HTML> Le billet de la semaine de France Valeurs
http://www.francevaleurs.org

Le billet de la semaine
Retour
« Servir »
Je suis particulièrement heureux et fier de diffuser le jugement porté par Paul Beuzebosc, critique littéraire déjà connu de France-Valeurs, sur l’ouvrage d’un homme qu’il connait particulièrement bien. Je me permets d’ajouter ma satisfaction d’avoir modestement contribué, un temps, à la formation du futur CEMA et du critique.
Jean Delaunay
***

« Servir »
de Pierre de Villiers
Editions Fayard LU
Par Paul Beuzebosc
Publié le 10 février 2018
RECOMMANDATION
Excellent : 4 cœurs

THÈME

Les gens heureux n’ont pas d’histoire mais peuvent trouver, comme Lyautey, « la joie de l’âme dans l’action ». C’est ce bonheur à agir, à témoigner et à instruire qui anime Pierre de Villiers au terme de quarante années passées à servir.

Servir, plus que commander, est l’archétype des verbes à l’infinitif qu’affectionnent tant les soldats. Il résume tout : le but, la voie, le moyen, le résultat. Il prouve, ici sans emphase ni ostentation, sa légitimité.

Pour l’occasion, peu de mois après son départ fracassant des armées de la nouvelle ère jupitérienne, il exhibe son grade et porte l’uniforme. Il aurait pu choisir la tenue de combat des « Lettres à un jeune camarade » qui ont ponctué son commandement à la tête de nos armées mais il a ciblé un public large, celui de ses concitoyens, conscients que le monde en plein réarmement n’évolue pas vers une paix tranquille, à l’abri des fractures renaissantes de l’Histoire, dans une Europe confortablement vautrée dans des dividendes illusoires.

POINTS FORTS

Ce livre n’est pas la conclusion d’une « affaire » qui a précipité un jeune président, mal ou plutôt trop bien conseillé, à commettre sa première faute, mais le testament, tourné vers l’avenir, d’un acteur de haut rang, passé par tous les stades du métier, d’une chose militaire qui fait beaucoup parler et peu réagir.

Sans évacuer un possible retour de la guerre à large échelle, l’ouvrage est une synthèse raisonnée et raisonnable de la « problématique » de défense pour une puissance moyenne qui croit encore à sa vocation mondiale par temps de crise. Entre la « paix improbable et la guerre impossible » de Raymond Aron, le monde va goûter de plus en plus aux saveurs amères et aux territoires infernaux de la crise mondialisée.

Le propos dessine en dix chapitres les nouveaux visages du monde, de la guerre, des opérations militaires, de la transformation incessante et inégalée des armées, les efforts à déployer, le partage du fardeau entre alliés, la place essentielle des hommes et l’ambition nécessaire qui sont autant de commandements pour une vraie défense. Entre les lignes se dévoile aussi la difficulté à installer une relation de confiance – et même de conscience – entre le monde militaire et la classe politique qui oublie la prégnance du temps long.

POINTS FAIBLES

Choisir le même titre que les mémoires de Gamelin, généralissime de la défaite de 1940, était un risque tant le mot de Napoléon conserve son génie : « le soldat pense à la mort et le général au jugement ». Servir trouve, ici sans emphase ni revendication, sa substance et sa légitimité .

Là où certains redoutaient la polémique, c’est le polemos qui transpire de ces pages claires sur les enjeux, les réalités - stratégiques et tactiques - et la spécificité militaire.

On aurait pu imaginer une œuvre moins classique, plus incarnée et flamboyante, où un chef charismatique entraîne les citoyens à l’assaut du réel. Ce n’est pas le registre ni le tempérament de l’auteur qui a réussi son pari, faire de sa démission le dernier acte de sa mission.

EN DEUX MOTS ...

Pierre de Villiers avait évoqué son envie d’écrire au terme de son mandat de chef d’état-major des armées. Compte tenu des circonstances, de la nécessité de marquer le coup par surprise, de ne pas laisser Ie dernier mot à Bercy et à la seule « toge » suprême qui a le pouvoir de toujours supplanter les armes, il n’a pas écrit le livre entrevu.

Le soldat y apprend peu qu’il ne sache déjà, le « pékin » en saura bien davantage tant la mise en perspective, la cohérence, la pédagogie de l’intelligence des situations rythment le propos. Comme écrire sert à servir, tous sont désormais conscients qu’une brèche est ouverte dans le « monde du mutisme » et que ceux à qui le pouvoir demande, si besoin, de se sacrifier se tairont moins à l’avenir.

TROIS EXTRAITS

« Restons convaincus que la violence recule là où la force avance. »
« Ces dernières années, on a gagné des guerres et perdu des paix.»
Il affichait la sérénité des grands soldats et la modestie des vrais héros. Aucun esprit de vengeance mais le culte de la mission. »


L'AUTEUR

Né dans une famille vendéenne d’adoption, fils d’officier résistant, frère cadet de Philippe, homme politique talentueux et créateur inspiré de l’aventure du Puy du Fou, Pierre de Villiers, saint-cyrien, officier de cavalerie, stagiaire entreprenant de l’Ecole de Guerre, auditeur de l’IHEDN est un grand amateur de football. A toutes les étapes de son brillant parcours, il est resté abordable et plein d’humour. Chef opérationnel vif et serein, il a été un Chef d’Etat-Major des Armées complet, consensuel et respecté de tous, en France comme à l’international.

Son départ de l’institution a fait forte impression tant dans la communauté militaire que dans le reste de l’opinion. Pour ce qui est de « servir », ce n’est peut-être pas le dernier acte…
***




PS : Vos commentaires dans le forum.