http://www.francevaleurs.org

Le billet de la semaine
Retour
Revalorisons l’institution du mariage !
20/04/2011
      Le blog, le Salon beige, présente depuis le début du mois 12 mesures pour 2012 proposées dans un ouvrage par l’écrivain François Billot. Les lecteurs réguliers de mon bloc-notes se souviennent de lui. Il est l’auteur du livre sur mes déboires judiciaires heureusement fort bien terminés, et président du groupe Audace 2012 (les conservateurs catholiques veulent peser sur 2012).
       Le Salon Beige m’a donc demandé de réagir à la proposition n°6 de François Billot :
“sanctuariser la famille“.
      Voici mon commentaire.
Christian Vanneste            

      Pour certains, la famille composée d’un père, d’une mère et de leurs enfants n’est pas universelle. Oui, mais ce modèle relie le mieux les impératifs de la nature, ceux de la procréation, et les intérêts de la culture, ceux de l’éducation.
      Il n'est pas étonnant que la famille, la base de notre société, soit indispensable à la permanence et à la solidité de celle-ci. Elle permet d’offrir aux enfants le modèle des rôles sociaux masculin et féminin, assurant ainsi l’équilibre nécessaire à l’épanouissement de la personnalité. Elle assure, à travers les générations, la transmission des Valeurs. Elle crée ce noyau essentiel de solidarité qui est au coeur de la personne humaine, qui ne doit pas être un individu au sein de la foule solitaire, rescapé de l’avortement, promis à l’euthanasie et n’ayant connu entre deux êtres que des relations affectives fugaces.

      L’acharnement des majorités successives a favorisé le divorce, inventé le PACS, réduit un à un les avantages du mariage, produit de tristes effets : le nombre des mariages s’effondre, celui des divorces augmente, ainsi que celui des PACS dont 96 % sont aujourd’hui conclus par des couples hétérosexuels, qui peuvent y mettre fin par lettre recommandée.
      Le long terme, l’éducation des enfants sont oubliés. Beaucoup d’entre eux sont ballotés d’un parent à l’autre, entre des familles recomposées, sans que l’on prenne en compte les difficultés de ces situations pour la réussite scolaire ou la qualité du logement.

      La réaffirmation de l’institution du mariage est un objectif essentiel qui doit être inscrit dans nos principes constitutionnels afin d’éviter les dérives et de fixer une priorité à l’action politique.
      Il est nécessaire de rétablir les avantages du mariage sur le plan fiscal et sur le plan professionnel, par exemple pour les mutations ou les plans sociaux.
      De même, les prestations sociales devraient favoriser les familles fondées sur le mariage, afin de rendre inutiles les fraudes liées à la dissimulation de la communauté de vie.

La Lettre de Famille et Liberté
ISSN 1266-1376
Mars 2011


Retour