HTML> Le billet de la semaine de France Valeurs
http://www.francevaleurs.org

Le billet de la semaine
Retour
Le point de vue de France-Valeurs en matière de bioéthique.
Le point de vue de France-Valeurs en matière de bioéthique.

Nous avons pressenti que la récente consultation était importante car elle engageait beaucoup l’avenir en opposant les progressistes (à tout prix ?) aux prudents que nous voulons être. Nous avons rejoint en cela les positions –entre autres- de l’Eglise de France et de l’Alliance Vita .

Nous n’avons pas voulu répondre à des questions qui nous dépassent, comme celles concernant les neurosciences, la médecine génomique, les dons d'organes, les méga-données.

Sur le reste et sur le fond, nous avons simplifié le plus possible nos réponses en faisant appel au maximum au bon sens et à la loi naturelle qui coïncide le plus souvent avec le point de vue chrétien.
Ainsi, pour nous, l'embryon est une personne humaine en devenir et doit être respecté comme telle. Il ne doit pas être traité comme un cobaye. Les recherches doivent donc se poursuivre en priorité avec les "cellules souches".

La procréation est une noble fonction assumée, dans l’idéal et pour le bien, par des couples homme + femme qui s’engagent pour la vie à fonder ensemble une "famille". Certes, ce type d’union est imparfait mais suscite moins de drames que celui vanté par M. Mitterrand en 1981: « il n’y a pas de modèle familial, chacun invente le sien.» Les situations qui découlent de cette conception sont trop souvent créatrices de souffrances.

A l’heure où tant de familles monoparentales peinent à faire vivre leurs membres en leur permettant de s’épanouir, la politique familiale Française devrait donc confirmer clairement que la famille « classique » (constituée d’un père et d’une mère associés pour la vie, et de leurs enfants) est celle qui assume le mieux son rôle de pilier de la société et encourager son existence dans la durée.

L'assistance médicale à la procréation devrait être limitée aux cas d'infertilité, uniquement pour permettre aux couples en difficulté de recourir à des méthodes respectant la parenté du père et de la mère, par l'insémination (artificielle s'il le faut) de la mère avec la semence du père.

L’intérêt de l’enfant à naître et son équilibre doivent primer sur le "désir d'enfant". Ce sentiment ne peut être invoqué pour justifier de nouveaux "droits". L’appel à des "géniteurs" extérieurs, "donneurs" de gamètes ou "mères porteuses", risque de susciter un odieux trafic à travers un "marché mondial de la procréation", générateur probable de désordres de tous types.

D'une façon générale, la France doit s'opposer à toute marchandisation du corps humain. Au moment où l’on célèbre, à bon droit, l’abolition de l'esclavage, la dignité des personnes est en jeu dans bien des domaines de la bioéthique. Son respect doit partout primer.

En particulier, la fin de vie est une étape souvent difficile pour beaucoup. La Fraternité, inscrite dans la devise républicaine, implique que l’Etat respecte et favorise la liberté des personnes en fin de vie, en leur assurant un accompagnement de qualité jusqu'au bout. C'est ainsi qu'il faut développer toutes sortes de "soins palliatifs" au lieu de créer des centres de suicide, surtout "assisté" !
Certes, le "coût" d'une fin de vie généreusement accompagnée "pour tous" est élevé, mais l’argument selon lequel il faudrait réduire ce coût est contraire au principe de l'Egalité républicaine. La réduction des dépenses correspondantes ne peut pas être évoquée pour ce service essentiel qui doit être garanti au même titre que la Sécurité Sociale, "pour tous".
***

D’une façon plus générale, l’inquiétante actualité nous montre la vulnérabilité du Vivant, végétal, animal et humain.
Le principe de précautioninscrit dans la constitution – doit donc s’appliquer dans l’exploitation des progrès considérables (et souvent salutaires) de la recherche biologique, médicale et pharmaceutique.
L’Etat a vocation à contrôler les éventuels apprentis-sorciers et, tout en les encourageant pour le bien, à les empêcher de créer des situations dramatiquement irrémédiables.
Jean Delaunay
***



PS : Vos commentaires dans le forum.