http://www.francevaleurs.org

Le billet de la semaine
Retour
Décidément, l’armée mène à tout… surtout au service des autres

    J’ai pris ou repris contact, ces jours-ci, avec deux anciens officiers que Lyautey aurait aimés, lui qui répétait : « Un militaire qui n’est que militaire est un mauvais militaire ! »
***

     Quand je suis devenu chef d’état-major de l’armée de terre, j’ai d’abord choisi comme aide de camp – selon l’usage - un jeune capitaine appelé à une grande carrière, ce fut spécialement le cas pour celui-là. Quand il m’a quitté pour entrer à l’Ecole de guerre, j’ai décidé de le remplacer par un vieux soldat. Je voulais, ce faisant, rendre d’abord hommage à cette irremplaçable catégorie de personnels. Je tenais aussi avoir à côté de moi en permanence un homme d’expérience, tout dévoué et capable de me dire la vérité sur ce qu’il voyait et entendait lors de nos déplacements... Mon meilleur ami m’a recommandé Michel. D’abord sélectionné parmi les meilleurs sous-officiers pour devenir officier, il s’était ensuite particulièrement distingué à la tête d’un escadron sous ses ordres.
     De fait, Michel m’a rendu les plus grands services, notamment pendant la période, pénible pour moi, qui a précédé ma démission. Nous sommes restés amis. J’avais de ses nouvelles tous les ans mais je n’avais pas réalisé l’édifiante aventure de sa reconversion que j’admire.
***

    Il a pris sa retraite à 57 ans comme Lt colonel et, habitant Saumur, a d’abord mis sa compétence et son énergie au service du Musée des Blindés, (autrefois une annexe de l’école de Cavalerie devenue autonome à tous égards). Réfléchissant ensuite sur la façon d’utiliser ses dernières années d’homme d’action pétri de volonté de « SERVIR », il a accepté la présidence de l’association « Aspire », (comme Association Saumuroise pour l’insertion et la rééducation par l’Emploi.)
    Cet organisme existait déjà depuis 15 ans mais Michel l’a considérablement développé, depuis 15 ans aussi, et il lui a donné, sinon un nouveau but, au moins un esprit et un idéal nouveaux.

     Il voulait en effet non seulement aider les personnes accompagnées à gagner leur subsistance mais aussi et surtout les faire grandir.
    Pour cela, Aspire exige de chacune le choix et la réalisation d’un projet personnel semestriel, indépendant de l’emploi exercé. Des temps de formation hebdomadaire sont aussi obligatoires. La bienveillance de l’accueil n’exclut par la rigueur (ponctualité, tenue, sécurité…) et l’acceptation de responsabilités. Les bénéficiaires s’en trouvent bien.

Les candidats, en majorité des femmes, sont souvent adressés à Aspire par Pôle Emploi qui leur signale les caractéristiques (sévères ?) de l’engagement. Celui-ci comporte une période d’essai et une embauche de 6 mois renouvelable 4 fois, à l’issue desquels 62 % des personnes retrouvent un emploi classique (dans une ville où le taux de chômage dépasse la moyenne nationale.)

     A l’heure actuelle, Aspire aide 180 personnes rémunérées par les chantiers qui les emploient lesquels appartiennent à l’entité Aspire : Le Jardin de cocagne, un chantier de maraichage, un autre d’aide à la personne avec diverses équipes: soins corporels, tenue de maison, voiturage, entretien de jardins, un autre de service à l’entreprise, un centre de collecte et de revente d’objets usuels d’occasion… Enfin, Batispire, entreprise de travaux de second œuvre, laquelle, pour se conformer à la législation, a dû se transformer en une SARL dont Michel est gérant.

    L’animation d’un tel ensemble exige beaucoup de travail et Michel, âgé maintenant de 77 ans, est au bureau chaque matin à 7 H 45. Il est aidé dans sa tâche par un conseil d’administration de 17 personnes, bénévoles comme lui, qui exercent chacune une responsabilité particulière.
Ce sont d’anciens chefs d’entreprise, un ingénieur, un avocat, et des professeurs qui enseignent leur spécialité chaque samedi…
    Aspire ne bénéficie d’aucune subvention et ne vit que de dons et d’une participation modique des personnes accompagnées. Sa situation financière est cependant bonne et elle est même devenue propriétaire de ses locaux.

    Michel est particulièrement fier de la réinsertion réussie de 5 immigrés érythréens que la Préfecture lui a imposé de prendre en charge. Tous ont reçu une formation, parlent français, savent conduire et sont logés. Deux d’entre eux ont été rejoints par leurs épouses.

    Son espoir, c’est de continuer à développer son entreprise et, pour cela, de trouver de nouveaux soutiens … et un successeur qui ne s’est pas manifesté jusqu’ici (pas plus d’ailleurs qu’à France-Valeurs).

Aspire          270 rue du Clos Bonnet 49400 Saumur      T. 0241677400
aspire@aspiresaumur.fr         Aspire

***

    Augustin a 34 ans. St Cyrien, capitaine dans un régiment parachutiste, il a fait ses preuves à la dure depuis 10 ans dans toutes les OPEX auxquelles a participé notre pays, d’Afghanistan à l’Afrique. Marié, 2 enfants, il a volontairement quitté l’armée l’an dernier. Il en est parti parce que, comme d’autres, il estimait avoir connu le meilleur du métier au contact direct des hommes et qu’il redoutait la longue attente moins active d’un éventuel commandement de régiment dans 10 ans...

    Il voulait surtout vivre une nouvelle aventure, en assumer la responsabilité directe et, en chrétien, la consacrer au sauvetage de jeunes hommes en difficulté. Il a ainsi fondé l’association « Genèses » en Charolais. Elle propose un programme d’intégration sociale et professionnelle pendant 6 à 10 mois à de jeunes adultes qui cherchent à prendre un nouveau départ.

    Elle présente certains points communs avec la précédente, notamment indépendance complète sur le plan financier par rapport à l’Etat et à des collectivités locales rien moins que bienveillantes…

    Elle en diffère aussi sur plusieurs points : elle débute: elle affiche son inspiration chrétienne ; elle bénéficie du partenariat avec deux entreprises de la région qui embauchent les stagiaires ; enfin, s’adressant uniquement à des jeunes, elle insiste sur leur formation morale à travers une pédagogie spécifique exigeante où je suis heureux de retrouver des principes scouts et militaires.

    Augustin a conçu un plan de développement de Genèses réaliste. Partant des 10 stagiaires actuels, il vise à atteindre progressivement l’effectif de 80.

    Son entreprise mérite d’être connue et soutenue.

contact@geneses.org      Site: www.geneses.org
T.0667410825
***

    Ces deux cas ne sont pas exceptionnels mais ils sont caractéristiques d’un état d’esprit particulier chez les cadres de nos armées qui sont imprégnés de l’esprit de service.

     Bienheureux notre pays qui sait faire recruter et former des hommes comme ceux-là, des hommes de grande qualité qui savent et veulent renvoyer l’ascenseur aux plus démunis.

    Cela dit, je suis quand même triste de voir de jeunes officiers de la trempe d’Augustin quitter l’armée si tôt.
Jean Delaunay