http://www.francevaleurs.org

Le billet de la semaine
Retour
Daech et nous

Daech et nous
par Jean Delaunay

Mon livre « La Foudre et le Cancer » de 1985 comportait un chapitre intitulé « Kalachnikovs et transistors ». (J’écrirais aujourd’hui « Kalachnikovs, I Phone et Internet »...), ce qui prouve que je prévoyais, hélas, il y a déjà 30 ans, la montée du terrorisme politique.
Cela dit, je suis triste d’avoir eu raison et je pense avec respect et émotion aux victimes et à leurs familles, et à la France, mais, je crois utile d’ajouter ceci :

- A travers ce nouvel acte de barbarie, je constate que DAECH nous a rendu paradoxalement service en ayant provoqué chez nous à la fois :
- une prise de conscience du danger par les autorités et l’opinion publique (y compris peut-être par certains musulmans non encore radicalisés…)
- et un début de réaction salutaire, notamment le retournement d’une partie de notre jeunesse vis-à-vis de ces cruelles réalités qui font partie de l’environnement humain : la violence aveugle, les conflits en général et la guerre. Il a fallu ce drame pour que certains d’entre eux comprennent enfin la nécessité de nous défendre pour survivre, donc d’entretenir des forces armées…

- A l’extérieur, il me semble aussi que, par sa folle violence même, DAECH a provoqué un courant de sympathie pour la France. En outre, il est en train de rassembler contre lui l'unanimité des Nations …

Cela dit, la majorité de ses victimes sont musulmanes, ce qui met en lumière la division, voire le chaos actuel du monde islamique, phénomène inquiétant à mes yeux…
***

Des flots d’encre coulant sur ces sujets, je m’abstiendrai donc de les commenter en détails pour l’instant.
Je me permets cependant de rappeler quelques constantes du message de France-Valeurs.

Attention aux émotions, aussi mauvaises conseillères que les idéologies…
Les tueurs identifiés sont moins d’une dizaine : il ne faudrait pas que, même s’il est capable de nous faire beaucoup souffrir, ce petit nombre continue à pourrir la vie de 65 millions de français.
Gardons notre sang-froid et notre bon sens : trop ‘’en faire’’ chez nous - et peut-être trop ‘’en parler’’-
ce serait une victoire pour eux…

Ayons le souci de tenir à la fois les deux bouts de la chaine : nous avons décidé d’affaiblir Daech à coups de bombes d’avions, soit … mais l’essentiel se passe dans les cerveaux et dans les cœurs. Préoccupons-nous aussi et surtout de la situation dans nos banlieues et dans nos prisons…

Soyons convaincus que nos adversaires islamistes sont forts surtout de nos faiblesses.
A force d’entendre les discours de repentance de nos dirigeants, ils ont pris de l’aplomb.
A force d’entendre les propos lénifiants de ceux-ci sur l’Islam *, à force de constater le succès fréquent de leurs propres revendications grandissantes, ces radicaux en arrivent, tout en bénéficiant des avantages matériels offerts à ceux qui résident en France, non seulement à refuser la vision officielle du « vivre ensemble » mais aussi à faire des émules et recruter des djihadistes.

Il se trouve d’ailleurs que cette conception-là du « vivre ensemble », notre famille de pensée la conteste, dans la mesure où des doctrinaires aveugles de chez nous prétendent la fonder sur la renonciation à notre identité et l’abandon de nos valeurs d’origine Chrétienne.
***

Pour conclure provisoirement cette réflexion à la lumière du récent drame, je crois pouvoir confirmer la pertinence des cinq principes cités dans « En écho à St Ex » en ce qui concerne notre attitude souhaitable envers les musulmans :
connaissance, respect, réalisme, force et conviction.


Le tout en travaillant là-bas et ici à anéantir Daech, « le groupe terroriste le plus puissant de l’histoire. **
»
***

*Des rappels de certaines de leurs navrantes déclarations circulent actuellement sur le Net.
** Le Figaro du 26/11/15



La Foudre et le Cancer