HTML> Le billet de la semaine de France Valeurs
http://www.francevaleurs.org

Le billet de la semaine
Retour
Merveilleuse rencontre nocturne sous la neige
Merveilleuse rencontre nocturne sous la neige

J’ai déjà souligné dans mon billet d’anniversaire la chance qui a marqué ma vie. Elle continue.
La plupart des gens rencontrent leurs plus grandes satisfactions d’hiver à filer à grande allure au grand soleil sur les pistes de ski. Pour moi, hier, ça a été, de nuit, sous la neige et sur le verglas, en auto stop dans une circulation automobile très dense à l’allure d’un nonagénaire au pas.

Je sortais de l’hôpital où ma femme est soignée pour un problème cardiaque sérieux. Dans le noir et sous les flocons, j’apprenais que les autobus étaient supprimés en raison du verglas. Me demandant comment j’allais rentrer chez moi, je me suis approché du péage du parking où les automobilistes réglaient leur stationnement. À plusieurs d’entre eux, j’ai demandé - sans succès - de m’emmener.

Autrefois familier du stop, j’ai continué, et un charmant jeune inconnu m’a ouvert sa portière.
Pour rompre la glace, j’ai l’habitude en pareil cas d’amorcer la conversation en expliquant d’un mot ma situation personnelle du moment, puis, si ça marche, de poser des questions au conducteur. C’est ce que j’ai fait.
Comble de chance, celui-là était médecin urgentiste à cet hôpital.

Il faut dire que j’aime beaucoup les médecins dont je me sens à priori proche à travers le service des hommes. Certains d’entre eux m’ont maintenu en vie et d’autres m’ont permis d’arriver à ce grand âge. Je sympathise volontiers avec ceux qui le veulent et qui deviennent parfois des amis.

Ce fut le cas hier. Thomas a choisi de se détourner de son chemin pour me ramener à la maison et, en cours de route, pendant une heure et demie, a bien voulu répondre à toutes mes questions sur sa formation (12 ans d’études), sa spécialité urgentiste, sa vie professionnelle au quotidien, et, d’une façon générale, les problèmes de santé français et l’état de la médecine.

J’ai trouvé en lui, non seulement un conducteur de 32 ans assez charitable pour me dépanner après sa rude journée d’hôpital, (alors qu’il est jeune marié, ce que j’ai découvert en route…), mais un homme de grande classe, à l’esprit très vif, brillant praticien aux préoccupations étendues et aux fortes convictions, aimable, ouvert et chaleureux, conscient de ses grandes responsabilités personnelles au quotidien et de l’avenir de la médecine.

En échange, je lui ai fait part de mes diverses expériences, en finissant par France-Valeurs.

Nous étions (enfin) presque arrivés quand il m’a demandé : « Selon vous, compte tenu de tout ce qui se passe autour de nous, où va la France ? » – et d’évoquer les problèmes bioéthiques en cours d’examen, ce qui m’a permis de constater que nous étions sans doute sur la même longueur d’onde.

Nous nous sommes séparés avant d’avoir épuisé le sujet. En guise de réponse partielle et provisoire, je vais lui adresser mon livre « En écho à St Ex ».

Je vais ajouter : « Docteur, la France deviendra ce que vous, les jeunes, en feront. Elle se relèvera si des hommes et des femmes d’élite, comme vous, ont assez de sagesse, de courage et de rayonnement pour s’unir et s’engager pour le bien commun, notamment en ce qui concerne ces problèmes bioéthiques qui nous préoccupent.

Merci cher Docteur. Notre rencontre fortuite que je trouve providentielle, a été pour moi, préoccupé de tous côtés, un moment réconfortant de lumière et de douce chaleur humaine dans cette nuit glaciale. Hier soir aussi, vous avez continué à assumer votre mission de service des hommes. Votre passager, un vieux soldat, vous dit :

Bravo. Continuez. »

Jean Delaunay

***



PS : Vos commentaires dans le forum.