http://www.francevaleurs.org

Le billet de la semaine
Retour
Verdun
Verdun
Par Jean Delaunay

     Comme la plupart des Français, j'ai apprécié l’idée de commémorer, cent ans après, la bataille de Verdun en la faisant célébrer dimanche dernier par les représentants de nos deux pays autrefois ennemis, y compris des jeunes.

     J'ai cependant déploré ce que j’appelle des erreurs de conception et d'exécution se traduisant chez nous, les anciens, par un véritable malaise à la vue de ce « spectacle » qu’on a voulu ludique en réaction à l’horreur des souvenirs évoqués. Elles étaient inévitables dès lors qu’on en avait confié le montage à un cinéaste et traduisent la différence d’état d’esprit entre la génération des combattants de 1914/18 et celle d’aujourd’hui.

    Les combattants de Verdun, comme les autres Poilus, étaient en majorité des paysans habitués à une vie rude, durs au mal, et surtout marqués par notre civilisation chrétienne et formés par des instituteurs qui enseignaient alors, entre autres, le sens du devoir, l'obéissance et la Patrie.

     A l’inverse, les jeunes de nos deux pays, rassemblés hier, comme les organisateurs du spectacle, appartiennent à une population qui , en ville, a perdu notamment le sens du sacré et, d'une façon générale, celui du respect , qui est animée par les émotions plus que par la raison, qui vit l'œil fixé sur l’écran d'un iPad, suivant la mode, une mode imposée par les médias et autres rois de la Com, le tout dans une ambiance déplorablement libertaire.

     Nous, les anciens, nous aurions souhaité une manifestation sobre, recueillie, évocatrice du sacrifice de nos pères et porteuse surtout d’un message de haute tenue.

    Ce message nous paraissait très important à présenter à l’opinion en contrepoint de la déplorable situation sociale et politique de notre France actuelle …

    En fait, ce rassemblement de 3.400 jeunes qui couraient et faisaient semblant de se bagarrer au cours d’un jeu de scène au milieu de l’ossuaire donnait l’impression d’avoir outrepassé l’intuition politique initiale d’organisateurs déjà obligés de supprimer au dernier moment le volet festif : intervention d’une vedette du rap rien moins que patriote.

     L’annulation de son numéro a d’ailleurs provoqué des réactions hostiles à l’ordre moral , cette notion qu’avec d’autres, je suis fier d’essayer de défendre en ce qu’elle a de bon et, si possible, d’incarner…
***

     De cette importante commémoration réussie dans l'esprit et dont l’exécution me semble avoir quelque peu dérapé, je tire trois modestes réflexions à chaud :

- En ce qui concerne le style même de cette manifestation, je préfère celui, très français et très moderne, du Puy du Fou, d’une excellente qualité éducative et technique, à celui que nous venons de voir à Verdun et à certains défilés officiels à l’américaine d’il y a quelques années sur les Champs Elysées, très marqués sur les plans artistique et idéologique.

- A l’heure où, en plus du manque d'essence aux pompes, ce sont surtout les footballeurs et autres chanteurs qui occupent les médias, il serait bon de présenter aux jeunes, au lieu d’idoles, de vrais héros. Nous sommes ainsi nombreux à déplorer qu’une héroïne de la Guerre 1939/45 soit décédée ces jours derniers sans qu'il en soit fait seulement mention dans la presse.

- Et surtout, au-delà de la multiplication des fastueuses commémorations de masse sensées exalter le devoir de mémoire mais du type feu de paille, il serait, me semble-t-il, préférable de choisir une pédagogie décentralisée plus humaine, comme à chaque Fête Nationale le témoignage direct d’un ancien combattant ou la leçon d’un professeur devant le Monument au Morts de chacun de nos villages ou de nos quartiers.

Ce ne serait évidemment que le complément d’un important travail de fond à accomplir dans tous les milieux et à tous les niveaux pour revenir à l’étude de l'histoire afin d’enseigner l’amour de la France.

     Cela impliquerait en priorité d’en convaincre la classe politique, les personnes engagées dans les médias et les enseignants.

    Une nouvelle bataille de Verdun en perspective, franco-française celle-là, mais décisive, elle aussi !
***