http://www.francevaleurs.org

Le billet de la semaine
Retour
06/11/2013
Au service des handicapés avec l’association Simon de Cyrène
       Cette association vise à adoucir le sort de personnes handicapées en faisant cohabiter chacune d’entre elles dans un logement adapté avec un « compagnon valide » du même sexe qui, en plus de ses activités normales, peut l’aider dans sa vie quotidienne.
      Deux de mes petites filles, l’une permanente, l’autre en renfort occasionnel, témoignent ainsi de l’expérience de vacances partagées.

       « Si on plie le fauteuil d'Henri sur la gauche, on aura la place pour les béquilles... Ou alors on met les sacs dans l'autre voiture… Non, on ressort Paul de la voiture de Guillaume et on l'installe dans la voiture de Véro, et à la place on peut glisser deux fauteuils... Oui, on va faire ça ! »

      16 juillet. C'est le grand départ. Sous un soleil accablant dont on se serait bien passé pour régler les détails logistiques, les Compagnons s'affairent sur le parking du château d'Angers. Comme dans un ballet assez mal orchestré, nous tentons toutes les combinaisons pour que les 13 compagnons handicapés et les 14 compagnons valides tiennent dans ces satanées 5 voitures qui les conduiront à Saint Malo pour une folle semaine de vacances. « Moi, je veux aller dans une voiture avec clim », dit l'un. « Moi, j'ai peur dans le camion », dit l'autre. « Je veux être à côté d'Arnaud », exige un 3°… « Qui peut mettre de la crème solaire à Charles qui cuit sous son arbuste ? » criai-je au milieu du chaos...
       Il faut bien l'avouer, c'était une sacrée gageure. Emmener tout ce monde en Bretagne, trouver suffisamment d'accompagnateurs pour que chacun se sente bien et qu'ils puissent prendre soin les uns des autres... Mais cette année encore, ils ont gagné leur pari. Les sacs, les fauteuils, les béquilles, les déambulateurs, les appareils pour respirer, les trousses de médicaments avec les ordonnances bien rangées, le repas... tout a trouvé sa place, comme dans un rêve. Il s'en est fallu de peu. Je dis au revoir à chacun et lui souhaite, du fond du cœur, de passer de bonnes vacances. Tous me font coucou par la fenêtre, sourire aux lèvres... « On s'appelle ! On se donne des nouvelles ! »
Ainsi commencèrent les vacances 2013 de Simon de Cyrène. Presque deux heures de sueur, de chargement, de recommandations dont je ne retiendrai qu'une chose : la joie.
Si je n'avais mes trois anges blonds qui m'attendaient à la maison, je serais bien partie avec eux !
      Axelle, permanente

      Un véritable challenge ! Nous devions trouver des logements pour les accueillir à des tarifs acceptables. Ce fût possible dans cette résidence neuve avec piscine et sauna en banlieue de St Malo. Pour permettre aux 13 compagnons handicapés archi-motivés de réaliser ce projet, il restait à trouver autant de personnes valides avec les compétences requises pour assurer l'aide humaine. Après quelques semaines d'intenses sollicitations, une dizaine de jeunes se sont portés volontaires pour rendre possible l’aventure. C'était providentiel ! Immédiatement, des liens très forts se sont noués entre les personnes et les échanges ont vite été riches et profonds. Ce qui m'a le plus marqué, c'est la joie et l'unité qui régnaient au quotidien. J'ai été très touché de vivre ce temps de vacances qui contribue à fonder la vie communautaire de Simon de Cyrène Anjou. C'est plein d'espérance pour la suite !
Paul, coordinateur des activités et Gabriel, compagnon handicapé

       Au mois de mai, ma sœur me propose de rejoindre son groupe pour une semaine. Je réponds oui avec une petite appréhension: "Je suis une toute jeune infirmière et là-bas ils vont compter sur moi... Serai-je à la hauteur ? Et puis dans le groupe, tout le monde se connaît, moi je débarque de Lyon... Vais-je réussir à trouver ma place ?" Toutes ces questions se dissipent lorsque je vois les visages émerveillés de chacun, les rires, la hâte que chacun a de partir, l'accueil que l'on m'a réservé... Sans les connaître, j’étais sûre d’être considérée comme une amie qui partait en vacances avec eux !
      Cet esprit, propre à Simon de Cyrène m'a permis de passer une semaine magique. J'ai été frappée par la qualité d'écoute de chacun, par la joie et le sourire permanents et contagieux chez les personnes handicapées. Je ne pouvais pas m'empêcher de penser: "Moi qui ai tout, comment puis-je autant m'apitoyer sur mes petits problèmes ?" Je n'avais qu'à les regarder, les écouter parler ou les entendre rire pour comprendre que ce n'est pas une question « d'avoir tout ou d'avoir moins ». Ils ont chacun décidé de mettre la joie au cœur de leur vie et de vivre de cette façon au quotidien.
      Pour moi, c'est la devise de cette association qui la rend unique ! Je retiendrai aussi ma chance d’avoir eu de longues et belles discussions avec certains. Nous nous connaissions peu et pourtant je pouvais leur ouvrir mon cœur comme ils m'ont ouvert le leur si naturellement. J'ai été très émue de vivre des temps forts de prière, notamment la messe du dimanche, les soirées louange animées par chacun. Le dernier jour restera gravé à vie dans ma mémoire: nous avons tenu un stand public pour témoigner de notre expérience et pour parler des habitats partagés. Entendre chacun témoigner des relations profondes nouées entre tous les Compagnons m'a particulièrement émue ! Au point que je n'ai pas réussi à prendre la parole pour partager à mon tour. Je les écoutais simplement en essayant de ne pas trop regarder combien de temps il me restait encore à passer avec eux...
       Depuis le mois de juillet, je me surprends parfois à rire toute seule en me remémorant certaines situations, en repensant à certaines discussions, à certains fou-rires ! Je regarde encore et encore les photos, et j'ai la chance de pouvoir revivre cette semaine de folie avec Blandine qui était avec moi et qui est devenue depuis... ma colocataire ! VIVE SIMON DE CYRENE ! Merci à tous ces Compagnons qui m'ont tant apporté !
Marie Delaunay,
compagnon valide
***

ASSOCIATION SIMON DE CYRÈNE
18 Avenue du General De Gaulle
92170 Vanves

SIMON DE CYRÈNE