http://www.francevaleurs.org

Le billet de la semaine
Retour
Le courage du bon sens
Pour construire l’avenir autrement
21/03/2007
      France-Valeurs met le bon sens au centre de sa réflexion. C’est pourquoi, je conseille à tous nos amis de lire et de faire lire un livre important, écrit, non pas par un philosophe ou un politologue, mais par un homme qui a le sens du concret. Michel Godet est professeur au Conservatoire des Arts et Métiers, titulaire de la chaire de prospective industrielle. Son livre tombe bien à la veille de l’élection présidentielle et notre futur Président pourrait utilement s’en inspirer pour guider son action. Après un constat réaliste de l’état de notre pays, il énonce une série de propositions de bon sens qui rejoignent ce que nous croyons.
JD

      « Si je devais résumer le message de cet ouvrage en une phrase, écrit l’auteur,ce serait : « il n’est de richesses que d’hommes, éduqués, épanouis, dans une société de confiance et de projets. La société de projet se situe à l’opposé d’un projet de société imposé d’en haut ; elle s’appuie sur la confiance et la liberté qui permettent le développement de mille et une initiatives individuelles et collectives, autant de ruisseaux qui viendront grossir le fleuve du changement global espéré.»
      Et encore.
« Pour changer le monde, il faut d’abord partir de soi et agir là où on se trouve, l’essentiel étant dans la force de désir et des projets, et non pas dans une accumulation de biens et de pouvoirs qui se fait trop souvent au détriment du lien social et du bien–être. » « Le combat est clair : il faut que le triomphe des égoïsmes et des corporatismes recule face à la toute puissance de l’altruisme. »
***

Sommaire
Chapitre 1 La révolte du bon sens
§ La honte, la colère, l’espoir
§ Comment expliquer le manque de courage des élites,
« En attendant l’iceberg, la croisière peut continuer… »
§ Quelle est la question qui obsède les ministres ?
§ Comment peut-on être à la fois libéral et social ?
§ Itinéraire amusé d’un déçu de la gauche puis de la droite.
Les cigares du pharaon… les médias préfèrent l’homme qui mord le chien… le mensonge gouverne le monde… la critique par le rire ( moins un diplôme vaut, et plus il est nécessaire de l’avoir. Comment préparer des enfants à changer plusieurs fois de métier au cours de leur vie, avec des enseignants qui n’ont jamais quitté leur école ?)
§ Vraies questions et faux problèmes
La bonne nouvelle : le mal est en nous, le salut aussi.

Chapitre 2 Neuf questions sur la mondialisation, la localisation des activités et le développement durable

Chapitre 3 Cinq questions sur la démographie, la croissance, la technologie, l’emploi
« Peut-on avoir une croissance avec des ordinateurs et sans berceaux ? »

Chapitre 4 Quatre questions sur l’éducation, la formation et l’emploi

Chapitre 5 Neuf questions sur l’emploi, le chômage et le modèle social français

Chapitre 6 Sept questions sur la famille, le vieillissement, les inégalités et la pauvreté.

Chapitre 7 Comment passer des idées aux actes
§Le courage de réformer
§ Idées d’action : quelques bonnes (et des fausses bonnes ) pistes
***

« Le courage du bon sens » de Michel Godet éditions Odile Jacob ISBN 978-2-7381-1798-4 21 € 90
414 pages

Quelques citations « J’ai honte pour ma génération, celle du baby boom, qui vit à crédit, en prenant dans la poche de ses enfants. Ils devront rembourser nos dettes…
(…) Curieux pays que le nôtre où élever des enfants est un vrai métier, à condition qu’il ne s’agisse pas des siens ! ( …) Le traitement inique des mères au foyer. (…) L’idéal, du point de vue des retraites, est de ne pas avoir d’enfants et de cotiser à plein pot pour des retraites qui seront payées par les enfants des autres…
(…) La question du mariage des homosexuels et de leur droit à adopter des enfants est apparemment une question bien plus importante pour les hommes politiques et les médias, toujours plus préoccupés de l’opinion et du vote des groupes de pression les plus remuants…

(…) On me répond « Vous avez raison mais on ne peut pas le dire, ce serait électoralement suicidaire. »
(…) J’ai honte parce qu’on trompe la jeunesse sur son avenir et ses performances. Quand plus de 85 % des candidats sont reçus au bac, contre 70 %, il y a 10 ans, il y a lieu de s’interroger. Ce qui devient difficile aujourd’hui, c’est de rater le bac !
(…) Comment ne pas crier sa rage quand on voit l’état stratège sombrer dans le pilotage à courte vue, commandé par la pression de la rue et les humeurs des sondages !
(…) J’enrage car on nous annonce que tout est reporté après les élections !
J’enrage, tel la vigie qui annoncerait l’iceberg mais qui ne serait pas entendue !

(…)Cependant, je garde l’espoir car si la France cultive son exception, y compris dans l’incapacité à se réformer sans soubresauts, tout le reste du monde bouge et va de mieux en mieux.

(…) Le mur de Berlin de nos rigidités finira par s’effondrer comme un château de cartes à force d’être miné par les vagues de la réalité et du bon sens.

(…) Si la France recule, c’est simplement qu’elle ne travaille pas assez.

( …) Plus du tiers de nos parlementaires sont issus de la fonction publique…
(…) Une noblesse d’Etat consacrée dans la cathédrale de l’ENA et dans les chapelles des grands corps s’est accaparée le pouvoir et est prête à tous les renoncements pour le conserver …

(…) (J’ai dit au Ministre qui m’avait fait venir pour me demander mon avis) : « Cessez de penser d’en haut en voulant implanter partout des espèces exotiques qui seront rejetées, comme le CPE. Partez plutôt des initiatives locales ; aidez les à grandir et à se multiplier dans le territoire par marcottage. » Son téléphone a sonné. Je suis parti. Il ne m’a pas rappelé...

Les cigares du pharaon de Tintin ou la franc maçonnerie. Explication de son succès (par un maçon célèbre) : « Les loups chassent mieux en meute ! »

Le mensonge
Malek Boutih, ancien président de SOS racisme, déclarait (le Monde du 13 juin 02) «Les responsables des émeutes sont les « barbares des cités » : il n’y a plus à tergiverser, il faut leur rentrer dedans, taper fort, les vaincre, reprendre le contrôle des territoires qui leur ont été abandonnés par des élus en mal de tranquillité ! »
Quand ces propos ont été tenus, personne ne s’est élevé contre, pourquoi le mot racaille choque – t-il aujourd’hui et non hier ?
( …) La politique est devenue un vrai métier : il faut y entrer très jeune et faire de l’hypocrisie une arme.

Les dernières lignes du livre

(…) « Mon mémoire en 4° année d’université portait sur « le vide spirituel en économie » et je partais dans le désert sur les pas du RP Voillaume. Aujourd’hui, je m’interroge à nouveau : à force de penser comme je vis, je risque d’avoir oublié de vivre comme je pense. Il est temps de retrouver le lien de la famille et des amis. (…) Je dis à mes enfants que la compétence est le fruit de la passion, que le lycée, c’est aussi le plaisir d’apprendre, tout en créant des liens forts qui les marqueront toute leur vie et qu’ils feront peut-être partie des gens pour qui les 35 heures seront un mi-temps car ils auront la chance de s’épanouir dans leur métier. »
***

haut de la page
Retour