HTML> Le billet de la semaine de France Valeurs
http://www.francevaleurs.org

Le billet de la semaine
Retour
Billet de début d’année 2018
Je veux d'abord remercier nos fidèles amis qui nous suivent, certains depuis le début. Pour eux, je veux faire le point sur ces 32 années de l’association France Valeurs.

Je rappelle qu’elle a démarré en 1986 à partir de mon livre« La Foudre et le Cancer », publié en 1985.
Il m'a d’abord permis de diffuser mes réflexions d'ancien chef d’état-major de l’armée de terre.
J’y soutenais que : « Le danger d'aujourd'hui réside moins dans "la Foudre" (la violence guerrière) que dans ce lent pourrissement indolore de notre corps social. Ce "Cancer" résulte des agressions subtiles menées par nos adversaires contre nos esprits et nos cœurs via l'intimidation terroriste et nucléaire, la propagande pacifiste, neutraliste,.(j’ ajouterais aujourd’hui islamiste),la désinfor¬mation tous azimuts . Il provient, aussi et surtout, de notre CRISE DE CIVILISATION aggravée par une véritable SUBVERSION DES VALEURS. » D’où la nécessité de réagir. France Valeurs voulait y contribuer.
A travers les sympathiques réponses de beaucoup de lecteurs, j’ai pu alors identifier des adhérents éventuels de France-Valeurs et les rassembler. Mes droits d'auteur nous y ont aidé.

Pendant les premières années, j'ai fait beaucoup de conférences en France et quelques-unes à l'étranger, sur le thème des Valeurs. Nos lettres mensuelles, qui les complétaient, étaient alors adressées par la Poste, ce qui impliquait un secrétariat où se dévouaient quelques bénévoles.

Souffrant de l’usure de mes articulations d’ancien sportif, j'ai alors cherché un successeur plus opérationnel. Trois personnes de grande qualité se sont présentées, l'une après l'autre mais, très sollicitées par ailleurs, aucune n'a finalement donné suite.

Devant cette situation et la modestie de notre développement, donc de notre influence, j'ai alors songe à dissoudre l'association. Je me suis cependant dit qu'elle pouvait garder quelque intérêt pour certains et J’ai continué. Cela m’a poussé à écrire d'autres livres au fil des ans.

Pour économiser nos maigres ressources, il nous a cependant fallu en 2006 supprimer notre secrétariat. Dès lors, nos billets, devenus hebdomadaires, n’ont été adressés à leurs destinataires que par internet. Cela n'a été possible que grâce au dévouement et à la compétence de notre webmaster André Bouvet qui a mis en forme et vous adresse ce jour notre 621° billet.

C'est donc grâce à lui que France-Valeurs a persévéré jusqu'à ce jour et continuera jusqu'à ce que mes forces m'abandonnent. Je mesure en tout cas combien l’animation de cette petite association a constitué pour moi une raison supplémentaire de vivre et de servir, me forçant en plus à entrainer mes neurones pour rester un peu dans le coup, alors que j’aurai bientôt 95 ans.

Dans cette perspective, je me permets de présenter deux demandes à nos amis.
-D’abord, se manifester davantage en retour auprès de nous qui avons un peu l’impression de n’envoyer que des messages en l’air, comme on dit dans l’armée.
Notre forum est ouvert à cet effet sur notre site www.francevaleurs.org.
- Ensuite, pour ceux qui s’en sentent le courage, nous adresser des billets originaux. Cela renouvellerait leur intérêt.

Merci d’avance et bonne année 2018.
Jean Delaunay

***

PS Il nous reste des exemplaires disponibles de mon livre testament « En écho à St Ex »
Vous nous rendriez service en les achetant. (15 € l’un + 6 € de port)
Mes livres :
« La foudre et le Cancer » éditions Pygmalion 1985 Prix Vauban 1986
« L’Antimilitarisme, une composante de la subversion » UNI 1987,
« Sous les drapeaux » Fayard 1991 Guide Totus
« Visiter les prisonniers » Fayard 1992, Guide Totus
« Histoire de l’arme Blindée Cavalerie 1942 / 92 » Héraclès 1992,
« Lettres à mes petits enfants sur des sujets qui fâchent », Téqui, Prix Renaissance 2000
« Femmes de soldats d’hier et d’aujourd’hui » Prix UNOR 2004 Christian *
« Un coup d’œil dans mon rétro » Satisfecit 2008 *
« En écho à Saint Ex » Satisfecit Décembre 2013. Disponible à l’achat

Et, en collaboration
« Les parents de Julie ou l’éducation par le bon sens » (Maison de la pédagogie)
« Les grands parents de Julie ou la famille dans le bon sens » (id)
- *livres épuisés, mais le texte en est disponible en ligne sur demande

Commande du livre « En écho à St Ex » de Jean Delaunay prix 15 € + 6 € de port
Adresser la commande à France-Valeurs 32 rue de l’Orangerie 78000 Versailles avec un chèque joint
Ou par internet à contact@]francevaleurs.org paiement à réception
Indiquer SVP nombre d’exemplaires désirés et adresse de livraison
***


Après nos deux billets récents sur le transhumanisme, il me parait important de diffuser aussi le point de vue du Docteur Mattei , un expert en la matière et un sage à mes yeux.
JD
Questions de conscience

« Médecin, ancien ministre de la santé, artisan des premières lois de bioéthique adoptées en France en 1994, Jean-François Mattei s'intéresse depuis des années à l'éthique biomédicale.
Dans son dernier livre, Questions de conscience, l'ancien président de la Croix-Rouge aborde les nouveaux défis posés dans ce domaine par les techniques génétiques les plus récentes ou le transhumanisme. L'ensemble constitue un manuel d'éthique salutaire et pédagogue, qui aborde les questions avec recul et discernement.
La force de Jean-François Mattei est de remettre en perspective les enjeux actuels avec les grands principes qui sous-tendent notre éthique, comme l'anonymat et la gratuité du don d'organes, ou encore l'indisponibilité du corps humain. Généticien de formation, il dit aussi clairement ses réticences face au développement de courants de pensée qui résument l'être humain à son génome. D'ailleurs, même si nous savons séquencer notre ADN, nous n'en comprenons aujourd'hui que 1 %. «Il semble donc prudent de ne pas parler d'applications cliniques de l'édition du génome humain tant que nous n'en saurons pas davantage », commente-t-il, en référence à une technique qui permet de modifier très précisément des séquences d'ADN
. De même, il appelle à prendre du recul sur les utopies post-humanistes, qui visent plus ou moins directement la fin de la mort. Il faut ainsi, plaide Jean-François Mattei, résister à l'idée selon laquelle le transhumanisme serait inéluctable.

En revanche, dit-il, cette idéologie agit comme un révélateur de notre matérialisme, et surtout d'une tentation eugénique jamais éteinte. Une tentation à laquelle il est nécessaire que la politique contrevienne. »
Loup Besmont de Senneville
Paru dans la Croix du 19/12/17
De la génétique au post-humanisme, de Jean-François Mattei, Éd. Les liens qui libèrent, 288 p., 20 €