalité, la "croissance", le niveau de vie, le chômage, les contrats de travail, l'aide sociale, l'égalité homme/femme, la (fausse) sécurité, les vacances, les retraites etc.
J'aimerais y voir clair sur les raisons profondes de cette évolution (dramatique ?) et sur les idées éventuelles pour la stopper ou, au moins, pour la ralentir !!! »


Je tente de répondre ici en trois temps et cela me permettra des mises au point.

1/ D’abord à cette liste à la Prévert, j’ajouterais volontiers d’autres phénomènes inquiétants dont le réchauffement climatique, l’écart grandissant entre les pays riches et les autres et le vieillissement des populations occidentales.

2/ A propos de l’abandon progressif et continu des Valeurs de base, je rappelle que lutter contre cette tendance est précisément l’objectif majeur de notre Association.

Mon correspondant se demande « Quelles Valeurs ? » Je crois que notre Argumentaire en présente une liste non exhaustive. (Site www.francevaleurs.org) Par ailleurs, le substantif (trop galvaudé) « Valeurs » pourrait dans notre vision des choses être remplacé avantageusement par « vertus ».

Notre domaine de prédilection est en effet celui des forces morales, au point que j’ai songé à reprendre dans nos statuts le terme de réarmement mora. J’y ai renoncé en imaginant la campagne « antifa »que cela nous aurait valu de la part de nos adversaires idéologiques

3/ Comment contribuer à stopper ou ralentir cette évolution dramatique ?

C’est une vaste entreprise, compte tenu de l’évolution défavorable de l’opinion publique sous l’influence négative des médias, et notamment du rôle catastrophique des réseaux sociaux, par exemple dans la diffusion de la pornographie.

Vaste entreprise, dis-je, raison de plus pour y contribuer, modestement mais de façon opiniâtre. Nous avons débuté dès 1986 à travers une série de conférences de moi s’appuyant sur mon premier livre « La Foudre et le Cancer », et la publication d’une lettre mensuelle. J’ai publié depuis les « Lettres à mes petits enfants sur des sujets qui fâchent » en 2000 et « En écho à St Ex » en 2013. Aujourd’hui, notre action se limite à la révision périodique de notre Argumentaire et à l’envoi de notre billet hebdomadaire.
***

En ce qui concerne la déplorable situation actuelle de la France, je me répète le proverbe : « A quelque chose malheur est bon ! » Je crois donc que quelque chose sortira quand même de la consultation nationale en cours qui permettra à notre famille de pensée de faire valoir notre point de vue comme nous l’avons fait à propos de la révision de la Loi de bioéthique.

On nous proposait fin janvier d’exprimer brièvement nos demandes concrètes.

J’ai suggéré deux objectifs particuliers et amorcé une réflexion sur un contrôle des médias et des écrans.

1/ La reprise d’une politique familiale fondée sur le mariage favorisant la natalité et prenant en compte l’actuel vieillissement de la population et la faiblesse de notre natalité
(Les médias et la classe politique s’extasient devant le chiffre 1,8 enfant par femme, le meilleur score en Europe, mais on oublie de dire que ce chiffre, déjà insuffisant pour compenser les décès, n’est atteint que parce que les femmes d’origine maghrébine ou africaine vivant chez nous ont un taux de fécondité très supérieur ; de 2,5 à 4,5. Sans l’appoint (à risques) de cette population, notre taux de natalité devient 1,6, comme en GB.)

2/ La prise de mesures visant à empêcher ou limiter l’actuel déferlement de la pornographie favorisée par l’accès facile des jeunes aux réseaux sociaux et aux sites spécialisés. C’est un grave problème de salubrité publique. (Nos amis de « Liberté politique » ont réalisé un DVD sur le Tsunami pornographique, danger que personne n’ose évoquer dans d’autres milieux.)
***

Restant dans le domaine médiatique et soulignant l’importance des écrans petits et grands diffuseurs d’images et de mots d’ordre dans l’extension et l’aggravation de la « révolte jaune», je considère qu’il serait irréaliste de réclamer l’établissement dans notre pays, si attaché à ses libertés, d’une censure, ou de demander des mesures comme la limitation de la diffusion des scènes de violence à la TV. (A cet égard, je relève ceci dans La Croix du 28/01.

Question : «Comment jugez-vous la place donnée dans la société actuelle à l’information continue et aux échanges permanent sur les réseaux sociaux ? » R « Pour moi c’est l’antichambre de l’enfer contemporain. Le fonctionnement de ce système d’information en continu avide d’images et de nouvelles fini par taper sur les nerfs, atteint le moral. Dans l’idéal, nous devrions être comme des enfants (…). Ils apprennent méthodiquement le monde dans lequel ils vivent afin de bien voir de quoi ils parlent en connaissance de cause. La médiatisation à outrance détache la connaissance de l’expérience. Elle nourrit nos propres clichés. Le patient rivé à son écran durant des heures développe une expérience faible du monde mais terrible, diabolique, trop intense, redondante, obsessionnelle criarde. On lui tape sur la tête avec un marteau ! »(Ph. Lançon, rescapé de l’attentat de Charlie Hebdo, auteur du livre Le Lambeau)

De tout cela, il résulte que, finalement, c’est à chacun de discipliner son usage des écrans.
***

Je conclus. Dans la bataille actuelle des idées et devant l’urgence de réarmer moralement notre pays, nos consignes diffusées depuis des années restent plus que jamais valables. Ce sont :

Avant tout, garder notre calme et notre sang-froid, notre attitude compte autant que nos mots !

Nous informer soigneusement pour connaitre notre affaire et préparer nos arguments !

Oser dire et nommer les choses fortement mais brièvement, en dépit des calomnies et peut être des menaces!
***

Je me permets de rappeler à nouveau les mots d’ordre de deux de mes maitres à penser :
Ne pas subir (Général de Lattre)
N’ayez pas peur (Pape Jean Paul II)
***

* Le réarmement moral est un mouvement né en Suisse avant 1940, initié par des pasteurs, face notamment à la menace hitlérienne. Il a évolué depuis mais reste encore vivant aujourd’hui sous le nom de « La Fondation Caux- Initiative et changement ».