HTML> Le billet de la semaine de France Valeurs
http://www.francevaleurs.org

Le billet de la semaine
LE SENS DE LA RESPONSABILITE en 2018
Chapitre après chapitre, je continue à réviser notre argumentaire.
Jean Delaunay

LE SENS DE LA RESPONSABILITE en 2018

La responsabilité, pour moi, c’est le corollaire de la liberté.
D'une façon générale : « c'est L'obligation de répondre de ses actes, car nos actes nous suivent. »
Les différentes formes de responsabilité

-Vis à vis de soi-même.
Chacun de nous comprend qu'il est le premier responsable de son corps, d'où l'importance de l'hygiène. Mais chacun doit aussi exercer et entretenir son esprit pour le maintenir en éveil. Il est moins facile de mesurer sa responsabilité personnelle concernant son cœur car on s'endurcit facilement, par exemple devant des émissions TV ou internet avilissantes ...

Vis à vis d'une autre personne qu'on prend en charge d'une manière ou d'une autre.
-Cette responsabilité est facilement démontrable dans le domaine sexuel du fait des conséquences directes de l'acte (dans les domaines de la transmission de la vie ou, hélas, d'une maladie ...)
-Dans le domaine affectif, elle est aussi importante car on ne compte pas les traumatismes créés chez des gens soi-disant libérés par le fait d'avoir été largués par leur copain (ou copine) .De tels chocs peuvent conduire au suicide, 1° cause de mortalité des jeunes Français d'aujourd'hui ...
-" Tu m’as apprivoisé, dit le renard au Petit Prince de Saint Ex, donc tu es devenu responsable de moi."
Dans ce domaine qui est parfois celui de l'assistance à personnes en danger, l'exercice de la responsabilité peut donc commencer très jeune, donc être encouragé par les éducateurs Paternité et maternité responsables
L'ambiance actuelle aboutit à un découplage entre la pratique sexuelle et la conscience de ses responsabilités. D'où, entre autres, les drames de l'avortement, les difficultés de tant de mères célibataires et les échecs de tant de familles où les parents ne se comportent pas assez en responsables de la vie et de l'éducation de leurs enfants. Vis à vis d'une collectivité qu'on a en charge -« Faire tourner la boutique »suppose déjà une vision élevée de la responsabilité. Mais il s'agit aussi et surtout d'aider chacune des personnes qu'on a en charge à se réaliser et à s'épanouir. C’est donc confier à chacun des responsabilités à sa mesure car les responsabilités ça vous grandit ! "
-Cela implique non seulement de ne pas faire de la rétention de responsabilité, ni de créer artificiellement des responsabilités nouvelles mais de déléguer largement, selon le principe de subsidiarité (que chacun fasse ce qu'il peut faire, et faire bien).
-Cela dit, être responsable, c'est accepter un risque, s'exposer, c'est donc avoir un minimum de confiance en soi, ce qui suppose que quelqu'un vous ait dit (fût-ce implicitement) : « j'ai confiance en toi ! » - Dans ces conditions, « être responsable, ça vous grandit ! », d'où l'intérêt d'exercer des responsabilités et, pour cela, de les rechercher, sans viser pour autant le pouvoir en tant que tel...

Liberté et responsabilité

L'homme est responsable parce qu'il est libre. Il doit donc assumer les conséquences de ses actes.
La responsabilité est ainsi le corollaire de la liberté.
-Vis à vis de soi- même, chacun est libre de choisir le mode de vie qui lui convient ; c'est une affaire entre lui et sa conscience.
Mais l'homme n'est pas isolé: il vit dans un cadre social.
La vie familiale repose sur un enchevêtrement de responsabilités dont le respect permet de resserrer les liens familiaux. Chaque citoyen a des devoirs vis à vis de ses voisins, de sa ville, de sa patrie, et une autorité ne s'exprime légitimement que si le responsable travaille pour le bien commun.

La crise de la responsabilié

Depuis Adam et Eve, chacun de nous a tendance à dire dès son jeune âge: «C'est pas d’ma faute ! »,
-La crise actuelle comporte en outre un affadissement généralisé du sens de la responsabilité.
C'est évident sur le plan matériel puisqu'on retrouve souvent son auto emboutie au parking sans carte sur le pare-brise.
C'est moins facile à mettre en évidence au plan moral... et pourtant :
-Le drame de la transmission du SIDA permet, hélas, d'en illustrer la gravité.
- Au niveau national, les affaires montrent que des hommes en vue ont parfois tendance à oublier leurs responsabilités en confondant servir et « se servir »...
-A l'échelon familial, beaucoup de parents qui divorcent au nom du Il faut que j'm'éclate ne mesurent pas assez les perturbations que leur séparation va causer chez leurs enfants. De même, à un moindre degré, ceux qui laissent leurs enfants seuls face à la tentation de la drogue, ou face à la télé et aux réseaux sociaux... Certes une sévérité abusive est dangereuse, autant qu'une famille close mais Ie laxisme éducatif représente l'une des plaies de notre société.
-Dans un autre domaine, celui des transports notamment, les grèves constituent un véritable démenti à la notion même de service public responsable du bien commun:
-Beaucoup d'hommes et de femmes des médias semblent ignorer leur écrasante responsabilité morale. Recherchant l'audience à tout prix, à travers le sexe et la violence, ils exercent une influence désastreuse sur l'esprit de beaucoup de téléspectateurs. -
Dans le même temps, la justice condamne souvent les auteurs de crimes sexuels dont les esprits faibles et déréglés ont été empoisonnés par les films X qui sont, eux, diffusés en toute liberté. Enfin, la crise s'exerce dans un tout autre domaine, celui du recrutement des bénévoles. L’éducation à la responsabilité
- Le sens de la responsabilité n'est pas inné.
Il faut l'apprendre comme le reste. Cette éducation se fait d'abord dans la famille, à la maison, à travers l'apprentissage des gestes simples de la vie quotidienne. L’on enseigne d'abord à l'enfant à être responsable de lui-même. On lui apprend aussi à se sentir, dans une certaine mesure, responsable de ceux avec lesquels il vit: en faisant des courses, en conduisant la petite sœur au jardin d’enfant ...
Cette éducation est complétée à l'école et il faut se réjouir que les nouveaux programmes d'éducation civique veuillent contribuer à former des citoyens responsables. . -
Cette formation est utilement complétée dans les équipes sportives. Chacun y apprend à jouer en se sentant responsable du succès de son groupe. -
Le scoutisme a mis au point une pédagogie éducative particulièrement précieuse en initiant progressivement le jeune à ses responsabilités individuelles et collectives. -
Cela dit, la meilleure école de responsabilité c’est la vie, dans toutes ses dimensions à condition cependant que, partout, parents, professeurs, cadres… se fassent un devoir de faire découvrir journellement et progressivement la responsabilité aux citoyens (et futurs) qui dépendent d'eux. -
Répétons enfin que l'éducation à la responsabilité est inséparable de l'éducation à la liberté, au courage, à l'honneur et à la générosité car un homme est indivisible.
***
CONCLUSION

La trame du message de France-Valeurs sur la responsabilité est celle-ci:
- La liberté est inséparable de la responsabilité.
Nos actes nous suivent.
- La vie, c’est une série de carrefours. A chaque carrefour, il faut choisir.
- On est responsable de celui qu’on a apprivoisé.
- La responsabilité, ça vous grandit.
- Les responsabilités, ça se ramasse.
- La responsabilité, ça s’apprend. et chaque responsabilité nous prépare à la suivante.
***



PS : Vos commentaires dans le forum.