http://www.francevaleurs.org

Le billet de la semaine
Retour
Pourquoi il faut promouvoir le retour du courage et de l'esprit de sacrifice
2/08/2006
Par le général Gordon R. Sullivan
ancien chef d’état major de l’armée US
Pdt de l’association de l’armée américaine


      J'ai eu récemment l'occasion de visiter le cimetière militaire américain de Suresnes, d'où l'on découvre une vue impressionnante sur Paris. Reposent là des soldats américains, des marins, des aviateurs des deux guerres mondiales, qui succombèrent à leurs blessures ou disparurent sans laisser de traces, mais dont la mémoire est inscrite ici. Juste au-dessus, sur la colline du Mont-Valérien, se trouve un autre endroit consacré à la mémoire des victimes des épouvantables exécutions perpétrées par la Gestapo. La France y a érigé un monument extraordinaire en commémoration des sacrifices du peuple français et de ses alliés, dans leur combat commun contre la tyrannie nazie.
      Par pure coïncidence, ma visite de ces cimetières a eu lieu la veille des funérailles d'un marin français des Commandos-Marine tué récemment au combat, au côté de ses camarades américains en Afghanistan. Et je repars ainsi de ces lieux, avec la certitude de la force des liens plus que centenaires, tissés entre la France et les Etats-Unis, liens forgés à partir du courage de nos hommes et de nos femmes au nom de la liberté.

      Mais ces souvenirs chargés d'émotions évoquent un autre aspect crucial et visionnaire du combat du monde occidental pour préserver nos valeurs communes : le rôle de l'individu.
     En dépit de la haute technologie qui imprègne les forces armées d'aujourd'hui, des événements de par le monde démontrent le rôle dominant de l'homme. Les conflits complexes du nouveau siècle requièrent un terrible engagement de la part des jeunes militaires dont la mission est de les résoudre.

     Ils brouillent la traditionnelle démarcation entre sphères politique et militaire. Ils exigent des décisions de vie ou de mort prises à la seconde même, sur le terrain, dans un climat de pression insoutenable. Ils obligent de jeunes soldats à agir prudemment, afin de maintenir leur solidarité avec les populations qu'ils tentent de protéger et de servir, tout ceci en évitant des pertes inutiles et en faisant face à des ennemis conquérants, impitoyables et dénués de tout sens moral.

      On ne fabrique pas des jeunes de ce calibre en un clin d'oeil. Les porter à maturité demande des années d'éducation et d'entraînement de haute qualité, et pas seulement pour atteindre l'excellence dans des domaines aussi nécessaires soient-ils comme l'électronique, (…) Certes, la course à l'armement des temps modernes exige des guerriers formés à la technologie et cette dernière est d'aujourd'hui, stupéfiante. Mais les exigences des conflits actuels requièrent des qualités plus profondes, et qui vont au-delà de la technologie. Elles placent au premier rang les bonnes vieilles qualités d'antan de courage, de détermination, de sacrifice, ainsi que la volonté et la faculté de voir juste, sur le terrain, pour régler des conflits durs et ambigus.

      Ce n'est pas un hasard si un commando de la marine française a été tué dans les déserts d'Afghanistan, à plusieurs centaines de kilomètres de la mer. Les solutions aux conflits d'aujourd'hui doivent impérativement être recherchées sur le terrain, dans des champs chargés de poussière et dans les villes lointaines d'Asie, d'Afrique ou du Moyen-Orient.

     Nos élus doivent accepter la dure réalité du monde d'aujourd'hui et veiller à donner tout l'appui nécessaire aux troupes qui combattent au sol. Se focaliser sur la seule technologie risquerait de nous entraîner à poursuivre le mirage des objectifs techniques à court terme. Nous prendrions le risque d'ignorer toutes les leçons que nous recevons en marchant sur cette terre sacrée que sont les monuments aux morts français et américains.
***
haut de la page
Retour