http://www.francevaleurs.org

Le billet de la semaine
Retour
Deux cyclistes français sur les traces de Marco Polo
26/10/2011
      Mon petit-fils Matthieu et son ami François ont décidé d’accomplir un exploit avant de commencer à travailler pour de bon : relier en un an Lyon à Vladivostok en vélo en passant par l’Espagne, l’Afrique du nord, le Moyen Orient et la fameuse route de la soie, celle de Marco Polo.
Au début juin, date de notre précédent billet, ils pédalaient depuis 5 mois.
(Suite et fin)             Jean Delaunay

      Partis avec son ami une première fois le 11 novembre 2010, ils devaient débuter par l’Espagne et l’Afrique du nord … En fait, Matthieu a percuté un mur le 3° jour à la frontière espagnole et s’est fracturé la mâchoire. Lui à peine réparé, ils sont repartis à la mi-janvier 2011 et sont tombés en Afrique du nord sur les évènements politiques que nous connaissons. Ils ont connu en outre bien des aventures dans chaque pays traversé. Ils ont par exemple été attaqués au couteau en Algérie, ont cassé un cadre au Mont Sinaï, ont été poursuivis en Turquie par une meute de chiens errants … Sans compter d’interminables attentes aux frontières pour obtenir leurs visas…

      Ils pédalaient cet été à travers l’Asie centrale, le désert de Gobi, la Mongolie et la Chine. Ils envoyaient un message chaque fois qu’ils avaient accès à internet mais nous sommes restés sans nouvelles d’eux pendant un mois car ils roulaient dans la campagne chinoise. C’est donc avec joie que nous avons reçu récemment par mail une photo d’eux devant le panneau « Vladivostok ».

      Nous poussions donc un hurrah temporaire pour ce challenge réussi à 50 % ! Restait pour eux à revenir par le Transsibérien jusqu’à Moscou (9.500 km une semaine de train) et en vélo ensuite à travers l’Europe de l’est ! Leur retour était prévu vers le 10 janvier, après un an de voyage !

      Las ! Matthieu vient d’avoir un nouvel accident sur le lac Baïkal. Ils avaient lâché le train à Irkoutsk pour contempler cette mer intérieure Sibérienne. Couchant à la belle étoile sur un promontoire qui domine le lac, il a déboulé la pente de nuit à travers les cailloux et les broussailles et s’est blessé. Son copain l’a cherché pendant 2 heures à la lampe électrique et l’a trouvé gisant, les pieds dans l’eau du lac dans un secteur où il y a plus d’ours que de baigneurs et de secouristes.

      Des médecins locaux ont constaté qu’il avait une vertèbre cervicale fracturée et beaucoup d’écorchures au crâne et au visage. Les 2 amis ont donc dû abandonner le train et prendre un avion pour Moscou où d’autres médecins l’ont l’examiné.

      Matthieu vient de rentrer en France en avion pour être hospitalisé. François a choisi de revenir tout seul en vélo comme prévu à travers l’Ukraine et l’Europe de l’est pour boucler le challenge.
***

      A la suite de ce nouvel accident, notre blessé ne regrette rien. Je crois au contraire qu’il a eu beaucoup de chance. Il reste qu’il a dû accumuler beaucoup de fatigue et de stress au cours de ces mois et que cela s’ajoute au traumatisme récent pour le perturber.
      J’espère que sa bonne nature va prendre le dessus et qu’il va trouver du travail…
***

      Je me réjouis que soit née entre ces deux jeunes hommes une véritable fraternité soudée par un idéal partagé et un dévouement mutuel rappelant celui des héros de l’Antiquité et de notre histoire récente. Pour eux aussi, la devise «à la vie à la mort» a rejoint le quotidien car François a sauvé deux fois la vie de Matthieu.
      Nous lui disons notre immense gratitude et les citons tous deux en exemple à nos jeunes.
      Leur témoignage d’énergie, de confiance et de foi est une superbe leçon de vie.
      De même, la chaleur de l’accueil qui leur a été réservé partout, surtout dans les steppes et les montagnes, est, à l’heure des crises, un puissant motif d’Espérance.