http://www.francevaleurs.org

Le billet de la semaine
Retour
Lettre d’Afghanistan
07/09/2011
      "Ici le moral est aussi bon que possible. Nous avons été assez marqués par les derniers soldats français morts au combat et avec qui nous étions en opération la veille. Ces pertes portent à 14 le nombre de soldats français tombés au combat depuis notre arrivée (soit 3 mois ½). Cette affaire est très triste mais je vous en parle pour que vous rassuriez ceux qui sont autour de vous. Dites leur bien que nous ne sommes en aucun cas en train de perdre cette guerre, que nous ne nous battons pas contre un ennemi invincible mais que c’est bien tout le contraire qui se passe ici. Nous sommes en train d’aller les chercher dans leurs sanctuaires, dans des fonds de vallée où ils croyaient pouvoir préparer leurs actions en toute liberté, des endroits reculés qu’ils avaient transformés en zone de non droit… Les opérations ont pris un coup d’accélérateur depuis le mois de mai. Cette attitude de plus en plus offensive de la coalition coûte cher mais porte ses fruits dans certaines vallées où le sacrifice de nos camarades permet à l’armée afghane d’aller toujours plus loin dans les vallées et de contrôler de plus en plus de terrain ( C’est bien le but de notre mission !…).
      J’ai pu participer à la levée du corps de Clément KOVAC ,brigadier au ½ régiment de Chasseurs, jeune marié de 22 ans, mort au combat dans la vallée de TAGAB. C’était très émouvant. Cette cérémonie se déroulait à TORA en même temps que celle qui avait lieu à TAGAB pour nos 6 camarades tombés en vallée d’ALAH SAY. Cette journée a été un peu dure pour l’équipe et tout le contingent français.
      En dépit de l’horreur de ces évènements, il existe ici une grande fraternité d’armes. Chaque perte des uns est un peu la perte des autres puisque nous opérons toujours ensemble, chacun appuie l’autre au combat. La difficulté de la mission rapproche tout le monde quelle que soit son unité (je parle bien entendu des bataillons qui opèrent en KAPISSA et SUROBI et qui «cartonnent» tous les jours.)
      J’ai en plus la chance depuis mon poste d’être sur la limite des 2 zones de responsabilité et donc de pouvoir intervenir pour les uns comme pour les autres.
      Je ne sais pas si vous avez tous envie de lire ce genre de considération mais ça me fait du bien d’en parler et de l’écrire et surtout de confier tout cela à vos prières et votre bienveillance.
      L’ambiance au sein de mon équipe française est toujours très agréable malgré qu'une fatigue légitime me force parfois à me rappeler que la mission n’est pas finie et que malheureusement nous devons encore et encore retourner nous expliquer avec les Talibans de la green zone pour ne pas leur laisser un centimètre de terrain (pas de mollesse !!).
      Mes soldats afghans sont de valeureux combattants à qui je demande beaucoup et qui nous apprécient. Combattre ensemble, vivre ensemble sur le poste, partager certaines tâches, tout cela crée presque de l’amitié entre nous. En revanche, je suis le conseiller d’un médiocre capitaine afghan peu apprécié de ses hommes. Du coup, c’est confortable pour moi puisque ceux-ci se retournent directement vers nous pour savoir ce qu’ils doivent faire. Au combat, ils sont plein d’audace, nous intègrent facilement et parfois même sont nos anges gardiens dans certaines situations. Avec le temps, on arriverait presqu’à s’attacher à eux et, s’ils nous doivent beaucoup, on ne pas cacher qu’ils nous ont parfois sorti de sales situations …

      Voilà pour l’Afghanistan ! Merci à ceux qui ont eu la gentillesse de me lire jusqu’au bout !"

Capitaine X, détaché auprès de l’armée Afghane

***