http://www.francevaleurs.org

Le billet de la semaine
Retour
La grippe aviaire du coq gaulois
08/02/2006

     L’auto-flagellation, la « discipline », était, dans les couvents, un moyen, parmi d'autres, de mater sa chair et de s'exercer à l'humilité.
    Maintenant disparue du champ monastique, elle est réapparue dans le domaine public, notamment en France, avec cette différence qu'elle se pratique sur le dos des autres, et de préférence quand ils ont quitté la scène.
    On les exhume des oubliettes de l'histoire ; loin de vanter leurs mérites, on les accable de reproches. C'est une maladie à ranger dans les pathologies de l'exception française.
    Elle a pris, depuis quelque temps, des proportions inquiétantes, un genre de grippe aviaire post-mortem frappant le coq gaulois.
    Aussi provoque-t-elle des réactions de rejet salutaire. J'ai particulièrement apprécié une chronique. Parue dans « La Croix » du 11 décembre, elle protestait avec vigueur contre la culture de ce phénomène. J'ai adressé au journal le fruit de mes réflexions et j'ai eu la satisfaction de les voir publier dans le courrier des lecteurs. En voici la teneur.
    « Merci, mille fois merci à Bruno Frappat d’avoir exprimé avec sa clarté et sa rigueur habituelles les sentiments que nous sommes nombreux à partager sur l'histoire de notre pays.
    Avec quelle légèreté, quelle impudeur, pour ne pas dire quelle sottise, les censeurs de tout poil jugent- ils son passé ! Faut-il donc en rougir, renier, fustiger nos pères, les maudire ?
    Faut-il frapper notre coulpe sur leur poitrine, sur celle de l'homme en général, avoir honte d'être venu au monde partager sa condition ? Bref, sombrer dans le nihilisme, le désespoir, et, en bonne logique, se brûler la cervelle ?
    Le présent est-il si pur et l’avenir est-il si radieux ? Comment s'étonner, dans ces conditions, du marasme spirituel, moral, psychologique de nos contemporains ?
    Comment reprocher à la jeunesse son absence d'idéal, d'ambition, son scepticisme, sa désespérance ?
Pierre Aigueperse
***

    NB Pour lutter contre cette maladie, France-Valeurs recommande d’enseigner aux jeunes l’indépendance d’esprit et, notamment, de leur apprendre à ne pas juger le passé avec les préjugés d’aujourd’hui.

haut de la page
Retour