HTML> Le billet de la semaine de France Valeurs
http://www.francevaleurs.org

Le billet de la semaine
Retour
A la suite d’un malentendu, le billet 4 de 1987 a été publié séparément du billet de Noël dont il devait servir de préambule. L’erreur est ici réparée avec une semaine de retard. Mes vœux suivront de même mais le cœur y est déjà.
JD

***

Billet de Noël 2017

Ce que j’écrivais il y a trente ans me parait rester vrai mais bien des choses ont changé.
Par exemple, à l’échelle mondiale, l’écart grandissant entre riches et pauvres et l’urbanisation galopante sont préoccupants, comme le réchauffement climatique. En même temps, l’ancien ordre européen est devenu asiatique et le péril rouge est remplacé par un péril vert multiforme.

En France, notre mutation sociétale commence, pourrait-on dire, par notre vision de Noël.
L’Anniversaire Chrétien par excellence est aujourd’hui dénaturé. Alors qu’il célèbre l’admirable renouvellement de l’Alliance de Dieu avec son peuple, on le réduit maintenant trop souvent à une occasion de faire la fête. Il reste que, comme les cathédrales, le message d’Amour demeure…

Trois autres dangers m’inquiètent. L’un est d’ordre politico démographique : la montée de l’Islam aggravée par une immigration subie qui, notre mauvaise conscience aidant, semble nous laisser pantois alors que commence rien moins que le remplacement de notre population vieillissante.

Les deux autres sont d’ordre idéologique. D’abord, notre vision classique de la vie, de la naissance à la mort, a été remise en cause par la banalisation de l’avortement devenu un droit et le mariage pour tous. En ont vite découlé la PMA, la GPA, en attendant l’euthanasie, tout cela allant de pair avec l’invasion de la pornographie...

Enfin, l’explosion numérique contribue à accréditer le transhumanisme.
(Je n’insiste pas car ce sujet crucial vient de faire l’objet de nos deux derniers billets.)
***

Je me devais de rappeler la réalité des menaces. J’en viens maintenant, Noël oblige, à nos raisons d’espérer et aux efforts à faire pour que notre espoir devienne réalité. Tout repose sur les hommes.

Je salue d’abord un début de réaction de bon sens dans beaucoup de domaines. Depuis 2013, grâce à la force d’âme et au sens de la responsabilité de quelques-uns dans notre famille de pensée, la majorité silencieuse d’hier se permet maintenant de parler et son discours a même pesé dans l’élection présidentielle. C’est encourageant.

Cela dit, je place l’essentiel de mon espoir dans le renforcement de ces pionniers par des jeunes de cette élite de garçons et de filles dont j’admire l’engagement généreux dans bien des formes de service. Ils sont encore minoritaires mais chacun sait que les minorités de départ mènent le monde.

Pour réussir à exercer les responsabilités auxquelles ils peuvent et doivent prétendre en raison de leur idéal et leurs dons, il faut cependant qu’ils se démarquent de trop des actuels personnages publics. Qu’ils mettent d’abord l’amour au cœur de leur action : amour de la France et des Français.

Sur le plan intellectuel, qu’ils cherchent moins à accumuler le maximum de compétences qu’à acquérir la hauteur de vues nécessaire pour distinguer l’essentiel et le long terme à travers la culture générale et les leçons de l’histoire.

Sur le plan du caractère et du comportement, j’admire déjà leur courage : il devra devenir ténacité. Qu’ils sachent aussi faire équipe. Qu’ils osent déléguer. Ils ont souvent appris à communiquer, il leur faudra surtout faire montre de pédagogie.

Sur un plan encore plus général, qu’ils renforcent encore leur idéal et qu’ils montrent qu’ils en vivent. Qu’ils aient conscience chacun de l’importance de son rôle mais qu‘ils restent simples et modestes pour donner l’exemple.

C’est la grâce de Noël que je souhaite à ces jeunes-là, et à nous tous, notamment à ceux qui exercent une autorité, et d’abord aux parents auxquels je pense particulièrement en cette Fête de la Famille.

Bon Noël
Jean Delaunay
***