HTML> Le billet de la semaine de France Valeurs
http://www.francevaleurs.org

Le billet de la semaine
Retour
Alliance Vita
Notre association sœur VITA* s'intéresse en priorité au respect de la vie humaine, de la conception à la mort. Comme nous- et mieux que nous- elle a notamment pris courageusement parti à diverses reprises contre des dispositions ou des projets qui constituent à nos yeux des menaces graves.
S’agissant de la fin de vie, elle nous recommande à tous de préparer, comme la loi nous y incite, nos dernières dispositions.
Je lui donne la parole.
Jean Delaunay

*Rappel. En cas de dissolution, France-Valeurs a prévu de léguer la moitié de ses avoirs à l’Alliance Vita.

***


Alliance Vita
Nous devons rester vigilants

Chers amis, Le 17 octobre 2017
Au moment de vous adresser notre lettre aux amis qui vous rend compte de notre action, je voudrais ajouter deux éléments importants qui lui donnent un caractère d'urgence.

En effet, deux sujets majeurs qui nous mobilisent sont revenus ces derniers jours au centre de l'actualité: deux puissants groupes de pression tentent d'obtenir de l'actuel gouvernement, d'une part les « droits » aux techniques de procréation artificielle pour les femmes seules ou vivant ensemble, et, d'autre part, l'euthanasie, en exploitant des suicides médiatisés.
Je ne peux détailler ici ni leur stratégie, ni nos arguments, mais simplement vous demander de l'aide pour agir sur ces deux fronts. Ils sont cruciaux, vitaux.

Il s'agit, dans les deux cas, de l'affrontement entre deux conceptions antinomiques de la dignité humaine, et chaque sujet réclame une stratégie spécifique. Le gouvernement hésite. Peut-être avez-vous vu à quel point une partie de la sphère médiatique agit pour le forcer à faire passer des lois en ce sens. Nous ne pouvons pas laisser faire. Nous ne pouvons pas nous laisser intimider. Il en va du respect des plus fragiles: enfants d'un côté et personnes âgées, malades ou dépendantes de l'autre.

Alliance VITA est déjà au cœur de deux processus de mobilisation lancés de toute urgence. Sur chacun des deux sujets, des personnalités diversifiées ont élevé la voix.
À nous de la faire porter hors des cercles de pensée trop confidentiels.
Notre réseau est prêt à se déployer mais cela demande des moyens : formation, logistique, communication, argumentaires, dépliants, etc. Sans subvention, nous ne pouvons compter que sur vous.
Voilà pourquoi je vous propose de nous renouveler votre confiance sur chacun des deux sujets, en indiquant sur votre bulletin que vous êtes à nos côtés pour contrer le prétendu « droit à l'enfant » et un prétendu « droit à l'euthanasie ».
Ensemble, défendons la protection des enfants et des personnes fragiles.
Pour votre confiance et votre aide, merci !
, François Xavier Pérès Président
Alliance Vita
55 rue de la Fédération 75015 Paris
contact@alliancevita.org
Enquête IFOP d’Alliance Vita

A l’approche du 2 novembre 2017, Alliance VITA a mené une enquête de rue auprès de 4 587 personnes en leur posant la question « Qu’aimeriez-vous faire avant de mourir ? »
Le jeudi 19 octobre, plus de 1000 volontaires du réseau Alliance VITA ont réalisé une enquête de rue dans près de 100 centres villes et ont interrogé les passants âgés de 18 ans et plus avant de leur offrir le guide des directives anticipées.
Des milliers de conversations sur la vie avant la mort se sont ouvertes…

Les résultats de cette enquête mettent en valeur un paradoxe : si la mort reste un sujet difficile à aborder, échanger sur cette question permet de dialoguer en profondeur sur le sens de l’humanité et les liens qui unissent les êtres humains. Cette étude révèle qu’il est possible de dépasser le tabou de la mort et d’en parler de façon humanisante .

Plus précisément, les résultats font ressortir les aspects suivants :
-Paradoxalement, évoquer ce sujet « tabou » avec un inconnu crée de l’empathie ; parler de la mort permet de libérer des énergies positives : une complicité naturelle apparaît entre les personnes.
-Parler de la mort offre l’occasion de préciser ce qui est considéré comme un meilleur accomplissement, comme si penser sa mort provoquait le désir de vivre pleinement : découvrir de nouveaux territoires (aux sens propre et figuré), rechercher des sensations fortes y compris dans la pratique de sports extrêmes, aimer et être aimé dans ses dimensions morales et physiques (y compris de relations intimes),vivre des moments conviviaux (fêtes, célébrations…) perçus comme « intégrant » la personne à la communauté humaine.
-Parler de la mort c’est à la fois penser aux éléments les plus concrets qui s’imposent à la fin de vie, (confort médical, sécurité matérielle des proches) et se soucier des questions spirituelles (trouver la paix, demander pardon, vivre sa religion…).

- Loin des clichés, cette enquête de rue montre que réfléchir à partir de la condition de mortels est source d’apaisement, de complicité et de fraternité. Peut-être est-ce une incitation à dépasser ce tabou de la mort, très prégnant dans les sociétés occidentales, pour contribuer à un peu plus d’humanité ?
Tugdual Derville
Délégué général d’Alliance Vita
***


La conférence de presse organisée par Alliance Vita sur l’enquête IFOP sur la fin de vie mérite largement d’être visionnée.

On la trouve sur http://www.alliancevita.org.


Tout ce qui concerne les directives anticipées figure sur
http://directivesanticipees.sosfindevie.org/
***