http://www.francevaleurs.org

Le billet de la semaine
Retour
Trois jeunes de retour des JMJ
14/09/2011
      « Lorsque je suis arrivée le 9 aout à l’aube au Trocadéro, lieu de départ des JMJistes de Paris, je ne me doutais pas que j’allais vivre deux semaines exceptionnelles. Inscrite au dernier moment et assez réticente, je l’avoue, j’ai rejoint un groupe de 500 personnes qui se connaissaient toutes plus ou moins alors que je ne connaissais personne. Si les premiers jours ont été rendus difficiles par ma timidité, la suite a été très enrichissante pour moi car j’ai fait des rencontres marquantes dont celle d’un groupe de musiciens venant de Louisiane, tous frères et sœurs, qui a d’ailleurs chanté devant le pape Benoit XVI. Ainsi, en allant vers les autres, j’ai acquis durant ces journées beaucoup de confiance en moi. En plus, j’ai eu le privilège de parler à des personnes venues de partout et d’assister à des cérémonies uniques. En tant que guitariste, j’ai participé à l’animation de catéchèses et de messes, menées ou célébrées par des personnalités exceptionnelles comme le Cardinal Barbarin. Ainsi, j’ai découvert une autre face de l’Eglise.»
Agnès            
***
      « Je suis partie avec « la route des sourires », en tant qu’accompagnatrice de personnes handicapées. Celle dont je m’occupais était une jeune fille de 21 ans, déficiente intellectuelle. Nous étions trois autour d’elle, ce qui nous a permis à la fois de bien la connaître et vivre ces JMJ à plein.
      Ce qui m’a frappé dès mon arrivée c’est le sourire et la bonne humeur de chacun, en particulier des handicapés. En un regard et en quelques échanges, ces personnes nous font relativiser nos petits tracas quotidiens. Tout au long de ces journées, leurs sourires et leur joie de vivre nous ont aidés à supporter les fortes chaleurs et la fatigue.
      Cela dit, trois points qui m’ont spécialement marqués. D’abord la foule… du monde partout… de longues attentes… beaucoup de bruit… des chants en toutes les langues…. la bonne humeur chez chaque participant malgré la canicule.
      Ensuite, paradoxalement, le silence lors de la veillée de prière. Près de 2 millions de personnes agglutinées sur un espace restreint dans une adoration muette !

      Enfin, le fait que ces milliers de jeunes venus du monde entier soient réunis autour d’un seul homme, Benoît XVI, dans un même but... partager la foi catholique. Ce, alors qu’au même instant dans le monde des peuples se déchirent…
      Ici, les gens s’aiment fraternellement, se parlent, échangent et s’interpellent au coin d’une rue ou dans une bouche de métro, de façon extrêmement naturelle.
      Comme Piaf « Non, rien de rien, non je ne regrette rien ! » et j’espère que d’autres auront eux aussi, envie de vivre cette magnifique expérience en 2013 à Rio …
Marie             
***
      Après 10 jours de fortes rencontres humaines et spirituelles, il me semble nécessaire de laisser un petit témoignage personnel de ces JMJ à Madrid.
      Lors de la messe d’action de grâce que j’ai vécue de retour à Lyon (avec la Communauté de l’Emmanuel avec laquelle je suis partie), j’ai vraiment réalisé la Force que j’avais reçue de cette belle expérience d’Eglise vécue autour du Pape.
      Je l’ai commencé par un forum de la Communauté de l’Emmanuel à Tolède. Celui-ci m’a permis de bénéficier d’un ressourcement spirituel, entourée par des jeunes du monde entier partageant la même Foi. Ce qui m’a impressionné, c’est la joie qui nous unissait tous à travers les chants traditionnels de la Communauté. Chacun chantait dans sa langue et cela m’a fait penser à l’Evangile de la Pentecôte, lorsque l’Esprit Saint délie les langues des Apôtres et qu’ils parlent chacun dans leur langue. J’ai découvert l’unité de coeur à travers la diversité culturelle et je me suis rendue compte de la richesse de l’Eglise.
      Mon séjour s’est poursuivi à Madrid pour retrouver toutes les autres «routes» venant du monde entier ! J’ai tout de suite été frappée par l’atmosphère très joyeuse : des rues bondées de groupes de jeunes venus des quatre coins du globe : c’était impressionnant ! C’est fou la simplicité des rencontres qu’on peut faire dans un tel rassemblement !
      Mon expérience de prière tout à la fois personnelle et universelle a été marquée par le chemin de croix et la veillée à Cuatro Vientos. Vendredi des jeunes de pays pauvres, en guerre, ou en difficulté ont porté la croix des JMJ de station en station. Ce fut un grand moment d’intense prière d’intercession pour porter toutes les souffrances du monde. Cela m’a permis de réaliser combien notre soutien était important pour ces nations et que la prière de tous pouvait leur être salvatrice.
      Le lendemain, nous nous sommes tous retrouvés à Quatro Vientos. Après un violent orage pour nous rafraîchir avant de commencer la veillée, nous avons écouté un petit mot du Pape, puis ce fût l’adoration du Saint Sacrement. J’ai été impressionnée par la ferveur de chacun des deux millions de chrétiens rassemblés : le silence était monacal. Avec la pluie, j’ai eu aussi l’image de l’Eau vive descendue du Ciel. Le cœur de Jésus était grand ouvert à ce moment-là, Il voulait donner à boire à tous ses enfants qui avaient soif … soif corporellement et spirituellement parlant ! C’est très beau de voir la manière délicate par laquelle le Seigneur se manifeste ! Nous avions été accablés par la chaleur toute l’après-midi, nous avons vu venir l’orage et avons prié pour que le Seigneur nous l’épargne… et il a fait tomber sur nous sa pluie divine !! AMEN !! Nous avons été bénis par Sa grâce !
      Au cours de ces moments de paix et de joie, j’ai eu le sentiment de vivre un avant-goût de Paradis. Et ça me donne beaucoup de courage pour essayer de faire le bien sur la Terre pour gagner mon Ciel !!
      Pour finir, je voudrais rappeler le mot du Saint Père adressé aux jeunes francophones pour nous envoyer en mission à la fin de la dernière messe. Il nous disait d’être missionnaires, «de ne pas avoir peur ; de parler du Christ, avec simplicité et sincérité». J’ai trouvé ces deux derniers mots tout à fait justes et adaptés à notre cas ! Comme Benoit XVI l’a dit au début de son pontificat : «Ne craignez pas le Christ : Il ne vous prendra rien et vous donnera tout» .
Emmanuelle            
***