http://www.francevaleurs.org

Le billet de la semaine
Retour
« La police des idées »
11/08/2010
       Voltaire nous avait déjà mis en garde à propos de l’affaire Callas. De même, Zola lors de l’affaire Dreyfus… Pourtant, l’annonce de 1981 devient une sinistre réalité :
"Nous avons juridiquement tort parce que nous sommes politiquement minoritaires !"

       Bien que chacun sache que l’abolition de la liberté d’expression mène à la dictature, la police des idées semble s’installer progressivement dans notre pays.
       En 1972, la loi Pleven avait donné à certaines associations, s’autoproclamant concernées, le droit de se porter partie civile devant des tribunaux pour dénoncer des comportements ou des actes racistes, selon elles.
       En 1990, la loi Gayssot a durci ces dispositions en l’étendant à des propos exprimés ou publiés, et en y ajoutant les délits d’homophobie, de sexisme et d’handiphobie.
       En 2004, en dépit de la liberté de pensée et d’expression proclamée par la Constitution, la création de la HALDE parachevait l’édifice répressif en créant, de facto, une «police de la parole», selon l’expression de Michel Erman ,dans «Libération» du 8 décembre 2004.

***
       A nos yeux, la liberté d’expression a des limites que je qualifierais de naturelles : elle est d’abord tempérée par le devoir de ne dire que la vérité - le mensonge est l’un des pires fléaux de l’humanité. Entrent également en jeu la bienséance et la charité. Il y a des cas, selon nous, où il vaut mieux se taire sous peine de faire du mal aux autres…
***
       Cela étant, c’est le silence qui est quelquefois coupable ; il y a des choses qui peuvent et doivent être dites, même et surtout si elles dérangent les adeptes du politiquement correct.
       A cet égard, parmi d’autres, trop peu nombreux, le courageux député Christian Vanneste avait osé exprimer des évidences concernant la différence, évidente d’un point de vue anthropologique et social, entre l’hérérosexualité qui assure le renouvellement des générations et l’homosexualité.
Cela lui a valu d’être poursuivi et condamné. Quant au journaliste Eric Zemmour, il a été victime d’une odieuse cabale médiatique pour avoir repris une constatation énoncée dans des rapports officiels. J’en atteste d’ailleurs personnellement la réalité en tant qu’ancien visiteur de prison. Il y a une surreprésentation des milieux immigrés parmi les délinquants…
       Quant à la dénonciation de l’avortement de convenance banalisé, il fait l’objet d’un véritable tabou…

***
       Tout cela est bien inquiétant s’agissant de notre démocratie.
       En ce qui nous concerne, à France-Valeurs, nous essayons de relayer, sans extrémisme, le message de Jean-Paul-II :
« La vérité nous rendra libres »

Jean Delaunay             

***
L'affaire CALAS
L'affaire DREYFUS
Retour