http://www.francevaleurs.org

Le billet de la semaine
Retour
Lettre ouverte au Président de la République
17/04/2013
      Pourquoi défendre le Mali si vous détruisez notre patrie?

Monsieur le Président,
vous avez décidé de combattre ouvertement le terrorisme et d'envoyer notre armée défendre la société et les valeurs qui la fondent.
       La noblesse du but proclamé requiert l'unité de tous pour un soutien sans faille à ceux qui se sacrifient pour nous protéger.

      Cette politique a le mérite d'être claire, elle ne pose qu'une question :
pour quelle société combattons-nous ?

      Notre pays n'est-il pas en train de défendre par les armes les valeurs qui l'ont constitué au moment même où votre majorité s'évertue à les détruire ?

Monsieur le Président,
Comment vous est-il possible de solliciter de nos soldats de combattre jusqu'au sacrifice de leur vie, quand, dans le même temps, vous soutenez - et avec quelle obstination! - des réformes de société qui visent à expulser de notre patrimoine, de notre culture, de nos traditions partagées, les derniers éléments qui confèrent à la vie son caractère sacré ?

      Si tout ce qui peut demeurer de sacré dans la vie humaine se trouve bafoué, au nom de quoi se sacrifier ?

      Qui donnerait sa vie pour une société homoparentale où l'enfant n'est le fruit, au mieux, que d'un seul des membres du couple ? Qui donnerait sa vie pour l'euthanasie, pour l'avortement de convenance, pour une société où tout désir individuel ou de groupe doit être satisfait et légalisé ? Comment une telle société peut-elle être respectée de ceux qui en découvrent l'égoïsme et l'absence d'idéal : le vide n'est pas un projet, il ne résiste à aucune poussée.

      On ne peut donner sa vie que pour un idéal qui la dépasse.
Si la vie ne fait plus sens, si elle peut être manipulée, instrumentalisée, de son origine à sa fin terrestre, selon les agréments ou les désagréments qu'elle procure à chacun, alors il n'y a plus de société possible car il n'y a plus de lien et donc plus de loi qui mérite l'effort d'un vivre ensemble.

      Ne détruisez pas le dernier ciment entre nous et entre les générations, afin que notre pays nous soit encore une patrie.
Jean Taufflieb            

***
Paru dans Famille Chrétienne n° 1839 du 13 au 19 avril 2013