http://www.francevaleurs.org

Le billet de la semaine
Retour
Note pour l'action
01/05/2013
Une action doit toujours être cohérente avec le but poursuivi :

       Accueillir un ministre en "faisant du bruit" c'est manifester son opposition à un abus de pouvoir. Il y a peu de chance de le convaincre mais il représente un gouvernement dont il peut être juste de refuser la politique. La manifestation d'une opposition se fait au ministre responsable d'une politique mais pas à sa personne.
       Réveiller un sénateur pour le convaincre de changer son vote, cela peut faire plaisir mais ne peut être raisonnablement efficace. Transformer un opposant idéologique en "martyr", c'est renforcer son pouvoir d'influence.

       Quand Daniel Cohn Bendit en 68, brave d'insolence ou de violence un CRS, il est cohérent avec son but subversif : « il est interdit d'interdire ». Une action subversive est cohérente avec son but qui est subversif.

       Mais si l'on veut défendre la plénitude du mariage, si l'on veut défendre le droit de chaque enfant d'être aimé et élevé par un père et une mère, si l'on en appelle à la nature et la raison pour fonder la société familiale en vue du bien commun et non au caprice d'une volonté arbitraire dont le seul moteur serait le désir individuel, l'action doit être conforme avec son but. Toujours en respectant la personne. Toujours en étant ordonnée au bien commun. Toujours inspirée par la raison qui nous est donnée pour agir librement en vue du bien.

Mais les manifestations dans l'ordre sont ignorées, direz-vous ?

Agir par désordre peut-il être efficace pour le bien commun ?

Les passions, l'exaspération, la haine, la désespérance de ne pas être entendu ou compris, sont mauvaises conseillères.

Les LGBT inspirent un déni de démocratie, une violence à la nature même de l'homme, une idéologie qui refuse la recherche humble de la vérité, la domination médiatique, le déni du réel, des lois qui agissent contre la personne elle-même et fabriquent de l'injustice et du malheur.

L'action des LGBT et de leurs « complices » est idéologique et subversive mais il est vain et inapproprié d'utiliser les mêmes moyens pour servir le bien commun.

       Une subversion contraire ne fera que renforcer la subversion. Quand on veut construire, il faut respecter les lois de la construction.
       Comment qualifier la stratégie de celui qui prétendrait mettre le couvert pour accueillir ses amis en jetant en l'air une pile d'assiettes ? Espérance et action impulsive dont le résultat certain sera la casse de la vaisselle !
       Il est vain d'espérer transformer l'impuissance du minoritaire (électoralement) en pouvoir légitime par des actions « irresponsables », c'est-à-dire incohérentes avec le but poursuivi de la paix dans la société.

       Et donc comment agir, que faire ? Un sursaut en forme de rage de dent ne suffira pas quand c'est une remobilisation générale qui doit être conduite.

Prise de conscience des enjeux : faire de tous des "veilleurs"

       Le premier fruit de la mobilisation en cours catalysée par la manif pour tous est la prise de conscience de la réalité, de la gravité et de l'injustice de la proposition de loi.
       Grâce à ce mouvement, une majorité réalise que la conscience a mal. Pour cela elle a eu besoin d'être éclairée. Eclairée par la lumière de l'intelligence, la conscience souffre. Elle réagit alors par un premier engagement entretenu par la ferveur de la mobilisation et l'agressivité du pouvoir.
       D'une certaine manière, l'amplification de l'action LMPT et le déni gouvernemental se rejoignent pour conforter la prise de conscience des citoyens.
       ( lire la suite...)

Nous soutenons ces initiatives

       Mobiliser pour les manifs 5 mai et 26 mai, proposer de l'aide maintenant, organiser les trajets, buzzer sur les réseaux sociaux, prendre contact avec les responsables locaux de la manif pour tous.
Voir le site de la Manifpourtous et donner un coup de main maintenant.
***
ICHTUS
49 rue des Renaudes
75017 Paris
http://www.ichtus.fr/article.php3?id_article=745
L’action, première perspective