http://www.francevaleurs.org

Le billet de la semaine
Retour
Lettre à mes petits enfants
sur la vie et sur le principe de précaution
25/10/2006

       Lorsque j’avais votre âge, la voiture de mon père n’avait ni ceinture de sécurité ni airbag. Ma chambre était peinte à la peinture au plomb et notre maison isolée à l'amiante. Il n'y avait pas de couvercle de sécurité sur les bouteilles de médicaments de maman.
       Je faisais du vélo sans casque !
       On buvait à quatre ou cinq copains à la même bouteille de grenadine ou directement au tuyau d'arrosage : personne n’en est mort.
       J’avalais mon bol de lait entier chaque matin; je mangeais du pain, du beurre et de la confiture,( et des gâteaux secs quand je pouvais trouver où on les avait cachés) mais je n'étais pas obèse...
       Il faut dire que nous jouions presque toujours à l'extérieur. A part les billes, nos jeux étaient souvent dangereux. On se faisait des petites voitures avec des patins à roulettes et des caisses à savon et on se laissait glisser dans les descentes, sans freins. Quand on s’écorchait les genoux, (d’autant plus qu’on vivait en culottes courtes, même par temps de gel… ) ,on nous mettait un peu de mercurochrome...
       On grimpait beaucoup dans les arbres. Parfois, on se battait entre nous mais personne n'était blâmé, c'était l'apprentissage de la vie.
       J’allais à l’école, qui était loin, tôt le matin, sans ramassage scolaire et je rentrais à la nuit tombée, toujours à pied … et sans téléphone portable !
       Quand nous faisions des bêtises à l’école, nous revenions faire des lignes le jeudi après midi. Nos parents étaient du côté des maîtres et nous n’avions pas intérêt à rouspéter.

       Tout cela pour vous dire que nous avons eu bien de la chance de grandir avant que les comités de vigilance, les députés et le gouvernement ne se mettent à réglementer nos vies, dans tous les domaines… pour notre bien, c’est sûr !

       Nous n’avons rien contre le principe de précaution. Il est évident qu’il faut respecter le code de la route, ne pas descendre du train avant l’arrêt, éviter de se baigner quand la mer est forte, ne pas laisser les petits enfants jouer dans la cuisine quand il y a une casserole bouillante sur le feu etc etc …

       Cela dit, nous vous demandons de faire attention à la mentalité «Assurance tous risques » dans tous les domaines. Elle tend à se généraliser dans notre société…

       Alors que la vie est toujours, sinon un combat, au moins une « aventure » où il faut, de temps en temps, prendre des risques ;
       Ne serait-ce que celui de se marier et d’avoir des enfants ou celui de créer son entreprise....
       C’est justement cet aspect « aventure » qui rend la vie passionnante.
       Osez vivre cette aventure à plein !
       Rappelez-vous la devise des parachutistes, c’est « Qui ose gagne ! » (ce qui ne veut pas dire qu’il faut oser sauter d’avion sans parachute… ) .
       Je vous souhaite une belle vie !
Jean Delaunay

***
haut de la page
Retour