http://www.francevaleurs.org

Le billet de la semaine
Retour
Du « camp des saints » actualisé à la vente de Rafales sur fond de crise des banlieues
     Notre génération a vécu bien des drames mais je trouve la situation internationale actuelle d’une complexité sans précédent s’agissant notamment des relations entre la France et le monde musulman. A cet égard, notre pays me semble écartelé face à des nécessités contradictoires.

     Faute de pouvoir proposer des solutions, je cherche au moins ici à exposer en 10 points simplificateurs les problèmes tels que je les ressens.

1/ En Afrique et au Moyen Orient, nos soldats affrontent, dans la durée et dans des conditions à tous égards difficiles, de redoutables ennemis déclarés. Sur notre sol même, on leur demande en outre de participer indirectement à la protection dissuasive de précieux objectifs humains et matériels menacés par des actions terroristes fomentées par nos cruels adversaires du dehors.

2/ Dans le même temps, dans leur dos, l’Europe subit au quotidien ce qu’il faut bien appeler, même non sanglante, une invasion. Elle était annoncée dès 1973 dans le roman « le camp des saints » dont Jean Cau prédisait à l’époque : « Et si Raspail, avec Le Camp des Saints, n'était ni un prophète ni un romancier visionnaire, mais simplement un implacable historien de notre futur ? ».
     Devant le développement de cette situation à tous égards inquiétante dont nos dirigeants ont refusé, des années durant, d’accepter la perspective malgré bien des avertissements, l’opinion de notre peuple semble partagée.

    Du côté, disons, « le plus chrétien », domine une pitié agissante et la volonté d’aider à se relever des survivants qui viennent de subir des épreuves terribles et de voir mourir beaucoup des leurs.

    Ailleurs, certains idéologues de l’immigration chance pour la France en viendraient même à se réjouir de ce sang neuf qui vient opportunément irriguer nos vieux pays.

    D’un autre côté, émotion certes (assez hypocrite) mais refus tacite de créer un appel d’air aux clandestins en nous montrant trop accueillants vis-à-vis de migrants économiques importuns aux cultures très éloignées de la nôtre. Leur venue risque en effet d’accroître encore chez nous le chômage et la proportion de résidents, en majorité musulmans, qui se veulent au mieux citoyens à part. Ceux-là nous créent déjà beaucoup de problèmes : on en connait même qui souhaitent la victoire de nos adversaires. En tous cas, nombre de leurs jeunes partent au djhad ou y songent.

3/ Partout cependant, l’on s’accorde à évoquer à juste titre la nécessité de tarir à la source cette invasion en aidant les pays concernés à se développer. On admet cependant que cela demandera de longs délais alors que le déferlement s’accélère et que des mesures immédiates s’imposeraient.

4/ Face au chaos libyen et à la rapacité inventive des passeurs, des solutions drastiques seraient envisageables: destruction a priori de tout ce qui flotte sur la rive sud, contrôle accru de la navigation et même débarquements dans certaines zones… Nous nous heurterions, ce faisant, à des problèmes juridiques ardus et au fâcheux souvenir de certaines de nos interventions passées aux effets pervers.

5/ Nulle part en tout cas, ni dans l‘Europe des 28, ni ailleurs, l’on ne semble trouver d’accord sur des voies prudentes et réalistes amenant à résoudre le traitement global de ce drame humain qui pèse surtout sur l’Italie et la Grèce. L’ONU, déjà débordée, pourrait-elle agir utilement ? Dans l’immédiat, en Europe notamment, chacun semble surtout vouloir refiler le mistigri à d’autres …

6/ Dans ce contexte, la France laïque et démocratique noue des liens avec des pays arabes hyper religieux et autoritaires à qui elle vend des Rafales en espérant mieux. Notre Président vient ainsi d’être l’invité d’honneur d’un sommet du Conseil de coopération des pays du Golfe (CCG). Il réunit l’Arabie saoudite, le Qatar et leurs voisins sunnites. Quoique souvent rivaux, ils se sont alliés à l’Egypte pour contrer l’influence croissante de l’Iran chiite dans la région et sa mainmise sur le Yemen, ce turbulent parent pauvre de la péninsule arabique. Diversement impliqués dans la lutte contre Daech en Irak et en Syrie, ils sont aussi inquiets de l’accord-cadre sur le nucléaire iranien conclu récemment sous l’influence de Washington ( qui avait déjà le tort à leurs yeux d’avoir lâché le président égyptien Moubarak en 2011 et renoncé à punir Bachar Al-Assad en 2013. )

Paris tire ainsi manifestement parti du refroidissement des rapports entre ces pays et les USA.

7/ Je devrais me réjouir a priori du succès commercial et diplomatique de cette opération inédite qui profite enfin à la France. Cela dit, elle me semble à terme assez hasardeuse.

    Elle me parait en effet déconnectée de la situation en Méditerranée alors que le chaos libyen et l’immigration massive en direction de l’Europe profitent notoirement à Daech. Or, je ne vois à cet égard ni aide navale aux migrants en majorité musulmans, ni accueil massif de ceux-ci dans ces pays riches, ni amorce de solution politique et humanitaire provenant d’Etats arabes pourtant menacés par le Califat autoproclamé qui affiche notamment sa volonté d’éliminer les monarchies actuelles.

8/ Par ailleurs, je me demande comment va évoluer l’important soutien financier et moral que les pays pétroliers apportent traditionnellement aux communautés musulmanes de France ? Pour parler clair, aurait-on échangé par exemple le contrat des Rafales contre l’acceptation de la construction de nouvelles mosquées chez nous et d’autres faveurs envers nos musulmans ? Si c’était le cas, ce serait, à mes yeux, une mauvaise nouvelle car le risque d’atteintes supplémentaires à la cohésion nationale serait sans commune mesure avec les millions de pétrodollars encaissés.

9/ Je sais bien que l’argent n’a pas d’odeur et que les circonstances sont différentes mais j’aurais aussi tendance à m’étonner des subtilités de notre diplomatie. Très rigoureux vis-à-vis de M. Poutine, nous refusons de lui livrer les Mistral parce qu’il traite mal l’Ukraine. En revanche, nous qui venons d’honorer les Charlie, qui introduisons partout la parité hommes / femmes et qui libérons des condamnés en cours de peine, nous acceptons de réarmer des pays très éloignés de notre vision des droits de l’homme où, par exemple, on lapide les femmes adultères et on mutile les voleurs.

     Plus grave encore, l’on sait que certains pays du Golfe auraient contribué au démarrage de ces mouvements extrémistes qui veulent aujourd’hui les anéantir, tout en cherchant à nous terroriser.

10/ L’évocation de l’anniversaire de l’armistice 1945 m’amène cependant à nuancer ma conclusion. Elle prouve en effet, qu’à terme, le mal ne triomphe pas. Je souhaite donc de tout cœur que mes propos précédents soient démentis par les évènements à venir. Qu’ensemble, nous venions à bout de Daech pour que la paix et l’ordre reviennent dans cet Orient compliqué en proie à la folie destructrice. Qu’ensemble, riverains de la Méditerranée, nous trouvions une solution réaliste à l’immense problème des migrants. Et que surtout, après des siècles de heurts souvent sanglants entre la Croix et le Croissant, leurs croyants puissent donner au monde l’exemple de la vraie réconciliation comme celle que nous célébrons aujourd’hui entre la France et l’Allemagne.
Jean Delaunay         

***