http://www.francevaleurs.org

Le billet de la semaine
Retour
Réflexions après un massacre et une mobilisation


     Quand j’ai appris l’affreux massacre, je terminais la lettre de France-Valeurs de janvier.
     Il s’agit de la relecture, trente ans après, de mon livre « La foudre et le cancer » dont le chapitre consacré au terrorisme porte justement le titre « kalachnikovs et transistors ».
     Je soutenais déjà en 1985 que la guerre révolutionnaire à dominante psychologique - le Cancer- me paraissait plus dangereuse que la Foudre nucléaire, une menace virtuelle.

J’ajoute dans la lettre de janvier 2015 : « Par rapport à leurs devanciers, les terroristes d’aujourd’hui ont l’avantage de maîtriser pour eux et d’exploiter habilement chez nous les moyens de communication modernes. Cela a décuplé leurs capacités matérielles de nuisance et multiplié à l’infini le retentissement psychologique de leurs méfaits.
     A preuve, le prodigieux effet d’horreur qu’ont suscité, d’abord le quadruple attentat du 11 septembre 2001 aux USA, ensuite les récentes prises d’otages et les égorgements filmés en direct et transmis à nos chaînes de TV qui les font tourner en boucle, risquant ainsi de transformer les actes criminels de bandits en avantage psycho politiques pour eux.
»
***

     Les drames de ces jours-ci confirment et renforcent encore ce point de vue.

     C’est dire si j’ai accusé le coup devant ces nouveaux attentats et si je partage l’émotion générale. Je fais miens les appels à l’union et au sang-froid exprimés en haut lieu et j’exprime ma profonde compassion aux victimes et à leurs proches.
     Je me suis en même temps beaucoup réjoui de la réaction massive de notre peuple qui refuse de se laisser intimider par les terroristes.
***

     Je pourrais commenter à chaud ce sujet que je connais un peu. Cependant, tant que l’émotion n’est pas retombée en France, il me semble inutile - et il serait malhonnête - d’exploiter la sanglante actualité au profit des idées que nous exprimons depuis 29 ans. Je me borne donc à exprimer modestement ce qui suit.
***

     De même que j’ai approuvé, l’an dernier, les manifs pour tous, sursauts opportuns de la minorité trop silencieuse (dont fait d’ailleurs partie France-Valeurs), de même, je le répète, je me suis franchement réjoui au premier abord de la mobilisation d’hier, réaction de santé populaire massive et diversifiée quant à l’orientation idéologique des participants.

     J’ai aimé l’atmosphère d’union nationale qui prévalait. J’ai apprécié à sa juste valeur la présence (inédite et collective) chez nous de dirigeants étrangers et le fait que la France, berceau de la liberté, ait été pendant quelques heures le point de mire du monde.

     J’ai salué le comportement des forces de l’ordre dans l’action et j’ai été content qu’on leur rende un hommage justifié.

     J’espère que cet affreux évènement sera l’occasion pour nos responsables de se pencher sur des problèmes immenses, notamment : sécurité, renseignement, contrôle de la laïcité, maîtrise de l’immigration et de la communication car le secret ne me parait pas avoir été suffisamment respecté et les médias m’ont paru abuser de leur droit d’informer.
     J’exprimerai ultérieurement le point de vue détaillé de France-Valeurs sur ces choses en restant dans le domaine qui est le nôtre.
***

     Pour conclure, j’ai vécu beaucoup d’évènements dans ma vie mais il m’a été donné ces jours-ci d’assister chez nous à un drame d’un type nouveau où l’on a eu la chance de limiter les pertes et où la réaction nationale a été saine, positive et majoritaire sinon unanime.
     Malheureusement, il n’en n’est pas de même dans d’autres pays où la haine et la violence continuent à se déchaîner. Je crains qu’il n’en soit ainsi jusqu’à la fin des temps. Je suis sûr cependant qu’à la fin le Bien triomphera du Mal.

     Veillons en tout cas pour que les djihadistes et leurs kalachnikovs n’empêchent pas cette Espérance de continuer à nous faire vivre.
     Ce faisant, travaillons aussi à prolonger l’union entre Français qui prévalait hier.
Jean Delaunay         

***