HTML> Le billet de la semaine de France Valeurs
http://www.francevaleurs.org

Le billet de la semaine
Retour
Réflexions d’un béotien sur l’IA (Intelligence Artificielle)
Par Jean Delaunay

A plusieurs reprises, j’ai exprimé ici ma méfiance envers le transhumanisme.
S’agissant du principe de précaution, je n’ai pas apprécié son introduction dans la Constitution,- car la vie humaine suppose l’acceptation de risques -, mais, puisque ce principe est devenu l’un des piliers de notre société, je voudrais qu’il soit d’abord appliqué à tout ce qui engage l’avenir de nos descendants.

Je ne suis pourtant pas de ceux qui « regrettent la lampe à huile et la marine à voiles »
. J’ai toujours prôné l’adaptation à la modernité, dans le respect de la tradition dans ce qu’elle a de bon.
Trois exemples vont m’aider à faire passer ma vision du progrès salutaire.

Notre arrière-petit-fils Alexandre, 8 ans, est l’un des 89 français atteints de la FOP, la maladie de l’homme de pierre, jusqu’ici réputée inguérissable.
Or, on vient de proposer à notre petit malade le traitement qui commence à faire ses preuves outre atlantique. Je me réjouis de cette nouvelle qui nous remplit d’espoir concernant l’avenir de cet enfant déjà sévèrement handicapé mais très intelligent et très vivant. On espère au moins limiter ou stopper l’évolution de sa maladie.
Comment pourrais-je ne pas admirer ces chercheurs qui consacrent leur existence à combattre la FOP, un mal qui ne concerne qu’un tout petit nombre de personnes, par rapport aux milliers d’autres qui luttent contre le cancer ?...

En même temps, l’un de nos jeunes amis a grandi dans une famille où des hommes (dont son père) sont atteints de paralysie précoce. Dès sa sortie de l’X, il a décidé de travailler à rendre un certain degré de mobilité à ces personnes. Il a conçu un exosquelette susceptible à terme de les rendre autonomes. Les difficultés d’un tel projet sont nombreuses, qu’il s’agisse d’argent ou de technique mais lui et son équipe vont de l’avant. Bravo à eux !

Dans un domaine voisin, les amis de France Valeurs ont aidé l’an dernier une jeune paralysée, devenue ingénieur, à acquérir un véhicule personnel adapté à son cas, et à son fauteuil électrique. Elle le conduit aussi d’un doigt et l’utilise pour se rendre seule au travail.
J’admire ces réalisations et ces projets hautement humains.
En revanche, je me méfie des apprentis sorciers.
***

A cet égard, je viens de découvrir une alliée en la personne de Marie David, ingénieur, qui a créé en 2015 l'Association française contre l'intelligence artificielle.(1) Elle veut alerter nos dirigeants et l’opinion sur les risques pour l'humanité des utopies fondées sur l’IA.
***

En ce qui me concerne, je regrette surtout que le Monde du Numérique ne fasse l’objet d’aucun contrôle des Etats ou de l’ONU. Il est dominé par les géants du Web, GAFA notamment. (2) Ces jeunes sociétés partagent des millions d’utilisateurs, génèrent un chiffre d’affaires considérable et, disposant de moyens quasi illimités, ont une grande capacité de recherche et d'innovation. Leur activité est entièrement entre des mains privées alors que les Etats, l’industrie et le commerce mondial sont aujourd’hui « surinformatisés », donc dépendants de ces Géants qui détiennent dorénavant un pouvoir mondial inquiétant.
« Or, écrit Marie David, ces milieux sont pétris d'une vision technicienne du monde dans laquelle tout ce qui est possible techniquement doit être réalisé, sans que jamais une loi puisse l'interdire. Et donc, dans ce monde très libéral, les fantasmes d'une toute-puissance infantile peuvent se déployer: on retrouve ainsi ceux du transhumanisme. (…) . « Le meilleur des mondes »(3) se rapproche dangereusement. »
C’est aussi mon avis.
Or, je viens de lire que, face au risque d'un déclassement technologique de la France face à la Chine et aux États-Unis, notre Gouvernement allait consacrer un nombre important de milliards à la recherche sur l‘Intelligence Artificielle. « Ce, poursuit Marie David, alors que les hommes politiques français réfléchissent peu aux enjeux fondamentaux des évolutions techniques, et que, quand c'est le cas, ils le font sur des considérations purement économiques et sur l'emploi. Aucun d'entre eux ne semble vouloir envisager les aspects anthropologiques et éthiques d'un développement massif et incontrôlé de l'intelligence artificielle. »
Cependant le problème ne nous semble, à terme, pas moins important que celui du contrôle du nucléaire, ou que celui de la lutte contre le réchauffement climatique... qui font beaucoup plus l'actualité politique actuelle. »


Là encore, je partage son point de vue. Tous les observateurs constatent, en le déplorant, que beaucoup de nos contemporains, jeunes notamment, passent une partie de leur temps à scruter leur écran. Qu’adviendra- t-il demain de leur chère Liberté quand une partie d’entre eux seront, en plus, « augmentés artificiellement » par des transformations génétiques ou des implants dans le cerveau de façon à penser et à agir comme les GAFA leur diront.
Essayons de développer et d’entretenir notre intelligence naturelle et méfions-nous de l’IA.
***
(1)WWW.afcia association.fr
Email : afcia.association@gmail.com
(2) (GAFA= Google, Apple, Facebook et Amazon).
(3) Allusion au roman d’anticipation critique « Le Meilleur des mondes » (Brave New World) écrit par Aldous Heuxley en 1932.



PS : Vos commentaires dans le forum.