http://www.francevaleurs.org

Le billet de la semaine
Retour
Des patrons exemplaires.
9/08/2006

      Certains patrons viennent de défrayer la chronique. Raison de plus pour saluer ceux d'entre eux, très nombreux, qui ont un comportement normal, et ceux qui sont exemplaires.
       C'est à mon avis le cas des récents dirigeants de Michelin, François et Édouard notamment.

      Il est vrai que j'ai, depuis l'Indochine, un préjugé favorable sur cette firme à qui je dois la vie. C’est en effet le médecin de la plantation d’hévéas Michelin qui a stoppé mon hémorragie alors que ma main droite venait d’être déchiquetée par une mine. C’est ensuite le pilote civil du petit avion Michelin qui m'a évacué sur l'hôpital de Saïgon, un jour où le brouillard était si épais que les équipages militaires refusaient de prendre l’air.

      Cette impression a été renforcée et prolongée quand j'ai entendu parler par ses subordonnés du style de direction du grand patron de la firme clermontoise et que je l’ai rencontré. François Michelin m'a fait un gros effet, à la fois par sa compétence (Il a su porter cette affaire « familiale » au N° 2 mondial) et surtout par sa simplicité et par l'élévation de ses sentiments.

       Il avait été remplacé par son fils Édouard qui vient, hélas, de périr au cours d'un dramatique naufrage en Bretagne. À l'occasion de son inhumation, cas sans précédent, la presse nationale, unanime, a fait ses éloges et la population de Clermont, a manifesté de façon touchante son émotion et sa reconnaissance envers un homme exceptionnel, lui aussi.

       Je viens de recevoir à cet égard deux témoignages de première main.
      1/ Un ami à moi vient d'être embauché chez Michelin. Il est reçu par le grand patron et, à la fin de l’entretien, lui pose la question : « Quelle est la qualité que vous appréciez le plus chez vos directeurs ? » Réponse : «L’humilité, c'est-à-dire la faculté de reconnaître qu’on s’est trompé et qu’on doit donc se remettre en question ! »
      2/ Une autre de mes amies entre dans un immeuble clermontois pour rendre visite à une personne âgée et modeste dans les étages élevés. Ne sachant pas où la trouver, elle s'adresse à un monsieur qui se présente devant l'ascenseur en même temps qu'elle. « Connaissez-vous Madame X ? ». Il lui répond : « Je vais vous y conduire. ». Et il la guide jusqu'à la porte, sonne et salue amicalement l'occupante.
      Mon amie dit : « Ce monsieur est très aimable, qui est ? » Réponse : «C'est Édouard ! » « Edouard comment ? » « Édouard Michelin, bien sûr ! Il habite cet immeuble avec sa femme et ses six enfants et il ne manque jamais de me faire une petite visite deux fois par semaine, même quand il rentre de Chine ou des Etats-Unis ».

      Sans commentaire.
Jean Delaunay

***
haut de la page
Retour