http://www.francevaleurs.org

Le billet de la semaine
Retour
Du pain et des jeux
15/08/2012
       Je mentirais en prétendant que le beau spectacle des jeux olympiques me laisse indifférent, moi l’ancien sportif qui me suis même entrainé autrefois en vue d’une éventuelle désignation en pentathlon moderne.

      En admirant sur mon écran TV, les performances des athlètes, je mesure tout ce qu’elles représentent : des années de rigoureuse discipline acceptée, une somme d’actes quotidiens de courage et une montagne de souffrances . En voyant des victoires obtenues littéralement sur le fil ; je me réjouis avec les vainqueurs et je sens l’amertume de ceux à qui échappe la médaille alors que la montée sur le podium représente l’objectif central de leur vie.

      J’apprécie aussi l’immense effort d’organisation et de coordination que représente pour un pays la responsabilité de ces jeux-spectacles sur lesquels sont dorénavant tournés des millions d’yeux humains.

      Cela dit, je regrette de voir passablement dévoyée la grande intuition de Pierre de Coubertin. Elle actualisait celle des anciens grecs : rassembler fraternellement des athlètes amateurs de diverses provenances pour les opposer dans des combats pacifiques et désintéressés.
***

      Aujourd’hui, pour n’évoquer que trois réalités :
    •  Les amateurs sont devenus des professionnels spécialisés dès avant l’adolescence et bourrés, dit-on, de dynamisants chimiques.
    •  L’argent de la publicité coule à flots et, selon moi, de façon malsaine, par exemple quand on compare le salaire des mercenaires du foot avec la modestie du traitement de travailleurs autrement méritants.
    •  Enfin, alors que ces compétitions semblent devenues, en Chine notamment, une occasion de triomphalisme, elles deviennent en France le dernier espace du patriotisme, (je veux dire du chauvinisme). Ce, alors même que le sport y semble apprécié et pratiqué surtout en chambre…
***

      Je sais que le pain et les jeux ont toujours constitué des composants majeurs de la vie des hommes mais je ne peux m’empêcher d’émettre deux voeux de nature très différente.

-  Chez nous, que le beau spectacle olympique contribue progressivement à infléchir le mode d’éducation de nos enfants. Il s’agirait, selon moi, de la fonder davantage sur le développement harmonieux et coordonné de la tête et des jambes. A cet égard, je témoigne que la pratique régulière de l’activité physique a largement contribué à équilibrer ma vie personnelle et à forger mon caractère. J’en souhaite autant à mes jeunes concitoyens.

-  A l’échelon mondial, qu’à l’immense effort consenti tous les quatre ans pour organiser les jeux puisse un jour correspondre son pendant pour donner davantage de pain (ou de riz) à ceux qui n’en ont pas.
Jean Delaunay            
***