http://www.francevaleurs.org

Le billet de la semaine
Retour
Mort pour la France

    
        Le 11 mars 2012, Imad Ibn Ziaten, excellent sous-officier parachutiste français, est attiré dans un guet apens et assassiné par Mohamed Merah, l’infâme tueur de civils et d’enfants juifs et de soldats français. La victime et le bourreau sont l’un et l’autre nés de parents immigrés. L’un s’est engagé pour défendre la France ; l'autre, sans doute intoxiqué par la propagande djihadiste, a choisi le camp de nos ennemis pour semer la terreur dans son propre pays.
     C'est ce paradoxe qui interpelle Latifa, mère d‘Imad, née marocaine en 1960, et qui l’a poussée à écrire un livre dont je vous recommande la lecture
     Elle n’y cache rien de sa jeunesse difficile dans une famille pauvre du Maroc ex espagnol, ni de sa vie en France depuis son arrivée toute jeune jusqu’au drame, en passant par l'éducation donnée à ses cinq enfants, et notamment à son fils ainé, pour en faire de vrais français.
     Son petit livre de poche nous livre sa vision de l'immigration et de l'intégration, avec toutes les questions que cela suppose : comment faire des siens des citoyens français sans rompre avec ses origines ? Comment pratiquer sa religion ? Comment continuer à construire dans un pays où le sang de son fils a coulé ?
***

     Ayant gardé un souvenir positif de mes séjours en pays d’islam, très frappé par les manifestations de la foi des habitants, j’ai eu au moins un vrai ami (officier) parmi eux et j’ai été témoin pendant une quarantaine d’années de ses joies, de ses peines et de ses cruelles souffrances dont certaines infligées par les siens.
     J’ai notamment constaté son véritable écartèlement entre son attachement à la France à laquelle il devait tout, notamment son ascension sociale et culturelle, et sa fidélité à ses racines, notamment religieuses.

    C’est pourquoi j’ai été particulièrement ému de lire ces pages-ci qui traduisent à la fois l’émotion d'une maman, particulièrement digne, mais aussi le cri d'alarme d'une vraie femme française, d’une Française debout, décidée à lutter pour la France, pour qu'il n'y ait plus chez nous de Mohamed Merah.
***

    Avant de citer sa conclusion, je précise que le Gouvernement français avait appuyé sa demande de faire enterrer son fils au Maroc. Malheureusement la chaine de TV arabe Al-Jazira , parfois suspectée de contribuer à la propagande de Daech, avait exprimé l’intention de projeter au même moment l’horrible scène de l’assassinat d’Imad à Toulouse. Les interventions franco -marocaines ont permis de l’éviter.
     « Le lendemain, écrit-elle, j'ai pris le chemin du cimetière et me suis installée près de la tombe de mon fils et je lui ai parlé : « Imad, écoute-moi bien. Je jure sur ta dépouille que je ferai tout pour te rendre justice. Tu as été courageux, tu es mort debout et tu n'aurais pas voulu me voir dans cet état. Tu espères que je me relèverai. Alors, je me relèverai. » Et c'est ainsi, en parlant avec mon enfant, que j’ai eu l'idée qui allait être mon moteur et la raison de ma survie : soutenir une cause et un projet pour perpétuer la mémoire d'Imad et pour que d'autres mamans n'aient pas à souffrir ce que j'ai souffert. Avant de repartir en France, je lui ai dit ceci : « Ne t'inquiète pas, mon fils. Je ferai tout ce que je pourrai pour que tu ne sois pas mort pour rien. Je n'en ai peut-être pas les moyens mais j’en aurai la force. Je n'ai certainement pas le niveau mais je mettrai mon cœur de mère en jeu pour sauver ceux qui t'ont fait subir ce sort. On ne peut pas triompher du mal par le mal ni combattre la haine avec la haine. Il faut que tu sois mon messager de paix. »
« Al-Jazira a finalement décidé de ne pas diffuser la vidéo. Je venais de gagner ma première bataille au nom d'Imad. »

***

    Dans cet esprit, Latifa a créé une association qui intervient auprès des jeunes musulmans et leur délivre un message de paix. Au moment où les récents massacres ont encore approfondi ce qu’il faut bien appeler, hélas !, le fossé entre les communautés musulmanes et le reste du pays, au moment où il est surtout question chez nous de mesures sécuritaires, il faut faire lire ce petit livre tout simple. J’ai beaucoup lu sur l’Islam mais j’ai rarement ressenti comme ici la vérité humaine exprimée de façon aussi chargée d’espérance alors qu’il s’agit d’un sujet explosif.
***

    La récente attribution de la Légion d’Honneur à l’équipe de Charlie Hebdo provoque des remous défavorables dans l’opinion, notamment militaire. Je les comprends d’autant mieux que j’ai eu la chance, moi, d’être de ceux qui ont reçu « La Croix » à titre exceptionnel comme lieutenants en Indochine 1950.
    Je me réjouirais donc si, en raison de son attitude et de son engagement exemplaires, Latifa était décorée, elle aussi.
Jean Delaunay        

PS Je suis d’autant plus triste d’apprendre que, en marge d’un récent colloque sur la laïcité à l’Assemblée nationale auquel elle était invitée, Latifa a été violemment agressée verbalement par des personnes qui lui ont reproché de porter un foulard sur ses cheveux. Voilà comment on aggrave stupidement le fossé actuel !
***

« Mort pour la France. Mohamed Merah a tué mon fils » par Latifa Ibn Ziaten
Editions Flammarion, 2013, 268 p, ( ISBN 978-2-08-129612-1)
L'Association