http://www.francevaleurs.org

Le billet de la semaine
Retour
Renvoyer l’ascenseur !
09/02/2011
      Depuis des mois, la Lettre de France-Valeurs traite des rapports humains dans la société.
Elle insiste souvent sur la responsabilité des nantis, de ceux qui ont beaucoup reçu, vis-à-vis de ceux qui n’ont ni culture, ni éducation, ni relations, ni argent, ni chance, et qui n’ont même pas trouvé un sens à leur vie. A l’égard de ceux -là, j’évoque souvent notre devoir de «renvoyer l’ascenseur».
***
      Entre l’accompagnement scolaire, le monitorat sportif, l’encadrement des loisirs ou l’initiation religieuse, les possibilités de bénévolat s’offrent nombreuses à des personnes généreuses.
      Je regrette la disparition du Service National qui, malgré ses défauts, représentait pour les jeunes une sorte de période initiatique où ils prenaient conscience des diversités de la société, tout en s’ouvrant à certaines Valeurs aujourd’hui méconnues.
      C’est pourquoi, je suggère à ceux qui le peuvent, garçons et filles, et qui en prennent les moyens, de donner gratuitement (et souvent au loin) une certaine période de leur vie au service des autres avec la certitude de recevoir beaucoup en échange.
***
      Dans cet esprit, j’ai été comblé de rencontrer cet été un jeune couple retour du Cambodge.
Leur diplôme à peine en poche, ils se sont embarqués, le lendemain même de leur mariage, pour participer pendant dix huit mois à l’éducation d’orphelins misérables. Ils sont revenus enrichis, en plus d’un bébé… d’une précieuse expérience humaine.
***
      Aujourd’hui, j’ai, de même, la joie de recevoir la lettre qui suit. Elle émane d’un brillant sujet de mes jeunes amis. Il nous montre, leitmotiv de France-Valeurs, que les qualités de cœur et de caractère sont inséparables de celle de l’esprit.

      Puissent ces jeunes-là faire beaucoup d’émules !
Jean Delaunay            

***
      « J'ai la joie de vous annoncer que, mes études en école de commerce étant achevées, je pars en Colombie, à Bogota, pour 15 mois !
      Je pars avec Fidesco, organisation catholique de solidarité internationale qui agit dans les pays du sud en envoyant des volontaires (comme moi) pour servir les plus pauvres.
      Là-bas, je serai professeur d'informatique et participerai à la gestion administrative au sein de la Fondation FAMIG (Fondation de Atendôn al Migrante) qui accueille les familles de paysans expulsées de leur terre par des groupes armés indépendants (tels que les FARC). Cette organisation, tenue par des religieuses et sous la responsabilité du diocèse, leur apporte avant tout un soutien psychologique et spirituel. Le centre dans lequel je travaillerai a également pour mission de leur offrir des formations professionnelles afin de favoriser leur réinsertion. Cette étape est cruciale dans la mesure où ces familles, souvent endeuillées, sont déboussolées et marginalisées dans une capitale qui compte plus de 7 millions d'habitants.

       Mon désir de donner un an de ma vie est venu progressivement ces dernières années. Après de très heureuses expériences en tant que chef scout, je veux prendre une année pour vivre le service de façon plus radicale. Ayant énormément reçu, je souhaite désormais mettre mon temps et mes compétences au service de l'Eglise et des plus démunis. J'espère, par mon travail et ma vie sur place, être une aide efficace et témoigner de mon espérance dans l'amour de Dieu pour tous les hommes.

      Je pars donc avec Fidesco qui, après cette année de formation, m'envoie en mission pour 15 mois. Fidesco a été fondée en 1981 et envoie des volontaires formés et compétents dans les pays en développement : 170 volontaires agissent aujourd'hui dans 35 pays dans le monde. Ils travaillent avec les populations locales en leur transmettant leur savoir-faire en éducation, agronomie, médecine, mécanique, enseignement, gestion... Sur place, le volontaire reçoit une indemnité qui permet de vivre dans des conditions proches de celles des gens du pays.

       Fidesco prend en charge les coûts de ma mission : formation avant le départ, billets d'avion, assurance, suivi administratif, indemnité... Une partie de ce budget est financé par le Ministère des Affaires étrangères mais, pour le reste (70%,) Fidesco vit de la générosité de chacun.

       Sans vous, Fidesco ne peut envoyer de volontaires. Voilà pourquoi je vous propose de vivre cette aventure avec moi en passant avec moi un contrat pendant cette année de mission.

       C'est très simple : soutenez Fidesco par un don de 15 € par mois et vous recevrez tous les trois mois mes rapports de mission. Vous vivrez ainsi la mission avec moi.

      Vous pouvez souhaiter me soutenir par un autre don. Sachez qu'il n'y a pas de petit don et que votre aide est irremplaçable !
       Je compte aussi sur votre soutien spirituel et amical. J'espère que vous m'accompagnerez tout au long de ma mission.
      A très bientôt et, d'avance, un immense merci.
»
BT            
***
FiDESCO
5 rue du Bourg l’Abbé 75003 Paris
CCP 3000-41-00001-1495280 K Paris
FIDESCO


Retour