HTML> Le billet de la semaine de France Valeurs
http://www.francevaleurs.org

Le billet de la semaine
Retour
Le don de son temps
     Depuis quelques mois, je consacre le billet de France-Valeurs à différentes façons de rendre service aux autres. Avec la rentrée, j'interromps cette série d’autant plus que, par facilité plus que par vanité familiale, je me suis permis d'utiliser plusieurs témoignages de mes proches. Je conclus donc cette série par quelques réflexions sur ce thème, les innombrables façons d'aider les autres et leur relativité morale.
***

Le don d'argent constitue la façon la plus courante - et j'allais dire, la plus facile- de rendre service à quelqu'un dans le besoin.
(Plus facile au moins au moins quand on a de l'argent d’avance. )Par ailleurs, l'Évangile nous rappelle qu’à la petite pièce de la pauvre veuve est attaché un plus grand mérite qu’au gros billet du riche.

Pour moi d’ailleurs, selon ma modeste expérience, le don de son temps est en général plus méritoire que celui de son argent.

En matière de temps donné, j’ai aperçu et admiré une multitude de situations.

L’un de mes amis, encore très actif, a choisi d'être chauffeur bénévole et se fait un plaisir de conduire, dans sa voiture, des personnes âgées et handicapées à leurs rendez-vous de dentiste ou ailleurs.

Un autre, ayant occupé de hautes fonctions, s'est engagé au lendemain de sa retraite dans les maraudes qui, de nuit, parcourent les rues de nos villes à la recherche de personnes sans domicile à qui elles apportent, avec un repas, un peu de réconfort moral.

Un autre encore, retraité et veuf, a décidé de consacrer aux autres l'intégralité de son temps. Je l'ai vu, président du Comité de la Flamme, expliquer lui-même à des lycéens sous l'Arc de Triomphe le symbole de l'hommage rendu au Soldat Inconnu
Il était en même temps médiateur officiel dans un arrondissement difficile de Paris et il m'a dit que, entre les disputes entre voisins et les problèmes conjugaux, ce n’était pas rien. Il était aussi membre de diverses aux associations caritatives de son quartier.

L’aide à l’alphabétisation de jeunes en difficulté devient un service courant, tant sont grands les besoins.

Visiteur de prison, j’ai souvent évoqué ici ce service souvent assuré par des retraités mais je me dois de rappeler que le GENEPI offre à des étudiants la possibilité de donner des cours en prison et d’acquérir ainsi, comme polytechnicien ou HEC de 20 ans, une précieuse expérience humaine tout en servant les plus pauvres.

D'autres personnes, même impotentes, arrivent, de leur chambre, à rendre de grands services.
L’un donne des cours par correspondance et corrige des copies hebdomadaires. L'autre écrit simplement à des personnes incarcérées ou condamnées à la chambre et à l’isolement.
D'autres dictent le texte de livres à destination des aveugles. D’autres assurent, notamment de nuit, des écoutes téléphoniques avec SOS Amitiél à qui bien des désespérés font appel.

Je pourrais continuer longtemps. Je termine sur une remarque fondée sur de nombreuses observations. Quand on souffre, c'est sinon un apaisement et une guérison, au moins un réel réconfort et une façon d'oublier un instant que d'aller exercer, d'une façon ou de l'autre, une œuvre de charité.
Jean Delaunay

***
Auxilia (section enseignement à distance)
9, Rue des Haras 92000 Nanterre
Tél.: 01 80 42 02 77
contact.ead@asso-auxilia.fr
***
GENEPI
12 rue Charles Fourier 75013 Paris
Tel. 09.61.20.31.49
***
Tous bénévoles.fr