http://www.francevaleurs.org

Le billet de la semaine
Retour
Il y a 16 ans, un Prix Nobel dénonçait
« La désagrégation morale de la société française »
15/09/2006

       « L'effondrement du système totalitaire dans les pays de l'Est ne saurait masquer les risques de désagrégation morale qui menacent notre propre société, et qui, si nous ne réussissons pas à y faire face efficacement, peuvent compromettre (…) notre avenir.
       Quels sont ces risques (…) ? Ce sont essentiellement l’égalitarisme, une formation insuffisante et inappropriée de la jeunesse, l'influence démoralisatrices de la télévision, l’instabilité sociale résultant d'une immigration massive déraisonnable, le développement accéléré de la violence, de la criminalité et de la drogue, une démagogie démesurée, une régression générale des valeurs morales, l'incompréhension, enfin, des conditions économiques et éthiques qu'implique une société humaniste et libérale.
       Ces facteurs nous font courir des risques majeurs, risques qui sont généralement sous-estimés par l'opinion publique, les médias et les responsables politiques.

       Tout d'abord, une mythologie égalitaire devient partout dominante. (…)
       C’est ensuite une formation insuffisante et inappropriée de la jeunesse. (…)
       C’est encore la télévision (…). Non seulement le son et image supplantent de plus en plus la lecture seule réellement porteuse de culture, mais, quelle que puisse être la valeur exceptionnelle de certaines émissions, la télévision se maintient trop souvent à des niveaux de médiocrité et de vulgarité réellement atterrants.(…) : violence, crime, pornographie ( …)
       Le Bébête Show où tous les dirigeants politiques (…) sont tournés en dérision (…) est, par ses effets à terme, une des plus puissantes machines de guerre que l'on puisse imaginer contre la démocratie politique française.

Immigration
(…) . Génératrice de ghettos, de misères de toutes sortes, elle met en jeu des masses trop souvent inassimilables.(…) Elle ne peut être acceptée que si ceux qui viennent s'installer dans notre pays sont capables de s'assimiler et s'ils en ont effectivement la volonté. Si cette double condition n’est pas réalisée, l'immigration ne peut que constituer un immense danger.
(…) Puis je ajouter ici que l'amalgame trop souvent effectué entre opposition à l'immigration, xénophobie, racisme et antisémitisme, repose fondamentalement sur une totale affabulation et une dangereuse mystification.

Violence, démagogie
       Le développement accéléré de l’insécurité, la criminalité et la drogue représente l’un des dangers majeurs de notre société. (…) Une démagogie démesurée risque de mener nos sociétés à la ruine. La sélection des hommes politiques par la démagogie conduit à une sélection à rebours. À part quelques exceptions éclatantes, le manque de courage politique devient la règle. Pour redresser une telle situation, il nous faudrait des hommes ayant le sens de l'État, durs et exigeants vis-à-vis d'eux-mêmes et vis-à-vis des autres. De tels hommes existent. Encore faudrait-il les mettre en mesure d'agir.

Crise des valeurs
       Partout se manifeste une régression des valeurs morales, dont une expérience séculaire a montré l'inestimable irremplaçable valeur. Le travail, le courage, l’honnêteté ne sont plus honorés. (…) Trop de français, tout à fait inconscients de leurs devoirs de citoyens, n'hésitent pas recourir à des manifestations violentes au mépris total des lois. (…)

       Qu’il s’agisse de l'économie, des sports ou de la politique, les « affaires » génératrices d'argent sale et de corruption, et leurs satellites, les faux en écritures privées et publiques, les abus de biens sociaux, les fausses factures, etc. ne cessent de se multiplier et de démoraliser, voire même de gangrener, tout le corps social.
       La justice elle-même devient une justice à deux vitesses (…)

       Enfin, et d'une manière générale, on constate, dans toute la société française, une méconnaissance totale des conditions qui impliquent le fonctionnement d'une société humaniste et libérale. (…)

Un sursaut ?
       L'immensité des dangers (…) nous conduira-t-elle à une analyse lucide et à une action efficace ? Un sursaut réel de nos opinions publiques est-il réellement impossible ?
       Mais, après tout, ne devons-nous pas faire nôtre la maxime de Guillaume d'Orange : « Point n’est besoin d'espérer pour entreprendre, ni de réussir pour persévérer. »
       Quelques puissent être les difficultés, quelques puissent être les dangers, le pessimisme de l'intelligence de doit pas exclure l’optimisme de l'action, car une pleine conscience des dangers à affronter, des objectifs à atteindre et des obstacles à surmonter ne peut inciter à l'action et la rendre plus efficace.
Maurice Allais

Extraits de l’article écrit dans le Figaro du 5 décembre 1990,
par Maurice Allais, prix Nobel d'économie.

Le texte complet figure sur notre Site dans "Dossiers"
***
Maurice ALLAIS : sa vie - ses oeuvres
haut de la page
Retour