http://www.francevaleurs.org

Le billet de la semaine
Retour
16/07/2014
ROBOTS HUMAINS & HOMMES MACHINE
par Jacques de Guillebon

     Les ingénieurs disputent depuis longtemps la palme du comique aux traders. Je crois qu'ils l'ont définitivement remportée. Vital. Ils l'ont appelé Vital. Normal, c'est un robot.
Deep Knowledge Venture, une société hongkongaise, spécialisée, nous dit-on, dans «la gestion de dons à haut risque» - formule encore énigmatique, surtout si l'on considère que le principe du don est d'être à haut risque ; mais il s'agit sans doute de ce «marché du don» que le formidable capitalisme a réussi à inventer et qui se porte très bien, merci - a donc nommé Vital à son conseil d'administration. Dans le fond, cela ne nous change peut-être guère de ces pingouins à forme humaine qui y siègent généralement et dont la principale activité est de distribuer les jetons de présence comme on joue à Monopoly.

     Mais la présentation de Vital, qui, dans la langue de la domination, est l'acronyme de Validating Investment Tool for Advancing Life Sciences - si ça vous amuse de traduire - est surtout parfaitement comique : «Vital, du fait de son aspect robotique, est également quelqu'un de confiance», selon Le Figaro ou plus probablement selon le rédacteur de la dépêche d'agence qu'ils ont dû copier-coller.

     Vital est donc quelqu'un. Et il faut lui faire confiance. Normal, c'est une machine. Et comme jusqu'à plus ample informé, on n'a pas inventé la reproduction sexuée des machines, il y a peu de chances qu'il fasse des confidences sur l'oreiller à Vitalette après des galipettes.
     De même, essayez de faire boire Vital pour lui soutirer des informations aussi importantes que l'évolution probable du marché du don en Asie du Sud, et vous verrez ce que vous verrez.
     Chez les hongkongais, on est heureux en tout cas : «Les perspectives offertes pour la gestion de portefeuilles sont immenses : un tel logiciel va nous permettre d'accélérer les vérifications lors d'une transaction et de voir des corrélations qui ne sautent pas forcément aux yeux des humains», nous dit-on. Manquerait plus qu'il soit myope, tel le comptable moyen, ou qu'il fasse des fautes.
     Car, bien entendu, comme l'avait prédit Gùnther Anders, il y a soixante ans, ou même Karel Capek, l'inventeur tchèque du terme robot dans sa célèbre pièce RUR (Rossum Universal Robot), la supériorité de la machine sur l'humain est telle qu'elle procure à ce dernier l'ultime honte. Elle sait faire mieux que lui et de ce fait le rend inutile.

     Oh mais non, diront les optimistes, vous voyez tout en noir. On fait travailler les robots, mais est-ce avec eux qu'on converse, qu'on passe de bonne soirées, qu'on part en voyage, qu'on se marie, qu'on s'aime, ou tout autre activité proprement humaine ? Eh bien, oui, justement. Nous sommes en mesure d'affirmer aujourd'hui que c'est bien avec des robots, des machines ou des logiciels que l'humain moyen passe la majorité de son temps. Et qu'il ne voit pas combien la perfection technique de ses nouveaux compagnons détruit peu à peu sa singularité. Les jeunes Japonais, avant-garde de la décadence contemporaine dont il faut toujours étudier les nouvelles perversions pour savoir ce qui nous arrivera demain, préfèrent ainsi le «sexe», comme on dit dans les journaux, par vidéo interposée à sa pratique charnelle.

     Mais Robert, de Maubeuge, lui aussi passe, le pauvre, la moitié de son temps libre devant sa télé, avant de se jeter sur sa tablette, tout en consultant d'un autre œil distrait son smartphone pour savoir si Ginette ne lui a pas envoyé un lien vers la dernière vidéo à la mode. Ginette qui, pour rentrer, aura demandé le chemin à son ami le GPS dont la voix suave est finalement plus belle que celle de Robert; il ne se trompe jamais, lui, et ne rate pas la bretelle d'autoroute surtout quand, comme chaque samedi, il s'agit d'aller faire les courses au centre commercial, heureusement équipé maintenant de caisses automatiques - ça évite le spectacle tragique de la pauvre caissière qui appelle Raymond dans son micro pour connaître le prix de la carotte OGM - à moins que Ginette n'ait préféré passer commande par internet de la garniture de son frigidaire qui fait des glaçons tout seul.
Ce sera pratique pour les enfants quand elle aura enfin réussi sa PMA...

***
Paru dans Permanences
La revue des catholiques en action
Mai-juin2014
Ichtus
49 rue des Renaudes 75017 Paris

Permanences