http://www.francevaleurs.org

Le billet de la semaine
Retour
18/12/2013
En noir et blanc

      Elles m’apparaissent bien contrastées les nouvelles reçues du monde cette semaine.
      Bien noirs, les images et les télégrammes d’Afrique, notamment de la RDA où règne le chaos avec son cortège d’horribles violences que nos soldats doivent avoir bien du mal à contenir, et du Mali et d’autres pays où la situation n’est pas non plus brillante.

       Ambiance funèbre aussi en Afrique du sud mais comme adoucie par l’hommage de la nation (et des grands de ce monde) à son charismatique héros. Avec eux, je salue le courage et l’opiniâtreté de l’engagement de Mandela, les souffrances qu’il a endurées et sa volonté de transformer en arc en ciel un conglomérat d’ethnies n’ayant guère en commun que le refus haineux de l’apartheid.
      Le souvenir lumineux du plus célèbre des détenus à peine libéré prenant la main d’un enfant blanc suffira-t-il cependant à effacer dans les mémoires les échecs relatifs de sa politique ?
       L’insécurité, la concussion, la misère et les inégalités demeurent en effet criants dans son pays où la fraternité entre blancs et noirs me semble encore relever du mythe…
***

      Nouvelle blanche au contraire que celle annonçant que le Pape François a été choisi comme la personne de l’année par le Times qui dit refléter ainsi une grande partie de l’opinion mondiale. Ce scoop réjouit bien sûr le catholique que je suis mais prouve surtout, qu’au-delà des lois carrément inhumaines votées ici et là autorisant entre autres le mariage pour tous et l’euthanasie pour certains, demeurent dans le cœur de beaucoup d’hommes des préoccupations élevées.

      Des commentateurs gratifiaient ce matin le nouvel évêque de Rome du titre inédit d’aumônier du monde… tout en reconnaissant qu’un aumônier ne suffit pas à convertir la communauté auprès de laquelle il est placé. Les mêmes parlaient de lui comme d’un prélat malin qui a su rénover en quelques semaines le langage et l’image de la papauté. L’un d’entre eux disait même :
« J’ai l’impression qu’il cherche à mimer l’attitude de son maître Jésus ! »

      A cet égard, une recommandation récente de l’homme en blanc m’a particulièrement touchée : « Quand vous faites l’aumône à un pauvre, quel que soit son montant, votre don reste sans valeur s’il n’est pas accompagné par un sourire, un mot aimable ! Il est décuplé si vous le prenez dans vos bras ! »
***

      En ce qui me concerne, je n’en suis pas là mais cette pierre blanche ayant illuminé ma journée*, je tenais à vous la transmettre comme préambule à mes vœux chaleureux.
Bon Noël !
Jean Delaunay      
***

Dies albo notanda lapillo », disaient les Latins, (journée à marquer d’une pierre blanche).