HTML> Le billet de la semaine de France Valeurs
http://www.francevaleurs.org

Le billet de la semaine
Retour
Vive La Fontaine !
Vive La Fontaine !
Par Jean Delaunay

Un ménage de nos proches vient de s’installer à Paris et a inscrit ses trois jeunes enfants dans une école publique voisine. Au diner, peu de temps après la rentrée, l’ainé (8 ans) demande : « Qu’est-ce que ça veut dire « Salam aleykum ? ». Le père, interloqué, lui répond: « Je sais qu’en arabe, cela signifie littéralement « que la paix soit sur toi » mais que la plupart des musulmans s’en servent simplement pour dire bonjour. Mais pourquoi demandes-tu cela ? »
« Parce que, à l’école, on m’a appris ce mot et je n’ai pas compris ce qu’il signifiait. »

Le lendemain, à la sortie de classe, la maman interroge l’institutrice pour savoir de quoi il retourne. Elle répond qu’un intervenant de la Ville de Paris est passé, (selon moi, probablement dans le cadre d’une campagne pour promouvoir le Vivre Ensemble) pour raconter aux enfants une sorte de poésie comparant les façons de dire bonjour dans différentes langues et se terminant par la formule en cause.
L’affaire s’arrête là. La maman, professeur des Ecoles elle-même, est très contente de l’accueil qui a été réservé à leurs enfants et satisfaite de la façon dont se déroule leur scolarité. Il lui semble cependant que le niveau de celle-ci est plus faible que celle de leur dernière école provinciale. Il est clair à ses yeux que c’est en lien avec le mélange humain que représente chaque classe de cette petite école parisienne où ses enfants sont minoritaires sur le plan social et culturel, couleur de peau y compris. Il n’est d’ailleurs pas sûr que leurs camarades, nés ou devenus français eux aussi, parlent français à la maison.
***

Ce petit fait divers révélateur fait naître en moi quelques réflexions.
Je suis plutôt satisfait que, dans cette école et sans doute souvent ailleurs, tout en enseignant aux enfants la lecture, l’écriture et le calcul, on leur apprenne à vivre ensemble.
J’apprécie qu’on les incite à s’imprégner de paix alors que, dans tant d’autres pays, c’est la haine et le droit de donner la mort aux autres qu’on inculque aux jeunes.
J’admire ces enseignants fraichement diplômés qui doivent accomplir leur lourde tâche au profit d’un jeune public si diversifié (et encore l’on est ici au cœur de Paris et non dans le 93…). Je n’ignore pas non plus qu’ils doivent suivre les instructions de leur hiérarchie.

Cela dit, je regrette que la langue française et sa littérature si riche ne soient pas d’avantage et exclusivement utilisées pour ouvrir l’esprit et le cœur des jeunes.

Sur un plan plus général, je déplore que nos dirigeants prennent tant de précautions pour accueillir les étrangers – notamment musulmans- et satisfassent autant leurs exigences particularistes alors que, depuis que le monde est monde, c’est aux arrivants de s’adapter…
Selon moi, au lieu de familiariser les bambins avec la formule arabe, il serait mieux de leur apprendre à dire bonjour, merci et s’il vous plait…

En agissant comme l’autorité responsable nous demande de le faire, sans exiger assez de contrepartie dans les attitudes et les comportements des bénéficiaires, en accordant les bienfaits de notre société à des gens qui veulent, avant tout, avoir notre Sécu et le reste, tout en gardant leurs manières de penser et de vivre, nous sommes les artisans de la crise actuelle multiforme due pour l’essentiel à l’exaltation du multiculturalisme… Depuis ces moutons qu’on conserve sur les balcons avant l’Aïd et qu’on égorge dans les baignoires des HLM… jusqu’à la haine de la France qui se manifeste sur les réseaux sociaux et dans les attentats…

Après des années de vulgarisation du fast food, au moment où certains nous incitent, à bon droit, à manger et à consommer français, je souhaiterais, quant à moi, que les instits d’aujourd’hui (que je salue), soient formés à enseigner (encore davantage) français en retrouvant notre patrimoine littéraire classique… dont l’immortel La Fontaine.

Que la Paix soit sur vous !
***