http://www.francevaleurs.org

Le billet de la semaine
Retour
Et la défense ?
13/06/2012
      Les candidats à l’élection présidentielle auront manifesté un certain consensus sur la défense qui n'est pas apparue comme un enjeu électoral, préférant sans doute remettre le traitement de ce sujet à l'issue des élections C'est ainsi que les deux principaux candidats ont estimé que le Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale de 2008 devait faire l'objet d'une actualisation, au mieux d'une réécriture.

      Dans cette perspective, il nous faut constater que le contexte géostratégique actuel et à moyen terme est marqué par des tendances lourdes, fortement accentuées depuis 2008.
      1/ Une instabilité croissante et de vifs foyers de tension qui se développent dans la zone d'intérêt stratégique de l'Europe : déplacement du terrorisme international vers l'Afrique sahélienne, incertitudes sur le devenir du printemps arabe, effervescence moyenne-orientale (Israël-Palestine, Iran, Irak. Syrie), orientation de la Russie et de son voisinage.
      Les menaces se rapprochent avec le risque croissant d'une mise en cause des intérêts vitaux des pays européens et de la sécurité de leur population.
      2/Une perte d’influence de l'Occident qui abandonnerait son rôle de gendarme du monde de plus en plus contesté et qui pourrait se traduire aussi par un affaiblissement des Etats-Unis au sortir des conflits d'Irak et d'Afghanistan.
      3/La grande vulnérabilité et la relative impuissance des Etats européens, militairement affaiblis et politiquement désunis, confrontés en leur sein à un développement, qui semble irrépressible, des communautarismes et de l’individualisme.

      L’évolution des menaces appelle sans doute une adaptation sensible de la politique de défense de notre Pays. Celle-ci repose aujourd’hui essentiellement sur le diptyque dissuasion-intervention- Dissuasion qui, si elle est politiquement indispensable, ne saurait couvrir tous les scenarii possibles devant l’éventail des nouvelles menaces. Et intervention exclusivement destinée aujourd’hui à l’expression d’une solidarité internationale plus qu’à la protection du territoire et de la population.
      Or, !es menaces d'agression directe des pays européens existent qui requièrent une prise de position claire des responsables politiques, le soutien actif de la population et une adaptation de nos armées et des conditions de leur engagement.

      La définition de la politique de défense est une responsabilité des hommes politiques conseillés par les chefs militaires, bien au-delà de l'écriture d'un nouveau Livre blanc par des experts et des personnalités même qualifiées. La description des capacités militaires qui conduit à la définition des contrats opérationnels des armées ne peut qu'être une responsabilité exclusive de l’exécutif politique et du pouvoir législatif traduite, en ce qui concerne les moyens, par la loi de programmation militaire prenant en compte les infléchissements nécessaires. La pertinence des décisions en matière de défense dépend notamment d'une bonne compréhension des spécificités et des contraintes de l'engagement militaire Cet exercice qui n'est que l'expression physique et financière de la politique de défense ne devrait pas souffrir des difficultés budgétaires réelles du moment, car il s'agit là de priorités vitales pour le pays, aux enjeux de long terme qui demandent un arbitrage politique certes difficile.

Général d'armée (2S) Jean-Marie Faugères
Président du G2S
Groupe de liaison G2S 1. Place Joffre 75700 – PARIS SP 07