HTML> Le billet de la semaine de France Valeurs
http://www.francevaleurs.org

Le billet de la semaine
Retour
Du berceau au marathon
Du berceau au marathon
par Jean Delaunay

    Pour mon billet de cette semaine, je me demandais ce que je pourrais bien écrire de positif pour essayer de contrebalancer une actualité politique aussi peu réjouissante que la météo de ce début de printemps.

Et puis, deux nouvelles familiales, qu’en d’autres temps, j’aurais jugées trop banales pour être diffusées, sont venues à propos réjouir mon cœur d’ancêtre comblé à tous les titres.
***

     D’abord Brune, la 25° de nos arrière-petits- enfants, vient de naitre. Cet évènement nous enchante en soi car nous aimons beaucoup ses parents, d’autant plus qu’elle arrive, ( j’allais dire comme pour nous autrefois), neuf mois après leur mariage.

     Voilà qui nous fait plaisir alors que, d’une part, la moitié des bébés d’aujourd’hui naissent hors mariage et que, d’autre part, accaparées par leurs études et leur travail dans un contexte difficile, la plupart des femmes diffèrent souvent l’attente de leur premier enfant.

     Félicitations et vœux ardents et affectueux à cette nouvelle famille qui promet.
Son gracieux « Oui à la Vie » est, sur le fond, la plus importante de nos nouvelles.

     C'est pourquoi, devant le vieillissement de notre population, je souhaiterais que ce terme et tout ce qu’il recouvre soient repris par les candidats à la Présidentielle comme proposition numéro Un (avec les mesures concrètes correspondantes) car je pense, après Jean Bodin : qu’ « il n'y a de richesses que d'hommes. »
***

    La seconde nouvelle peut paraitre anodine mais, dans le cas particulier, elle ne représente rien moins qu’une belle victoire de l’Amour maternel dans la durée.

    D’abord un aveu personnel. Avant d’être transformé par la vie militaire, j’ai été un garçonnet solitaire, timide et flemmard… physiquement aussi. D’avantage attiré par la lecture que par le sport, j’aurais pu finir bibliothécaire mais, sans pressentir ma future vocation, mon père, très cultivé mais peu sportif, m’a obligé à apprendre, contre mon gré, à monter à bicyclette, à nager et même à monter à cheval… Les circonstances ont fait le reste.

    Il y a une quinzaine d’années, je me retrouvais donc tout à fait dans le dernier de mes petits fils, Mayeul, charmant enfant, plein de cœur, boulimique de lecture mais ayant tendance à se cacher au grenier quand on lui parlait de marcher en montagne…
    Son père, officier, étant souvent absent, c’est sa mère qui a dû se charger de larges pans de son éducation, en combinant l’intelligence, la tendresse, la patience et la rigueur.

    Tout en contrôlant de près, au quotidien, ses études scolaires, elle l’a aidé, dans la durée (ô combien), à forger sa volonté et à affermir progressivement sa personnalité à travers des activités adaptées à son âge en cherchant d’abord à vaincre ses peurs et ses hésitations. C’est ainsi que je l’ai admiré progressant d’année en année, sachant d’abord monter à vélo, puis nager, avant d’utiliser la planche à voile et de barrer un petit voilier, capable aussi de grimper au mur d’escalade, tout en approfondissement sa foi et élargissant sa culture, apprenant la musique et faisant des stages de langues à l’étranger.

    Elle a aussi réussi à convaincre son ado solitaire de l’importance d’appartenir à un groupe. Du coup, depuis, il tient sa place dans une chorale. Après son bac, il a rejoint un clan routier et les rudes camps d’été, comme sur le GR 20 en Corse, lui ont fait beaucoup de bien.

    Devenu étudiant en histoire, il répugnait cependant à courir à pied… ce qui était mal vu dans notre famille où les hommes ont toujours avalé des kilomètres par plaisir, moi le premier.

    Là encore, c’est sa mère qui l’a d’abord entrainé dans sa foulée et il y a pris goût…
***

    Hier, on nous a téléphoné : Mayeul vient de courir le semi-marathon de Paris avec des milliers d’autres participants mais, lui, inscrit spontanément sous les couleurs des Chrétiens d’Orient. Il a bouclé les 21 km dans un temps très honorable.

    Un beau succès pour l’intéressé, dont je suis sûr qu’il ne s’en tiendra pas là !

    Et une grande victoire pour sa mère, éducatrice tous azimuts …
Un type de femme dont on aurait bien besoin au Gouvernement !
***

    Du coup, le ciel s’est mis (temporairement) au bleu et j’ai pu aller travailler dans mon jardin où je prépare des boutures pour qu’il soit digne de nos descendants.

    Tout en jardinant, je formais des vœux pour que notre prochain Président s'inspire, en les démarquant à son niveau, de quelques principes pédagogiques de cette mère et de beaucoup d’autres parents: objectif clair (tirer son enfant vers le haut), cap gardé opiniâtrement mais dans la progressivité ( pour éviter de le décourager), patience dans le dévouement, amour n'excluant pas la rigueur et, surtout, exemplarité.
***