http://www.francevaleurs.org

Le billet de la semaine
Retour
Agression contre la fondation Lejeune
16/10/2013
      Paru dans la Lettre de la fondation de septembre 2013 Je juge utile de diffuser ici le texte suivant émanant de nos amis de la fondation Lejeune. Il montre l’un des vilains aspects de cette guerre civile des idées que dénonce France-Valeurs.
Jean Delaunay            

Editorial de Jean-Marie Le Méné, président de la Fondation Jérôme Lejeune


      Par une chaude soirée d'été, s'est abattue sur la Fondation Jérôme Lejeune une pluie de sang.
       Le phénomène appelle plusieurs niveaux de lecture. Sous l'angle médiatique, le forfait est apparu comme une " conjuration des imbéciles " : un commando d'homosexuels agressant une consultation médicale pour déficients intellectuels. L’infraction a été complaisamment filmée en direct par l'Agence France Presse. L’information a été reprise en boucle par des médias désœuvrés le dimanche 4 août... L'effet a été tonitruant mais le bon sens populaire n'a guère apprécié pareille lâcheté. A l'aube du 5 août, la première personne rencontrée fut un égoutier, émergeant de son trou devant nos murs maculés, qui a proposé un grand coup de karcher avec ces mots : " Ceux-là, ils détestent tout le monde ! ". Puis est arrivé le personnel médical, ulcéré de voir que les agresseurs n'avaient pas songé aux patients qui seraient reçus en consultation. Tout au long de la journée, de nombreux inconnus se sont arrêtés, rue des Volontaires, faisant part de leur solidarité. Jeanne, bouleversée, s'est mise à genoux sur le trottoir pour décoller les affiches nauséeuses avec ses ongles. Hermine, enceinte, les larmes aux yeux, nous a passé un chèque à travers la grille... Et tant d'autres, modestes, humbles, chaleureux...
       Sur le terrain idéologique, la manœuvre a fait coup double. D'un côté, Act Up accuse la Fondation d'homophobie parce que l'une de ses salariées est Présidente de La Manif pour Tous. De ce fait, la Fondation serait " complice et soutien " de LMPT, les deux " organisations réactionnaires " étant désignées à la vindicte populaire comme " déversant de la haine homophobe dans l'espace public". De l'autre, la Fondation est attaquée dans son objet de défense de la vie. L'Humanité, pour justifier l'agression d'Act Up, explique en effet que la Fondation poursuit une noble cause (la recherche et les soins) qui en cacherait une autre, " moins reluisante " : le respect de la vie, de la conception à la mort. Comme si la prolongation statutaire de l'œuvre de Jérôme Lejeune ne devait s'appliquer qu'après la naissance, ce qui est le plus formidable contresens historique qu'on puisse imaginer ! " L'utilisation de fonds à la défense de la vie est-elle légale (sic) ? ", demande ingénument le journal communiste. Eh oui ! Nous en sommes là, dans notre pays : peut-on encore légalement faire respecter la vie du petit de l'homme ?
       Le niveau symbolique n'est pas le moins intéressant. Act Up a projeté du faux sang dans des préservatifs qui ont explosé contre façades, enseignes, portes et fenêtres de la Fondation. Du sang de boudin déversé pour souiller, choquer, culpabiliser surtout. Une mise en scène où tout est factice : le sang, les fantasmes, les victimes, le public. Pour alimenter la machinerie de la société du spectacle. En revanche, qui se soucie d'empêcher le vrai sang de couler là où il coule, aujourd'hui, en France ? Qui se lève pour qu'on arrête de saigner à blanc les enfants trisomiques (la quasi-totalité d'entre eux) dans le silence douloureux du ventre de leur mère ? Entre le sang déversé et le sang versé, il y a autant de distance qu'entre le mensonge et la vérité, la haine et l'amour, la mort et la vie. Ce sang déversé en maléfice sur ceux qui veulent économiser le sang versé de l'innocence a quelque chose d'infiniment tragique. Ne revenez plus barbouiller de blasphème une maison dont l'honneur est de défendre un jardin d'enfants exsangue.
***

Fondation Jérôme Lejeune
37 rue des Volontaires 75725 Paris cedex 15
www.fondationlejeune.org