http://www.francevaleurs.org

Le billet de la semaine
Retour
"La Bible face au Coran"
08/02/2012
"Clarifier, c'est permettre d'agir en vérité"
"La Bible face au Coran"

C'est le titre d'un livre vraiment substantiel du Père François Jourdan (1). Cet islamologue s'est fixé un but : démontrer que, malgré les apparences et l'opinion commune, l'islam n'est pas une troisième religion biblique qui ferait suite au judaïsme et au christianisme. L'auteur explique aussi en détail les raisons pour lesquelles l'islam ne peut être présenté comme une branche sur un tronc abrahamique, comme on le répète souvent.

Avec ce fil conducteur et au long des pages de cet ouvrage, François Jourdan atteint en fait trois objectifs car il présente de nombreux éléments qui mettent en lumière :
      1) la conception de Dieu et du prophétisme dans le Coran,
      2) l'originalité et la dynamique des mystères chrétiens, liés à "l'Alliance" de Dieu avec les hommes,
      3) les conditions d'un "dialogue" en vérité et qui ne soit pas simplement "affectiviste".

L'importance de l'Alliance

Le Père Jourdan rappelle qu'elle est la trame de la Bible pour les juifs et les chrétiens. Alliance pleinement réalisée en Jésus ; Il ouvre, à la fois, l'Alliance biblique juive à tous les peuples (salut du genre humain) et le Coeur de Dieu à tous, pour une communion avec lui. Dans cette Alliance, Dieu est Sauveur (de telles notions d'alliance et de salut sont inconnues du Coran). L'Alliance est l'institutionnalisation de l'altérité avec Dieu. La Bible n'est pas seulement monothéiste mais elle est le fruit de l'Alliance ; elle ne descend pas toute faite du ciel. Par l'Alliance, Dieu n'est plus écrasant : l'homme, créé à l'image de Dieu, est appelé à vivre une relation de ressemblance avec Dieu son créateur et à l'aimer en retour.

Deux citations à propos du dialogue

"On s'installe dans "l'erreur sympathique", laquelle au bout du compte n'est pas sympathique car elle trompe tout le monde" (p. 27).

"Les différences n'empêchent pas le dialogue et peuvent très bien au contraire conforter une vraie confiance si indispensable entre les partenaires du dialogue. Ce n'est pas du tout une question de personnes et d'animosité à avoir dès qu'il y a des divergences, comme si souvent on se l'imagine aujourd'hui dans l'affectif dominant et piégeant de bien des rencontres interreligieuses. Le respect de l'autre suppose le respect des différences que l'on se doit donc de connaître, si on veut être sérieux. Et cela n'empêche nullement l'amitié de la relation. La compréhension en sort même renforcée" (p. 54).

Au coeur du sujet

"Il m'est arrivé de parler de la Trinité avec des musulmans en leur expliquant combien la psychologie moderne pouvait nous aider à comprendre le Mystère de Dieu qui est Amour : pas d'amour dans le fusionnel nous disent les psychologues. Puisqu'il est Amour dans sa nature la plus profonde, Dieu doit bien avoir quelqu'un à aimer avant même toute création ; et s'il aime, il ne fusionne pas. Ainsi le Père aime le Fils grâce à celui qui est à la fois la distance respectueuse contre la fusion et le lien de l'Amour : l'Esprit Saint. Si Dieu unique n'est pas Trinité, il ne peut pas être Amour.

J'ai remarqué" combien les musulmans n'avaient jamais entendu cela et que cela les faisaient réfléchir. Dieu a une altérité en lui-même : c'est la Trinité car il est Amour. Et il a aussi une altérité hors de lui-même : c'est l'Alliance biblique historique ouverte à tous les hommes par Jésus. Oui, vraiment par cette double altérité respectée et reconnue, Dieu est vraiment Amour. Or on nous dit toujours dans les milieux du dialogue : "Surtout pas ! Il ne faut pas parler de la doctrine". Moyennant quoi, depuis quatorze siècles que l'islam existe, la plupart des musulmans en sont restés au polythéisme chrétien sur la Trinité. Le dialogue religieux ne pourrait-il pas aider à se comprendre, même si on reste en désaccord ? Cette réflexion toute simple et rationnelle sur l'Amour serait-elle à proscrire dans le dialogue ?" (p. 72).

Meilleure connaissance de l'islam, magnifique mise en valeur de la Bible et du christianisme, balisage pour un nouveau dialogue dans la vérité : triple apport de ce livre passionnant.
Étienne Péléant - 22 novembre 2011 – PFV 92

(1) François Jourdan - La Bible face au Coran (L'oeuvre – octobre 2011 - 140 p. 18 €).
Du même auteur et chez le même éditeur : Dieu des chrétiens, Dieu des musulmans (2008 – 206 p. 15 €).
Inscription – Contact : petitefeuilleverte@orange.fr
Toutes les PFV sur petitefeuilleverte.over-blog.com/