Le billet de la semaine de France Valeurs
http://www.francevaleurs.org

Le billet de la semaine
Complément au billet de Matthieu

S’agissant de l’avenir de notre monde, mon petit-fils Matthieu Delaunay, très marqué par ses voyages lointains vécus au plus près des pauvres, nous a récemment adressé un billet récapitulant les problèmes qui se poseront de plus en plus à nous et à nos enfants alors que « tous les voyants sont au rouge.» En plus du « crash économique planétaire » que craignent les experts, il cite notamment les sévères conséquences du réchauffement climatique et celles du grand décalage des niveaux de vie entre l’Occident et les pays du « Sud ».
***
Sans remettre en cause ses conclusions, je veux compléter le tableau en portant, moi, mon regard sur la dimension morale de nos crises de société mondiale, européenne mais d’abord française.
J’essaye, ce faisant, de rester fidèle à l’esprit qui m’anime depuis que j’ai lancé France-Valeurs en 1986 et que j’ai écrit « Ce qui m’inquiète ou m’indigne » dans mon livre « En écho à St Ex ».*
***

Sous bien des aspects, les deux terribles guerres du XX° siècle et la décolonisation bâclée ont profondément ébranlé notre univers. La mondialisation a étendu et aggravé le mal à travers, entre autres, l’envahissement de la technique supposée nous apporter du progrès et du bonheur. D’où la montée universelle du matérialisme et de l’individualisme et la perte des repères ancestraux résultant autrefois de nos cultures originelles, pour nous judéo-chrétienne.
Du coup sont malmenées des notions comme le Bien et le Mal, le respect de la Nature et celui de la Vie… Dans les pays riches notamment, la primauté est accordée à l’argent au détriment de l’Humain. En résulte la méfiance grandissante envers ces repères que constituaient la Famille, la Religion et la Loi. La crise consécutive des mœurs aboutit à répandre la corruption qui aggrave notamment la misère des pauvres. D’où, par réaction en chaine, l’extension de la violence, de la délinquance et des diverses addictions, donc de nouvelles souffrances sociétales, du mal-être et et des suicides.

Ce que j’ose appeler la perversion des idées contribue à aggraver la situation. Je la vois s’exprimer sous deux formes. D’abord apparaissent des théories nouvelles qui bousculent les fondements de nos existences. Parmi elles, je dénonce par exemple la théorie du genre et le transhumanisme.
Sachant l’importance du rôle des femmes dans toutes les civilisations, j’y ajoute l’abusive nouvelle campagne féministe de combat qui, sous prétexte de lutter contre l’inégalité hommes / femmes, risque de contribuer à ébranler un peu plus notre société.

Ensuite, sous couvert d’évolution naturelle, des principes autrefois sacrés sont petit à petit dévoyés. Ainsi la Liberté devient celle de faire n‘importe quoi. Quant au respect des Droits de l’homme, devenu droit-de- l’hommisme, il tend à occulter les Devoirs correspondants.
Enfin, quoique récemment introduit dans la Constitution, le Principe de Précaution est en fait bafoué . Cela éclate notamment en matière de bioéthique. En effet, les nouvelles mesures envisagées – et qui semblent quasi adoptées- comportent des risques considérables pour les générations futures.
Cet ensemble de périls mine nos sociétés envahies par le doute, la peur, la mauvaise conscience, le recul devant les risques à courir (et d’abord celui de mettre des enfants au monde), la confusion des idées et, finalement, le manque de foi en la vie ...

Devant cette situation, comment nous comporter ?
1/ D’abord, mesurer le danger et en particulier prendre conscience du matraquage médiatique auquel nous sommes soumis. Deux exemples. S’agissant du rôle de l’école, certains de ses responsables évoquent la priorité pour elle " d’arracher l’élève à tous les déterminismes, familial, ethnique, social, intellectuel…". Hitler et Staline ne disaient pas autre chose. On est loin ici de l’apprentissage aux jeunes de la liberté de conscience et de parole…
Dans un autre domaine, depuis la loi Veil 1975, l’opinion est anesthésiée par une propagande insidieuse faisant accroire d’abord que l’avortement est moralement acceptable puisqu’il est légal. Le reste a suivi et l’on voit où cela risque de nous mener… au meilleur des mondes d’Huxley…. Je dénonce à cet égard l’emploi de méthodes quasi totalitaires pour faire passer en force des projets inquiétants en dépit de nos protestations taxées d’obscurantisme attardé catho fascisant…
2/ Ensuite, reprendre confiance en nous en nous persuadant d’abord que les forces morales sont essentielles en toutes circonstances, qu’elles forment un tout indissociable et que nous devons porter sur elles nos efforts d’éducation des jeunes.
Nous rappelant aussi, devenus minoritaires, que, partout et toujours, ce sont les minorités qui mènent le monde, à condition, pour le bien, d’être levain dans la pâte et de tirer les gens vers le haut..
3/ S’ensuit pour nous le devoir d’agir, d’oser nous engager courageusement dans le combat des idées mais de façon réaliste… et en unissant nos forces. A cet égard, Il y a des progrès à faire…
Alors que monte partout la violence verbale et physique, agir de façon pacifique mais déterminée et dans la durée, en alignant nos actes sur nos convictions.
Joie de dernière heure. Au moment où notre vision de la famille est en France menacée, et alors que beaucoup de nos concitoyens s’interrogent sur l’avenir, les plus anciens et les plus jeunes des mariés de nos petits-enfants nous annoncent qu’ils attendent un enfant, un de plus…
Quelle belle preuve de confiance dans l’avenir !
Petits-enfants, vous êtes de ceux grâce à qui notre France vivra !
Jean Delaunay
***
• « En écho à Saint Ex » par Jean Delaunay, 167 pages, 15 € + port disponible à France-Valeurs 32 rue de l’Orangerie 78000 Versailles


PS : Vos commentaires dans le forum.