http://www.francevaleurs.org

Le billet de la semaine
Retour
Jeanne d’Arc
18/01/2012
      Vendredi, le président de la République s'en est allé à Domrémy présenter les hommages du pays à Jeanne d'Arc. Une héroïne de 600 ans, au visage et à l'héritage intacts. Par quelque aspect que l'on prenne la vie de la Pucelle, son enfance, ses exploits en armes, son attitude à son procès, que l'on retienne ou non l'acception spirituelle du mot, Jeanne est la "patronne" de la France.

      Gambetta, Jaurès, Michelet, Péguy, de Gaulle, Anouilh s'en sont faits, chacun à sa manière, les chevaliers servants. Et c'est la IIIe République, celle des lois anticléricales, qui vota un jour de fête nationale en son honneur: la Grande Guerre était passée par là et le besoin d'union sacrée.

      Qu'est-ce qui peut frapper nos contemporains dans le destin exceptionnel de cette jeune fille ?

      L'irruption d'une figure nouvelle, surgie de nulle part et s'imposant en quelques mois pour retourner le sort en faveur de la France. Dans un pays à l'identité en crise (le XVe siècle, quel maelström !), une Antigone en chair et en os se prévalait de saint Michel plutôt que de Cauchon, c'est-à-dire du Ciel. Une nouvelle fois, le salut venait d'une femme.

      Dans un pays où une partie des élites avaient trahi, compromises et discréditées, une petite bergère montrait le chemin du redressement, en "gouvernant d'un seul mot le rustre et le soudard". Elle en remontrait aux hommes. Les faits d'armes parlaient d'eux-mêmes. Plus troublant : devant le tribunal, elle parlait à ses juges, des experts, avec une lucidité surnaturelle. Elle faisait croire aux miracles.

      Les minutes de son procès l'attestent : elle avait du courage et de l'insolence. Ce sont des vertus qu'il faut cultiver sans cesse.
"Aucun parti, dira Barrès, n'est étranger à Jeanne d'Arc et tous les partis ont besoin d'elle. Pourquoi ? Parce qu'elle est cette force mystérieuse, cette force divine d'où jaillit l'espérance."
      Jeanne d'Arc, femme de l'année 2012.

Etienne de Montéty
Paru dans Le Figaro, 7 janvier 2012