http://www.francevaleurs.org

Le billet de la semaine
Retour
Lorsque l'enfant paraît
23/08/2006

       Réunis autour de l'écran de télévision familial, nous appartenons à trois générations. Pourtant blasés par le spectacle quotidien d'horreurs en tout genres, nous sommes atterrés par ces images provenant du Moyen-Orient : des morts et blessés, des décombres, des manifestations de haine, montrant la volonté réciproque de vengeance. Nous sommes saisis de pitié et traversés par l'angoisse.
***

       Un coup de clackson ! C’est Timothée qui arrive avec sa maman. Brusquement, l'atmosphère change. Le nouveau venu a 13 mois et vient de faire ses premiers pas. Après l’avoir couvert de baisers, on le pose à terre. De fait, il marche ! Chacun s'extasie sur ses exploits. Déjà acteur, (c’est un trait de famille !) il multiplie les mimiques. Il tombe tous les dix pas et se relève aussitôt. On se récrie sur son courage et sa vitalité. On scrute ses expressions pour y découvrir avec fierté son ascendance paternelle ou maternelle. Nous, les anciens, nous nous rappelons le comportement de son père et de son grand-père au même âge. Et nous regardons, avec attendrissement, leurs visages d'hommes de 30 et de 50 ans que la vie a mûris et nous les comparons à ce frais visage de bébé.
       Du coup, nous oublions un peu les images de bombes et de cercueils.

***

       Et je vais chercher ma bêche pour mettre en terre un bébé-chêne que je gardais en jauge pour l’occasion. Chez nous, en effet, on plante un arbre à chaque nouvelle naissance.

       Il va d’ailleurs falloir que je prépare un autre baliveau car une jeune Camille, cousine de notre jeune héros, va venir nous voir à la fin du mois…
       Et, un autre, encore, inch Allah ! pour l’an prochain car sa maman vient de nous confier que Timothée va avoir un petit frère.
       Quel merveilleux spectacle que celui d’une famille ! Quelle joie pour l’ancêtre de pouvoir concrétiser, en toute simplicité et en toute saine écologie, que la vie est plus forte que la mort !
Jean Delaunay

***
haut de la page
Retour