http://www.francevaleurs.org

Le billet de la semaine
Retour
IRCOM : la personne pour vocation
14/08/2013
       Je me réjouis d’avoir modestement contribué en 1984 à porter l’IRCOM sur les fonts baptismaux. Cet institut privé fondé par un homme étonnant, l’abbé Houard, ancien secrétaire général de l’Institut Catholique d’Angers, est installé aux Ponts de Cé. Il a déjà formé une trentaine de promotions d’étudiants déjà détenteurs d’une maitrise universitaire aux techniques de relations publiques et de communication
. Sa devise est « La personne pour vocation » et il vise à donner aux jeunes un complément d’éducation intégrale fondée sur l’humanisme chrétien.
       Si j’en juge par la compétence acquise et le supplément d’âme acquis là par l’une de mes petites-filles, l’IRCOM mérite à la fois sa réputation déjà flatteuse et justifie sa devise.
Jean Delaunay

***

      Les rencontres estivales de l’IRCOM permettent chaque année de réunir des anciens et des intervenants extérieurs autour d’un thème particulier. Cette année, c’est «La vocation», l’orientation professionnelle et l’utilisation des tests psychotechniques pour contribuer au discernement nécessaire à la fois aux orienteurs et aux candidats ?
       Comment à partir de ces tests, accompagner une personne pour lui faciliter l’orientation libre et éclairée de sa vie.
***

      Qu’est-ce qu’une vocation ? Y a-t-il un appel qui tombe sur chacun d’entre nous ? Sommes-nous déterminés ? Ou est-ce un chemin à construire sur la base de talents, de cadeaux que l’on a reçus tout au long de notre jeunesse et de notre parcours ?

      Nous pouvons constater 3 tentations couramment vécues dans la vie professionnelle :
-Le clonage : je continuer à vivre comme les autres et à rester dans mon job initial pour la gamelle.
-L’utopie : je pars en voyage ou en année sabbatique pour fuir la réalité et les choix correspondants.
-Le cynisme : tout est pourri, m’engager n’a donc plus de sens…

      En réalité, la vocation est une dynamique qui se développe mais le questionnement sur soi nous impose de nous remettre en cause.
***

      La question de base, c’est : « Qu’est-ce que je veux changer dans le monde avec mon métier ? »
La réponse aboutir à un véritable processus de discernement en 4 étapes qui impose de :
1/ Se questionner : quels sont les besoins du monde et moi, qu’est-ce que je veux faire ?
2/ Innover : c’est-à-dire exercer son intelligence, son imagination, sa mémoire et son intuition.
3/décider : ne pas en rester éternellement au « J’en ai marre : il faut que je change de job ! »
4/ finaliser : l’objectif du projet n’est pas d’imaginer une carrière mais une façon de servir, de se donner qui pourra s’exprimer de façons très différentes.
***

       Nous portons tous en nous une mission, une vocation qui donne du sens et qui nous invite, par des gestes simples et des engagements audacieux à changer le monde qui nous entoure.
C’est toute la beauté de notre vocation !

       Si vous estimez être trop petit pour pouvoir changer quelque chose dans le monde, méditez la formule du dalaï lama :
       « Essayez donc de dormir avec un moustique et vous verrez lequel des deux empêche l’autre de dormir…»

Extraits d’Humanisme et société
le bulletin de l’IRCOM d’août 2013
www.ircom.fr
Lettre Humanisme et Société
02 41 79 64 64
***