http://www.francevaleurs.org

Le billet de la semaine
Retour
MANIFESTE des (ex) SANS-VOIX
05/01/2011
      Nous, nous ne défilons pas… Aussi la télé nous oublie-t-elle ! Et cependant, nous avons des enfants, nous payons nos impôts, nous respectons les lois, nous travaillons, le tout, en restant attachés aux Valeurs de nos pères et aux fondements chrétiens de notre civilisation.
Sans vanité abusive, nous croyons donc constituer l’un des piliers les plus sains du pays.
***
      Pourtant, la crise économique, le chômage, les affaires, l’insécurité, l’immigration incontrôlée et le tintamarre médiatique pourraient susciter chez nous la grogne, l’esprit de division et la révolte.
       Cela renforce au contraire notre désir d'unité, notre dynamisme et notre volonté de réformes.
***
      A vrai dire, nous sommes surtout préoccupés par le désordre grandissant des idées et des mœurs. Autour de nous beaucoup de gens vivent sans repères. Une famille sur trois éclate. La population vieillit et trop de jeunes déboussolés et déscolarisés se réfugient dans l’alcool et la drogue, portes de la mort ...
***
      Face à cette situation, le discours politique, tous partis confondus, n’est guère audible.
Sur la forme, il s’apparente trop souvent à la langue de coton. Sur le fond, il manque d’élévation et de vision à long terme et cherche surtout à soigner les conséquences du mal au lieu d'en traiter les causes.
***
      Or, au sein de l’Europe qui se cherche, il nous faudrait un moral d'acier pour affronter les défis du 3° millénaire : mondialisation, progrès spectaculaires des pays émergents, montée d’un Islam revendicateur, menaces terroristes…
      Dans ce contexte, le plus grave péril est cependant en nous : c’est la crise du moral et de la morale.
  1. Cette crise est née d’une évolution trop rapide de la société devant le progrès technique mal digéré - d’où un profond décalage entre nos moyens de vivre et nos raisons de vivre,
  2. et de l’envahissement du matérialisme et du relativisme orchestrés par les médias dominants qui propagent aussi la mauvaise conscience.
***
      Nous nous réjouissons cependant de percevoir certains signes annonçant une réaction de santé.
De plusieurs côtés, des voix réclament, par exemple, le retour au bon sens dans l’éducation, aux devoirs de l’homme correspondants à ses droits, au respect des autres et à l’exercice de l’autorité...

COMMENT PARTICIPER A CETTE REACTION DE SURVIE et l’AMPLIFIER?
       Osons dire partout avec force que le relèvement de notre pays se situe au moins autant sur les plans psychologique, moral et spirituel que dans l'économie...
  1. que les Français ont besoin de reprendre confiance en eux…
  2. qu’ils souhaitent respirer un air plus pur, les responsables donnant l'exemple de l'honnêteté et du désintéressement et les citoyens mesurant qu'ils sont responsables de leurs actes et de leur destin, solidaires mais acceptant de se remettre en cause, eux et certains de leurs avantages catégoriels…
  3. qu’ils cherchent surtout à retrouver des raisons de vivre, plus importantes que le pain et les jeux.
***
       Malgré la complexité et l’ampleur des problèmes en suspens, nous, les silencieux d’hier, sachons faire entendre notre voix pour contribuer à amplifier dans le pays cette ébauche de redressement.

      Pour cela, demandons qu’on en revienne partout, y compris en politique, à l’essentiel.
      C'est-à-dire qu’on soutienne en priorité la FAMILLE, lieu par excellence d'épanouissement des personnes et de TRANSMISSION DES VALEURS à travers l'éducation des jeunes.
      Travaillons en même temps à réensemencer le CIVISME, ciment de la société. Pour cela, sachons identifier, enseigner et faire vivre ces valeurs humaines inséparables que sont

      le COURAGE, le SENS DE LA RESPONSABILITE, le RESPECT, l’HONNEUR et la GENEROSITE.

      Agissons aussi pour revaloriser l’autorité, une autorité conçue, à tous les niveaux, comme un service qui préserve et vivifie les rapports humains.
      Rayonnons enfin auprès des jeunes notre joie et notre fierté d’être Français…
      De même, si nous sommes Chrétiens, montrons-le…


Retour