http://www.francevaleurs.org

Le billet de la semaine
Retour
L’Islamisme radical , l’Islam et la France
24/11/2010
       Un grand quotidien de samedi titrait : « L’Islam radical inquiète Benoît XVI ! »
Nous sommes nombreux à être semblablement inquiets, notamment depuis l’annonce des attentats récemment perpétrés contre des chrétiens dans des pays musulmans.
L’activité sanguinaire des commandos-suicides d’Irak et d’Afghanistan renforce ce sentiment.
       Nous gardons aussi en mémoire le drame du 9 septembre 2001, une gigantesque entreprise préparée de façon magistrale dans le secret et dont les éléments soigneusement orchestrés montraient déja la capacité de nuisance des “Fous de Dieu”.
***
      Un autre aspect de cette menace est l’évolution du comportement de musulmans en France.
      Je ne parle pas ici de ceux qui font partie des casseurs qui saisissent chaque occasion favorable de descendre des cités, brûler des autos, enfoncer des vitrines, piller et racketter d’autres jeunes.
      Je vise une action plus discrète mais opiniâtre et apparemment coordonnée, à dominante psychologique.
      Elle s’exerce sous plusieurs formes qui contribuent toutes à un véritable investissement de notre société. Certains affichent une attitude de victimes à travers des plaintes déposées contre un prétendu comportement antimusulman de français, notamment contre des discriminations à l’embauche... D’autres revendiquent davantagent de lieux de culte, de restaurants hallal, de piscines et de salles de cinémas séparées... D’autres demandent un traitement particulier des jeunes musulmans dans nos écoles... D’autres enfin adoptent des attitudes carrément provocatrices. Des imams appellent carrément à la guerre sainte dans leurs prêches. Des rues de Paris sont de fait interdites aux non-musulmans pendant les heures de prière en public. Des manifestations sont orchestrées contre la loi réglementant le port du voile.
      (A ce propos, un voyageur arrivant de Syrie me disait hier qu’il avait vu plus de femmes voilées à Paris et en banlieue qu’à Damas. Selon lui, le port du voile, moyen pacifique de nous défier et de nous harceler, serait encouragé chez nous en sous-main par des propagandistes étrangers de l’Islam qui utiliseraient à cette fin divers moyens de pression, y compris financiers...)
      Plus dangereux encore pour notre avenir me semblent, d’une part, le refus d’intégration de certaines familles musulmanes, d’autre part, l’expansion de l’Islam par la voie démographique. comme l’annonçait déjà , il y a 40 ans, un président de la République Algérienne: “Nous vous dominerons grâce au ventre de nos femmes .“
***
      Or cette expansion est directement ou indirectement favorisée, chez nous, par divers courants de pensée. D’abord, les autruches qui, depuis 50 ans, refusent de voir la réalité, ensuite ceux qui considèrent que le multiculturalisme est une chance pour la France et encouragent l’immigration, ceux qui instillent chez nous la mauvaise conscience d’avoir été colonisateurs, ceux qui appliquent le laïcisme au catholicisme mais ont des faiblesses pour l’Islam, ( la TV par exemple qui cite davantage le ramadan que le carême et qui occulte parfois les misères subies par des chrétiens... ) , ceux enfin qui , au nom de la charité, de la tolérance et d’autres bons sentiments, entretiennent dans l’opinion des illusions concernant la prétendue symétrie entre l’Evangile et le Coran...
***
      Face à cette situation, il ne s’agit pas, pour les chrétiens que nous sommes fiers d’être, de repartir en croisade mais d’assurer notre survie et de celle de nos enfants dans notre pays.
      Cela suppose d’abord d’ouvrir les yeux sur ce qui nous entoure, nos yeux à nous, ceux de nos dirigeants (pour qu’ils fassent voter des lois adaptées) et ceux de certains de nos pasteurs.
      Ce faisant, évitons à la fois le complexe de supériorité (dont on prétend qu’il a été le nôtre pendant longtemps) et le réel complexe d’infériorité qui nous guette aujourd’hui, face à la détermination et au prosélytisme de beaucoup de musulmans.
      Cela suppose surtout que nous nous formions au plan spirituel pour étayer nos convictions et que, ces convictions, nous osions davantage les afficher et les vivre.
      Finalement, le renforcement de notre foi chrétienne (et de tout ce qui va avec, notamment la natalité) me semble notre meilleure garantie de survie.

Jean Delaunay            
***


Retour